Contenu

Mohican

Résumé
Brun va mourir. Il laissera bientôt ses terres à son fils Mo. Mais avant de disparaître, pour éviter la faillite et gommer son image de pollueur, il décide de couvrir ses champs de gigantesques éoliennes. Mo, lui, aime la lenteur des jours, la quiétude des herbages, les horizons préservés. Quand le chantier démarre, un déluge de ferraille et de béton s'abat sur sa ferme. Mo ne supporte pas cette invasion qui défigure les paysages et bouleverse les équilibres entre les hommes, les bêtes et la nature. Dans un Jura rude et majestueux se noue le destin d'une longue lignée de paysans. Aux illusions de la modernité, Mo oppose sa quête d'enracinement. Et l'espoir d'un avenir à visage humain. Avec Mohican, Eric Fottorino mobilise toute la puissance du roman pour brosser le tableau d'un monde qui ne veut pas mourir.
Genre littéraire: Roman terroir
Mots-clés: Roman TERROIR
Durée: 6h. 24min.
Édition: Paris, Gallimard, 2021
Numéro du livre: 71054
ISBN: 9782072941740
Collection(s): Blanche

Documents similaires

Durée:4h. 22min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19681
Résumé: Été 1976, sur l'Atlantique, près de Royan. Deux enfants rêvent de pays lointains. Marin a treize ans et Lisa dix. Marin raconte le sable qui brûle et autre chose qu'il ne saurait dire quand il regarde Lisa et la mère de Lisa, une ancienne Miss Pontaillac. Heureusement, oncle Abel est là qui veille en douce et monsieur Archibouleau avec ses gros muscles. Et monsieur Maxence qui écoute la météo marine. Et les parties de pêche, les glaces de chez Judici, les feux de Cordouan, l'odeur des citronniers, heureusement. Les parents sont si décevants. Les cœurs s'écorchent. L'enfance se consume. Un jour Lisa saura nager le dos crawlé. Un roman solaire, délicieux et spontané.
Durée:5h. 41min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:35557
Résumé: La narratrice rend visite à l'écrivain Norman Jail, marginal respecté de la région de La Rochelle. Auteur d'un roman unique publié sous ce pseudonyme avant la Seconde Guerre mondiale, il a également écrit des romans policiers, des textes animaliers et des romans d'amour sous les noms d'Alkin Shapirov, de José Manuel Ortega ou de Jean-François Purcell. Un hommage à la littérature. ©Electre 2017
Lu par:Annie Hutton
Durée:6h. 25min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:38946
Résumé: «Lina n’était jamais vraiment là. Tout se passait dans son regard. J’en connaissais les nuances, les reflets, les défaites. Une ombre passait dans ses yeux, une ombre dure qui fanait son visage. Elle était là mais elle était loin. Je ne comprenais pas ces sautes d’humeur, ces sautes d’amour.» Un dimanche de décembre, une femme livre à ses trois fils le secret qui l’étouffe. En révélant une souffrance insoupçonnée, cette mère niée par les siens depuis l’adolescence se révèle dans toute son humanité et son obstination à vivre libre, bien qu’à jamais blessée.
Durée:4h. 34min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:70241
Résumé: A l'approche de Noël 2018, le docteur Paul Gachet emmène sa femme et sa fille à la découverte de Florence. Alors qu'il brûle de leur faire découvrir les Botticelli, les charmes de la vieille ville et du fleuve Arno, leur séjour est perturbé par l'apparition d'une performeuse serbe, Marina Abramovic, à travers les rues de la cité jusqu'aux salles du Palazzo Strozzi. Qui est cette femme soudain omniprésente qui bouleverse tous les repères de Paul Gachet et des siens, malmenant son propre corps pour parler à une humanité sourde et défaillante ? Chirurgien-orthopédiste, Paul Gachet répugne aux mutilations de l'artiste. Mais il est malgré lui envoûté par son univers qui, s'éloignant peu à peu d'une violence gratuite en apparence, exprime une recherche d'harmonie avec l'autre, en particulier avec son compagnon Ulay qu'elle enlace à l'étouffer avant de nouer sa chevelure à la sienne ou d'exposer son coeur à la flèche de son arc. Deux ans après cette apparition florentine, Paul Gachet tombe par hasard sur une photo ancienne de Marina A et d'Ulay intitulée L'impossible rapprochement. Prise en 1983 à Bangkok, elle montre deux êtres qui voudraient se toucher mais en sont mystérieusement empêchés et doivent rester à distance l'un de l'autre. Alors qu'éclate la pandémie planétaire, Paul Gachet comprend que les manifestations de cet art étaient une forme d'alerte dont il saisit enfin toute l'importance. Une incitation à protéger l'autre, à refonder nos sociétés sur ces deux petits mots : "après vous".
Lu par:Georges Morin
Durée:3h. 38min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:76921
Résumé: Sous une forme poétique, un récit autobiographique de la quête de l'auteur pour retrouver sa soeur qu'il n'a jamais vue. En 2018, Angelina, sa mère, lui annonce que trois ans après sa naissance, elle a eu une petite fille, qui a été placée dans une institution religieuse. En consultant les archives de cette pension, il découvre le véritable nom de sa soeur, Marie Elisabeth K.
Durée:2h. 9min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:68212
Résumé: "Tout mon être était d'Afrique du Nord, berceau historique des tribus berbères. C'est à quarante-cinq ans passés que j'ai pris la pleine conscience de cette lointaine appartenance. Il était temps d'amorcer un rapprochement, de partir à la découverte, de comprendre pour mieux aimer. Mais avant d'entreprendre le voyage, j'ai voulu récapituler ce que je savais. J'ai remonté le fil de mon existence pour repérer ce que je n'avais pas vu, pas saisi, de ce monde berbère qui m'avait fait signe sans que je lui réponde. La mémoire offre de beaux voyages, surtout quand on chevauche des mots." C'est effectivement à un "beau voyage" que nous convie Eric Fottorino, une quête infiniment personnelle qui devient passionnante découverte : une région, une histoire, des traditions millénaires, une langue, un peuple, des peuples car, comme s'en amuse l'historien Gabriel Camps, il est finalement plus facile de citer les pays d'où ne viennent pas les Berbères, tant leurs origines sont partout, ou presque, du Nil à l'Afrique noire, de l'Inde aux contrées nordiques... De Ouarzazate à Fès, en passant par les gorges du Thodra, la vallée du Dadès et les dunes de Merzouga, Eric Fottorino raconte les Berbères, juifs et arabes, femmes façonnant l'argile et hommes cultivant la terre, artisans et commerçants, opposants politiques et cinéastes engagés... Il prolonge aussi la quête des origines qui est la sienne et qu'il a racontée dans ses deux ouvrages L'homme qui m'aimait tout bas et Questions à mon père, en allant vers la Tunisie de son père adoptif et le Maroc de son père naturel.
Durée:3h. 30min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:35847
Résumé: Clara Werner, une vingtaine d'années, marche dans les rues de Bergen, en Norvège. Elle n'arrive pas à se défaire de son passé : son mariage au Maroc, les coups qu'elle a reçus. Jusqu'au jour où elle rencontre l'accordeur qui la réconcilie avec elle-même. ©Electre 2017
Durée:2h. 56min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:69332
Résumé: «J’essaie de tourner mes chroniques vers le “dehors”. Ce n’est pas un “moi” qui s’exprime, c’est un “moi” dans ce monde où nous rebondissons tous désormais, de jour en jour, comme des boules de flipper. Où je n’entends plus crier les enfants de l’école voisine, mais piailler les oiseaux. […] Mon but était d’y partager des choses à la fois intimes et universelles». Dans cet entretien donné au Nouvel Observateur, Éric Fottorino présente son journal du Covid-19, publié quotidiennement sur le site de l'hebdomadaire Le 1 pendant toute la durée du confinement. Durant ces 70 jours de chroniques, il aborde tous les sujets qui ont été au cœur de l’actualité française et mondiale : débats sanitaires, questionnements sur la liberté individuelle ou encore impact de la «distanciation sociale» sur les individus. Avec sa plume enlevée, Éric Fottorino livre une analyse pleine de finesse et de légèreté sur cette période irréelle, illustrée par l’humour noir des dessins de Nicolas Vial créés chaque jour autour des thématiques traitées.
Lu par:Henri Duboule
Durée:4h. 2min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17545
Résumé: Felix Maresco, la quarantaine classique, est assureur avenue des Gobelins à Paris. Son travail est sans surprise, ses sorties sont calculées. Un incendie lui remémore la fin tragique de son propre fils, Colin, écrasé par un chauffard. La mère du petit garçon le lui a abandonné dès sa naissance, comme il était prévu. Parce qu'il ne trouve pas de meilleure réponse aux attentes de son enfant, Félix lui invente une famille, aidé par les ombres chinoises des murs de l'appartement et les pierres tombales du cimetière du père Lachaise. Lui-même se travestit en femme, pour donner à Colin une maman : perruque, épilation des jambes et des sourcils, rouge à lèvres 'caresse'... L'ambiguïté est totale, et l'amour du père pour son fils absolu.
Lu par:René Sterckx
Durée:3h. 36min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:15183
Résumé: Présentation de l'éditeur : " Aujourd'hui encore, quand me guettent des pages d'écriture, mes ordres de grandeur sont convertis en intensité physique. Cela peut sembler incongru ou trivial de comparer le noble effort des lettres et celui du rémouleur de bitume. Pour moi ils sont égaux et, pour tout dire, la fibre cycliste, parce qu'elle m'a souvent remué la chair, m'est apparue comme une préparation sans pareille pour affronter le vertige des mots, l'épaisseur du langage au milieu duquel le chemin est étroit pour trouver le ton juste, le bon rythme, l'image, la couleur, la musique, l'émotion, la grâce. "
Durée:13h. 31min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:13420
Résumé: Moi, François Signorelli, docteur à Palerme, je me souviens de tout. Du vrai et du faux. De plus de gens et d'histoires que je n'en ai connu. Mille ans d'incertitude, tel est mon âge : ma mémoire prolifère et s'invente à mesure qu'elle se détruit, c'est un trouble neurologique désigné comme le syndrome de Korsakov. Je le sais, j'en suis l'un des spécialistes. Korsakov est mon mal intime, je le tutoie. Il me ronge et me délivre en même temps. D'abord, d'un passé noir comme l'abandon. D'une enfance triste à Bordeaux dans les années soixante, de l'absence d'un père de sang. De la folie de toute une famille où ma mère n'a pu tenir debout que par l'amour de Marcel Signorelli. Lui nous a donné son nom, celui de son propre père, Fosco, le cavalier magnifique du désert tunisien, dont les récits m'ont fait voler dans la lumière. Un coup de soleil pour la vie, que souhaiter de mieux quand celle-ci se dérobe ? Me voici enfant et ancêtre, par la grâce de Korsakov.
Durée:3h. 54min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16298
Résumé: " Ce sont les mots qu'ils n'ont pas dits qui font les morts si lourds dans leur cercueil. " Car ce livre est le dialogue qui n'a pas eu lieu entre un père, Michel Fottorino, et un fils, Éric - ou plutôt qui a eu lieu, mais sans passer par les mots. Michel Fottorino, apparu dans la vie d'Éric quand il avait neuf ans, n'était pas son père biologique. Il fut mieux que cela : un père adoptif, qui donnera jusqu'à son nom à ce petit garçon en quête d'identité comme l'était alors l'auteur, en même temps qu'un père adopté par l'enfant. Entre cet homme pudique, renfermé, mais joyeux, et le gamin, la complicité, immédiate, s'exprimera surtout par les gestes, les activités partagées, comme la passion commune et communicative, du cyclisme.