Contenu

Nani

Résumé
« Comme si chaque détail exige d’être évoqué, revécu, pour se désagréger dans la vase avec les cellules meurtries de ce corps. Son corps. Épuisé, souillé, appartenant plus à sa progéniture et à son mari qu’à elle-même, ce corps nourricier. Objet. Torture. Étranger. Ce corps déjà mort. »
Durée: 2h. 22min.
Édition: Genève, Slatkine, 2023
Numéro du livre: 75414
ISBN: 9782832112410

Documents similaires

Lu par:Keren Rouche
Durée:2h. 30min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19858
Résumé: Dans Mue, il est question de peau, celle que l'on quitte pour avancer, qu'on griffe, qu'on marque, qu'on caresse, qui appelle celle de l'autre dans laquelle on aime parfois se glisser et celle dont on a envie de goûter la saveur salée. Dans Mue, au-delà de la peau, il s'agit d'amour, celui que l'on fuit, qu'on ne s'autorise pas, qui effraie, qui vous saisit et vous brûle. Dans Mue, il est question du rôle de l'écriture et de la lecture dans nos vies. Lire, c'est se nourrir des histoires racontées par les autres. Chacune apporte une pierre à notre édifice et nous influence. Lire c'est s'évader, s'ecclipser, endosser des costumes qui ne sont pas les nôtres. Ecrire permet de s'inventer un rôle, survivre, supporter l'angoisse, la semer. Lucie, gauchère, lectrice compulsive et auteure, est réceptionniste à l'hôtel de la Cigogne. Elle essaye de mettre K.O. son angoisse, l'Immortelle, à coup de mots et de nouveautés. Elle se nourrit des autres, les absorbe quasiment. Avide de vivre, lumineuse et gourmande, insolente et libre, elle est pourtant aspirée vers le fond par une indicible noirceur.
Durée:1h. 34min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33102
Résumé: C'est un courrier. Une longue missive visant à mettre les choses au point. De manière définitive. Le lecteur entre alors dans Un garçon qui court comme au dernier acte d'un drame. Le pire a été commis, restent les explications. Et un sentiment amer, le dégoût.
Durée:1h. 3min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:72595
Résumé: « Dans les moments creux, on dépose une poupée dans les bras de Mme Dumas. Une poupée aux yeux bleus avec de longs cils noirs. Ses paupières se ferment lorsqu’on l’allonge sur le dos. À mesure de la bercer et d’embrasser son crâne en plastique, elle se tranquillise. On dirait que sa seule présence l’aide à recouvrer une sorte de paix. " Que nous réserve le passé ?
Durée:2h. 25min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:32884
Résumé: Courtes, incisives, parfois dérangeantes, les nouvelles de Mélanie Richoz ne laissent personne indifférent avec des thèmes tantôt crus, tantôt sensibles, mais toujours emmenés par une écriture efficace et pleine de sensations. Le talent de cette jeune auteure de Bulle est de nous faire ressentir, en parfois deux pages à peine, des vagues d'émotions qui augmentent crescendo grâce à des instants volés à la vie des personnages. Elle décrit les souffrances et les joies de l'âme avec les mots justes.
Durée:7h. 15min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75731
Résumé: Brésil, État de l’Acre. Une jeune avocate originaire de São Paulo se rend dans cette région partiellement couverte par la forêt amazonienne pour suivre le procès des assassins d’une jeune indigène. Sur place, elle découvre la beauté hypnotique et mystérieuse de la jungle, mais aussi sa part sombre, les injustices et les tragédies vécues au quotidien par les populations locales. S’initiant aux rituels ancestraux des peuples indigènes d’Amazonie et notamment à la prise de l’ayahuasca, un puissant hallucinogène, la jeune femme s’engage dans une quête de justice, pour les femmes qui l’entourent et pour elle-même.
Durée:10h. 13min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:39695
Résumé: "Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d'une femme à l'asile. - Et alors, qu'y a-t-il d'extraordinaire à cela ? demandai-je. - Sous sa robe, c'est là que je les ai cachés. - De quoi parlez-vous ? - Les cahiers... Ceux de Rose." Ainsi sortent de l'ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec Né d'aucune femme la plus vibrante de ses oeuvres. Avec ce roman sensible et poignant, il confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l'âme humaine.
Durée:24h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:65005
Résumé: J'ai su alors qu'un homme pouvait aimer. Avec sa musique, avec ses doigts, un homme peut aimer. Un homme peut être bon, il n'est pas forcé de vous faire du mal ": quand elle rencontre le pianiste Chef Gallagher, Rebecca ose à peine y croire. Enfant de, juifs allemands réfugiés dans une petite ville américaine, elle a grandi dans la terreur et la misère. Sa fuite éperdue i travers l'Amérique triomphante de l'après-guerre semble ne, lamais devoir s'arrêter. A moins que l'amour ne la rattrape...
Lu par:Madiana Roy
Durée:2h. 27min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:38214
Résumé: " Ça la fait rire de conduire un bus par lequel elle a imaginé tant de fois se faire écraser. " Jeanne, Cerise et Léonie, trois soeurs hantées par le secret de la génération qui les précède. Trois soeurs qui se battent contre le vide. Puis Chloé qui s’apprête à réussir là où sa mère et ses tantes ont échoué…
Durée:1h. 46min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33366
Résumé: Antoine, jeune garçon autiste, est confronté à l'hospitalisation de son père. Il livre ses états d'âme face à cette situation déstabilisante et confie ses réactions auxquelles font écho celles de ses parents
Lu par:Marie Tabard
Durée:3h. 17min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:68728
Résumé: Un matin, la police entre dans un collège de Stains. Huit élèves, huit garçons, sont suspectés de viol en réunion sur une fille de la cité voisine, Fatima. Leur interpellation fait exploser le quotidien de chacun des adultes qui entourent les enfants. En quoi sont-ils, eux aussi, responsables ? Il y a les parents, le principal, les surveillants, et une professeure de français, Emma, dont la réaction extrêmement vive surprend tout le monde. Tandis que l’événement ravive en elle des souvenirs douloureux, Emma s’interroge : face à ce qu’a subi Fatima, a-t-elle seulement le droit de se sentir victime ? Car il est des zones grises où la violence ne dit pas toujours son nom… Avec beaucoup de justesse, Gabrielle Tuloup aborde la question de l’abus sexuel dans notre société. Le lecteur, immergé dans l’intimité de personnages confrontés à la notion de consentement et aux lois du silence, suit leur émouvante quête de réparation.
Durée:6h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:68738
Résumé: Alors qu’elle se remettait d’une déception amoureuse, la narratrice, prise entre ses aspirations et les attentes de ses parents, s’est quelque peu précipitée dans le mariage. L’heureux élu est un brillant universitaire, un admirable militant – l’homme idéal ? Mais la jeune femme déchante vite, confi née dans sa maison à Mangalore, loin de sa famille, de ses amis. C’est d’abord ses habitudes que son mari entreprend de réformer : il faut qu’elle cesse de passer tant de temps sur internet, sur sa boîte mail, sur les réseaux sociaux – et puis, finalement, sur son ordinateur. Pour elle qui vit de son écriture, c’est presque un arrêt de mort. Il faut qu’elle devienne une parfaite femme du peuple, qu’elle assimile et incarne la doctrine marxiste. Et surtout, surtout, qu’elle respecte son époux et se conforme en tout point à ses désirs. Cet “endoctrinement” passe par la violence, qui emprunte toutes les ramifications possibles, plus perverses les unes que les autres. Pour ne pas sombrer, la narratrice lutte, elle écrit dans sa tête, imaginant comment raconter son histoire, cherchant la moindre faille. Peu à peu, elle invente un stratagème afin de s’en sortir, de garder le contrôle de sa propre vie. De ne pas disparaître. Porté par une voix puissante, ce récit de survie polymorphe, étonnamment lumineux, offre un éclairage salutaire sur les violences faites aux femmes, en Inde et dans le monde. Créant une tonalité singulière, à la fois intime et littéraire, l’auteur décortique avec rage et brio le mécanisme de défense inaltérable que constitue le rapport à la fiction.
Durée:4h. 10min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:72125
Résumé: Dans ce village haut perché des montagnes valaisannes, tout se sait, et personne ne dit rien. Jeanne, la narratrice, apprend tôt à esquiver la brutalité perverse de son père. Si sa mère et sa sœur se résignent aux coups et à la déferlante des mots orduriers, elle lui tient tête. Un jour, pour une réponse péremptoire prononcée avec l’assurance de ses huit ans, il la tabasse. Convaincue que le médecin du village, appelé à son chevet, va mettre fin au cauchemar, elle est sidérée par son silence. Dès lors, la haine de son père et le dégoût face à tant de lâcheté vont servir de viatique à Jeanne. À l’École normale d’instituteurs de Sion, elle vit cinq années de répit. Mais le suicide de sa sœur agit comme une insoutenable réplique de la violence fondatrice. Réfugiée à Lausanne, la jeune femme, que le moindre bruit fait toujours sursauter, trouve enfin une forme d’apaisement. Le plaisir de nager dans le lac Léman est le seul qu’elle s’accorde. Habitée par sa rage d’oublier et de vivre, elle se laisse pourtant approcher par un cercle d’êtres bienveillants que sa sauvagerie n’effraie pas, s’essayant même à une vie amoureuse. Dans une langue âpre, syncopée, Sarah Jollien-Fardel dit avec force le prix à payer pour cette émancipation à marche forcée. Car le passé inlassablement s’invite. Sa préférée est un roman puissant sur l’appartenance à une terre natale, où Jeanne n’aura de cesse de revenir, aimantée par son amour pour sa mère et la culpabilité de n’avoir su la protéger de son destin.