Contenu

Histoire sentimentale

Résumé
"On a jeté de la vitesse dans quelque chose qui ne le supportait pas". René Char in Lettera Amorosa
Genre littéraire: Nouvelle
Durée: 13min.
Édition: Castellare-di-Casinca, Lettres vives, 2022
Numéro du livre: 72572
ISBN: 9782914577748

Documents similaires

Lu par:Madiana Roy
Durée:6h. 38min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20215
Résumé: Karel Capek (1890-1938) est l'écrivain tchèque le plus connu à l'étranger. Le thème qui domine son œuvre toute entière est la crainte que la civilisation mécanique et son développement technique poussé jusqu'à l'absurde n'étouffe chez l'homme le sens se l'humanité. Cette préoccupation s'exprime aussi bien dans ses drames - R.U.R., La vie des insectes - que dans ses romans - la fabrique d'absolu, la Krakatite - et le conduit à échafauder - avec une fantaisie et un humour éblouissants comme avec la logique la plus rigoureuse - des œuvres d'anticipation qui fascinent et font frémir. On considère à juste titre Capek - et pas seulement parce qu'il est le créateur du mot « robot » - comme un des pères de la science-fiction moderne. Les vingt-neuf « récits apocryphes » ont été écrits par Capek entre 1920 et 1938. Chacun des récits, à quelques exceptions près, est centré autour d'un personnage historique ou semi-légendaire bien connu de tous. Réfutant le plus souvent les notions transmises par l'histoire, Capek nous montre ce personnage sous des côtés intimes, parfois inattendus, nous expose les mobiles de ses actes, en fait une étude psychologique tournant à la satire. L'humour domine dans la plupart des récits, mais certains sont empreints également d'une grande tendresse et d'un grand amour de l'homme. La vision personnelle de l'auteur leur donne une forte résonance d'actualité. Ces récits sont groupés, dans l'édition finale, selon l'ordre chronologique de l'apparition des personnages dans l'histoire (entre autres Prométhée, Agathon, Alexandre le Grand, Archimède, Loth, le Christ, Ponce Pilate, Dioclétien, Attila, François d'Assise, Hamlet, Don Juan, Roméo et Juliette, Napoléon).
Durée:39min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:74444
Résumé: Ce court récit inédit de Julien Gracq met en scène une fascination. C’est la vision initiatrice, brève mais répétée, d’une demeure, aperçue à chaque trajet depuis un car traversant la campagne pendant l’Occupation, qui pousse le narrateur à se mettre en route, cheminant seul dans les sous-bois pour s’approcher de la maison. À travers le récit de ce parcours aussi sensuel et contemplatif qu’intériorisé, La Maison déplie, comme une intrigue, la naissance d’un désir.
Durée:3h. 55min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20394
Résumé: Dans ses récits, à la manière du transfert psychanalytique, le souvenir se mêle au présent dans un propos qui regorge de tous les sentiments contradictoires éprouvés pour le lieu natal : le vécu et le rêvé se réorganisent jusqu'à ce que l'équilibre soit retrouvé (Jérôme Meizoz). Né en 1930 à Sion, Raymond Farquet vit à Genève. Il fait ses études à l'Université de Fribourg où il obtient une licence en lettres (histoire). Il voyage en France et s'engage comme volontaire dans les premières communautés d'Emmaüs à Paris. Il choisit ensuite d'enseigner. Aujourd'hui à la retraite, il s'intéresse à l'ornithologie. Il s'est consacré à l'essai, à la nouvelle et au récit et a cessé d'écrire par choix délibéré. Il a également collaboré à la Revue pédagogique genevoise.
Durée:1h. 45min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20131
Résumé: Un vieux criminel de guerre et sa fille dînent dans une auberge au milieu des Dolomites et se retrouvent à la table voisine de celle du narrateur, qui travaille sur une de ses traductions du yiddish. En deux récits juxtaposés, comme les deux tables de ce restaurant de montagne, Erri De Luca évoque son amour pour la langue et la littérature yiddish, puis, par la voix de la femme, l'existence d'un homme sans remords, qui considère que son seul tort est d'avoir perdu la guerre...
Durée:1h. 52min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20251
Résumé: "Caprice de la reine" (Editions de Minuit) est une somme de textes (inédits ou pas) de Jean Echenoz. Ce recueil de nouvelles juxtapose sept récits, friandises aux goûts et textures différents, toutes parfaitement usinées. Echenoz, quoi. Qu'il nous parle de l'Amiral Nelson plantant des arbres, d'un séjour d'Hérodote distrait à Babylone, des scupltures des reines de France au jardin du Luxembourg ou d'une triple expédition sandwich au Bourget, Jean Echenoz démontre à quel point le sujet importe peu. L'écrivain s'en empare et en fait de la littérature. (francetvinfo)
Durée:3h. 40min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:18245
Résumé: Les histoires séduisantes et âpres qu'on trouve dans Àngeles se passent en Amérique latine, et mettent en scène des personnages communs (par exemple un Bolivien immigré) ou extraordinaires (un ange avec ses ailes bricolées). Ils reflètent une vision de ce continent poétique ou réaliste (les jeunes kidnappeurs), liée à l'Histoire (les dictatures) ou à un quotidien parfois violent (rapt, assassinats). Il y a de l'humour aussi, sous-jacent ou au premier plan, comme dans ce récit où les passagers d'un bus voient une apparition: une tête barbue. Tout le monde identifie le Christ sauf le narrateur, en proie à une mission littéraire, qui tente de persuader les autres qu'il s'agit de Don Quichotte. Tous ces contes un peu baroques forment un univers cohérent, avec pour lien thématique et suspendu la présence des anges. (Alain Bagnoud, Tribune de Genève)
Durée:1h. 31min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:17855
Résumé: «Au fond, les vrais voyages sont immobiles. Immobiles et infinis. Solitaires. Silencieux. Souvent, ils commencent dans une chambre où l'on est enfermé parce qu'il pleut ou parce qu'on est malade, obligé de garder le lit. On a huit ou neuf ans, le goût des images qui partent toutes seules dans tous les sens et qu'on lit de même, en sautant par-dessus les fuseaux horaires.» Souvenirs, portraits d'un vagabond furtif, ces courts récits s'offrent comme une variation musicale autour du mot de Rimbaud : «On ne part pas.»
Durée:6h. 34min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:15601
Résumé: Michel Tremblay nous raconte son enfance, ses premiers contacts avec les livres, la naissance de son envie d'écrire et surtout, sa si belle relation avec sa mère.
Durée:3h. 7min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:15312
Résumé: Avec cette oeuvre, Michel Tremblay retourne à son enfance. Une enfance passée dans la rue Fabre de Montréal, alors un quartier peuplé de familles ouvrières, qui ont été chassées par la faune branchée des universités et du monde culturel. L'auteur se délecte de sa petite enfance au sein d'une famille unie de la décennie des années 40. L'éditeur a cru bon de préciser qu'il s'agissait de récits. Que le matériel soit autobiographique n'enlève rien au fait que ce soient des nouvelles qui répondent au canon normatif du genre. L'élément déclencheur projette le héros vers un dénouement inattendu, qui, six fois sur huit, est bien amené. Michel Tremblay évoque avec magie un monde pas si lointain, qui répond aux normes standards de la famille francophone québécoise. Des familles nombreuses, catholiques, conviviales et dignes malgré des conditions sociales peu avantageuses...
Durée:50min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:71764
Résumé: « Son précédent texte court, Mal vu mal dit, datait de 1980 et Samuel Beckett ne reviendra à cette forme d'expression qu'en 1987-88 avec son dernier ouvrage, Stirrings Still (Soubresauts). Mais tout en s'inscrivant dans cette continuité, Cap au pire est une œuvre à part, le cri d'une souffrance, d'une détresse inouïes. Ce cri, qui tend de façon plus ou moins explicite toute l'œuvre de Samuel Beckett, il ne pouvait le faire entendre à l'état pur qu'en torturant le langage de façon à le dépouiller, le réduire à l'extrême, le pousser aux limites du silence. À l'époque où il écrivait Cap au pire, Samuel Beckett se consacrait, comme réalisateur, au tournage de ses pièces pour la télévision et particulièrement à Quad. Là, des personnages qui ne sont plus que des silhouettes suivent des itinéraires minutieusement tracés pour parcourir un espace dont ils évitent soigneusement le centre, chacun déviant sa course lorsqu'il approche du cœur du vide, domaine de tous les périls. Dans Cap au pire, Samuel Beckett se situe au contraire à ce point central où rien ne le protège plus, où il va devoir affronter une détresse absolue. Cette démarche fut pour lui une épreuve terrible. S'il a renoncé à l'époque à traduire lui-même Worstward Ho en français, c'est en grande partie parce qu'il redoutait d'avoir à affronter de nouveau une souffrance aussi intolérable ».
Durée:2h. 26min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:19592
Résumé: Vingt-trois courts récits qui ont pour cadre le monde du travail. Vingt-trois personnages recrutés à contre-emploi ou exposés aux paradoxes de leur statut social. Et à chaque fois, un détail inattendu qui, mettant le quotidien en porte-à-faux, excite, comme par accident, notre imagination... Les « petits métiers » d'aujourd'hui portant de drôles de noms, on croisera, au fil des pages, un consultant d'entreprise, une hôtesse d'accueil, un télévigile, un enseignant par correspondance, un acteur de complément, etc. S'il s'agissait d'un film, on parlerait de «documentaire-fiction». C'est sur ce même fil du rasoir qu'Yves Pagès a conçu ses Petites Natures mortes au travail, entre cinéma du réel et dérives imaginaires. Entre témoignages vécus et jeux de rôle fictifs.
Durée:8h. 30min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:16591
Résumé: Le système périodique (italien: Il Sistema Periodico) est un recueil d'histoires courtes de Primo Levi, publié en 1975. À la veille de sa retraite du monde de la chimie afin de se consacrer à sa carrière d'écrivain, Primo Levi revient, à travers 21 chapitres portant chacun le nom d'un élément chimique, sur cette science sous le signe de laquelle il a placé sa vie et tenté de trouver une réponse aux questions de l'univers, en se confrontant directement à la matière, amicale, indifférente ou hostile. La chimie a, en retour influencé son écriture, en y introduisant l'analyse et la description objective, le besoin d'élucider les sources des problèmes afin de les résoudre et la remise en question permanente des acquis. (wikipedia)