Contenu

Poèmes. Suivi de mirlitonnades (1976-1978)

Résumé
Ce recueil réunit les poèmes que Samuel Beckett a écrits en français depuis 1937. TABLE DES MATIÈRES : elles viennent - à elle l'acte calme - être là sans mâchoires sans dents - Ascension - La Mouche - musique de l'indifférence - bois seul - ainsi a-t-on beau - Dieppe - Rue de Vaugirard - Arènes de Lutèce - jusque dans la caverne ciel et sol - bon bon il est un pays - Mort de A. D. - vive morte ma seule saison - je suis ce cours de sable qui glisse - que ferais-je sans ce monde sans visage sans questions - je voudrais que mon amour meure - hors crâne seul dedans - Comment dire - mirlitonnade
Genre littéraire: Poésie
Durée: 26min.
Édition: Paris, Minuit, 2002
Numéro du livre: 70403
ISBN: 9782707302298

Documents similaires

Durée:56min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:72544
Résumé: Une écriture simple et précise et un portrait de l'homme moderne.
Durée:11min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:71424
Résumé: "...la langue se charge de boue un seul remède alors la rentrer..." D'une seule phrase de dix pages, sans virgule mais avec une majuscule et un point final, Beckett écrit avec des mots ce qu'un narrateur voit avec ses yeux.”
Durée:15min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:71588
Résumé: Un homme seul, confiné en un lieu mal défini, et dont tout donne à penser qu"il touche au terme de son existence. Assis à une table, il voyage dans sa tête. Sa lumière intérieure est éteinte, et celle du dehors le laisse dans le noir. Il se voit se lever, s’accrocher à la table, puis disparaître et réapparaître en une autre place, ou bien ailleurs, en un autre lieu. Il est à la recherche d’une sortie " vers l’errance d’antan. Dans l’arrière-pays ”. Une horloge marque le temps, sonne l’heure et la demie, et des coups et des cris se font entendre. Il revient à lui-même, observe ses mains. “ Soulevait feu sa tête pour voir ses feues mains. ” L’errance se prolonge, mais nul indice, nul repère ne lui permet de discerner où il se trouve. D’ailleurs qu’importe, puisque “ toute place telle une seule ”. Aux coups et aux cris succède le silence qui marque peut-être la fin dernière, ou simplement, une accalmie. [Source: "Le Figaro", 1989]
Durée:50min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:71764
Résumé: « Son précédent texte court, Mal vu mal dit, datait de 1980 et Samuel Beckett ne reviendra à cette forme d'expression qu'en 1987-88 avec son dernier ouvrage, Stirrings Still (Soubresauts). Mais tout en s'inscrivant dans cette continuité, Cap au pire est une œuvre à part, le cri d'une souffrance, d'une détresse inouïes. Ce cri, qui tend de façon plus ou moins explicite toute l'œuvre de Samuel Beckett, il ne pouvait le faire entendre à l'état pur qu'en torturant le langage de façon à le dépouiller, le réduire à l'extrême, le pousser aux limites du silence. À l'époque où il écrivait Cap au pire, Samuel Beckett se consacrait, comme réalisateur, au tournage de ses pièces pour la télévision et particulièrement à Quad. Là, des personnages qui ne sont plus que des silhouettes suivent des itinéraires minutieusement tracés pour parcourir un espace dont ils évitent soigneusement le centre, chacun déviant sa course lorsqu'il approche du cœur du vide, domaine de tous les périls. Dans Cap au pire, Samuel Beckett se situe au contraire à ce point central où rien ne le protège plus, où il va devoir affronter une détresse absolue. Cette démarche fut pour lui une épreuve terrible. S'il a renoncé à l'époque à traduire lui-même Worstward Ho en français, c'est en grande partie parce qu'il redoutait d'avoir à affronter de nouveau une souffrance aussi intolérable ».
Durée:3h. 42min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14945
Résumé: Mercier et Camier nous invitent au voyage. La contrée qu'ils vont parcourir, une île jamais nommée, est parfaitement reconnaissable. C'est l'Irlande, merveilleusement décrite ici, avec ses landes de bruyères, les jetées de ses ports lancées vers le large pour enlacer la mer, ses sentiers parmi les tourbières, les écluses du canal de Dublin, tout un paysage si cher à Samuel Beckett et si souvent présent en filigrane dans toute son oeuvre. Le but du voyage de Mercier et Camier n'est guère précis. Il s'agit " d'aller de l'avant ". Ils sont en quête d'un ailleurs qui, par nature même, s'abolit dès qu'il est atteint. Leurs préparatifs ont été extrêmement minutieux, mais rien ne se passe tout à fait comme prévu. Il faut d'abord parvenir à partir ce qui n'est pas une mince affaire. Il faudra ensuite rebrousser chemin pour moins mal se remettre en route derechef. Il pleuvra énormément tout au long du voyage. Ils n'ont qu'un seul imperméable à se partager et, après maints efforts, leur parapluie refusera définitivement de s'ouvrir...
Durée:1h. 18min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:67517
Résumé: Les poésies de Malek Haddad oscillent de nouveau, dans ce deuxième recueil, entre engagement et liberté, amertume de l’exil et nostalgie d’un bonheur perdu. A travers ses écrits où se retrouve l’empreinte de la Guerre de Libération, transparaît le talent d’un écrivain soucieux surtout de la valeur virtuelle, de la quintessence de son témoignage. Ses textes font transparaître une double personnalité de l’auteur, poète déchiré et témoin engagé dans un monde de violence.
Durée:3h. 3min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:33459
Résumé: Née à Beharré, au Liban, en 1937, Vénus Khoury-Ghata est romancière, traductrice, mais avant tout poète. Bien que passée d'une langue à l'autre, de l'arabe au français, elle continue pourtant à se demander : " Comment pleurer dans une langue qui n'est plus la tienne / quel nom donner aux murs non imprégnés de ta sueur ". Interrogation surprenante, tant Vénus Khoury-Ghata maîtrise les deux idiomes, mais interrogation féconde puisqu'elle ne cache pas les affrontements toniques qui résultent d'une telle coexistence conflictuelle : " J'ai raconté mon enfance en prose et en poésie, précise-t-elle, dans un français métissé d'arabe ; la langue arabe insufflant sa respiration, ses couleurs à la langue française si austère à mon goût. Je devais écarter ses cloisons étroites pour y insérer ma phrase arabe galopante, ample, baroque. Avec le recul, je pense que la langue française m'a servi de garde-fou contre les dérapages. J'ai fini par me trouver à l'aise dans son espace. Mais je continue à entendre un bruit de fers qui s'entrechoquent comme pour un duel dès que je prends la plume. Deux langues s'affrontent sur ma page et dans ma tête. " D'où le titre quasi manifeste de cette anthologie : " Les mots étaient des loups ". Car les mots sont les garants agressifs d'un conflit permanent qui convoque, et intervertit souvent, les vivants et les morts. Cependant ces mots qui allument leur mèche à on ne sait quel silex vont jusqu'à faire une escorte céleste aux pas des hommes sur terre : Que savons-nous de sable enfouis sous les pieds des caravanes devenus silice éclats de verre vénérés par les chameliers comme débris d'étoile ? "
Lu par:Jean Frey
Durée:4h. 47min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:17233
Résumé: Le Parti pris des choses est un recueil de poèmes en prose écrit par Francis Ponge et paru en 1942. Dans Le Parti pris des choses, Ponge décrit des "choses", des éléments du quotidien, délibérément choisis pour leur apparente banalité. L'objectif de ce receuil est de rendre compte des objets de la maniere la plus precise possible en exprimant les qualités physiques et languistiques du mot. Plus simplement il veut rendre compte de la beauté des objets du quotidien. A l'aide d'une multiplicité d'images (métaphores, comparaisons), le poète tente de restituer aux objets leur entière originalité. En effet, certaines "choses" ne sont plus perçues qu'à travers le filtre des lieux communs : par exemple la fleur, qui se limite bien souvent, en poésie, à une évocation mièvre. (wikipedia.org)
Durée:1h. 25min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:30129
Résumé: Ces poèmes, cris contre la violence faite aux hommes et à la nature, expriment la nostalgie des choses évanouies avec l'enfance et d'un monde où le mot "étranger" ne signifie rien.
Lu par:Yette Perrin
Durée:3h. 22min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:4383
Résumé:
Durée:4h. 22min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:8242
Résumé: Ce recueil regroupe des poèmes écrits par deux pseudonymes de Fernando Pessoa, Alberto Caeiro et Alvaro de Campos. Le premier écrit une poésie simple, naturelle et dont la spontanéité cache la profondeur. Le second écrit une poésie intellectuelle et baroque qui demeure solaire malgré l'engloutissement et l'absence.
Durée:1h. 49min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:12151
Résumé: La biographie de ce mathématicien, astronome, philosophe et poète persan né vers 1040, reste assez mystérieuse. Son talent de poète reconnu de son temps fut redécouvert à l'occasion de la traduction des Rubayat au milieu du siècle dernier. Il est mort en 1122.