Contenu

Excursion aux îles éoliennes

Quatrième de couverture
De Palerme vers les îles Eoliennes, Alexandre Dumas nous relate une équipée d'île en île faite d'expériences très contrastées : douces heures du voyage sur l'eau ; aridité d'Alicudi, île désolée ; enfer des forçats dans les mines de soufre de Vulcano ; vertigineuse ascension du Stromboli, avec sa "pluie régulière de lave et de pierres". Le périple est ponctué d'épisodes bigarrés et marque par le contraste entre le caractère immuable de ces îles — dont le voyageur peut aujourd'hui faire une expérience sensible proche de celle des protagonistes de Dumas —, et le bouleversement des conditions sociales et des manières de vivre. "Vulcano, pareil au dernier débris d'un monde brûlé, s'éteint tout doucement au milieu de la mer qui siffle, frémit et bouillonne tout autour de lui. Il est impossible, même à la peinture, de donner une idée de cette terre convulsionnée, ardente et presque en fusion."
Durée: 1h. 25min.
Édition: Caen, Nous, 2020
N° de notice: 68832
ISBN: 9782370840707
Collection(s): Via
CDU: 910.92

Documents similaires

Durée: 2h. 51min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 71248
Quatrième de couverture: Ecrit avec une grande élégance, ce texte se présente comme une déambulation dans Sienne, au coeur de la Toscane. Après le succès de La terre qui les sépare, Hisham Matar décide de se rendre pour un mois dans cette ville qu'il a évitée pendant plus de vingt ans et qui, contre toute attente, lui révélera une part de lui-même. Bien plus qu'un portrait de Sienne, c'est avant tout le récit d'un homme qui marche et se souvient. Rencontres et réflexions en rythment le cours, et la ville devient alors un support à la rêverie et à l'introspection. Ses pensées abolissent la distance et dévoilent une architecture secrète du souvenir, une géographie mentale où Sienne, Rome et Tripoli ne feraient qu'un, et où les disparus seraient à nouveau présents. Ponctué de tableaux de l'école siennoise, ce livre se présente comme une invitation au voyage et une bouleversante réflexion sur l'art et la littérature, ces élans pleins d'espoir qui nous relient à ceux qu'on aime et offrent un espace où retrouver ceux que l'on a perdus.
Durée: 19h. 27min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 66904
Quatrième de couverture: "...ce voyage a été le plus terre à terre et en même temps le plus visionnaire de tous ceux que j’ai faits". Dans cette bible voyageuse, Paolo Rumiz ressuscite la Via Appia, vingt-trois siècles après sa construction. Après six cent douze kilomètres et vingt-neuf jours de marche, Rumiz dégage cette voie légendaire des toiles d’araignées sous lesquelles l’oubli et l’incurie l’avaient ensevelie. Pas après pas, il nous conduit vers les merveilles cachées de la mère de toutes les routes, plus ancienne et plus variée que le chemin de Compostelle. Ce récit passionnant propose, pour la première fois, une cartographie complète de ce parcours mythique reliant Rome à la Méditerranée.
Lu par: Evelyne Rochat
Durée: 2h. 2min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 14719
Quatrième de couverture: Le voyage en Italie est un genre littéraire. Il nous a valu, de Montaigne à Larbaud, quelques jolies méditations sur les arts, les transports et la gastronomie. C'est conscient de cette tradition qu'Henri Calet, en 1949, effectue le sien. D'emblée, il ne joue pas le jeu. Il enfile bien la Botte, ville après ville, mais, dès qu'approche l'instant élu des friandises culturelles, Calet fait mine de rien, regarde ailleurs, s'absente. Car il vise l'Italie " au-dessous de la peinture ", se refusant à la voie royale des sites et des musées, à son cortège de béatitudes convenues. Mais que surviennent une suite de " petits faits vrais ", maints détails savoureux, un rêve possible, alors Calet consent, sa fringale s'éveille et sa phrase pétille. Enthousiasme momentané. Le seul vrai voyage serait de s'oublier un temps. Mais on se colle à la peau. Que ce soit pour Venise ou les Buttes-Chaumont, on ne part pas. Telle est la leçon.
Durée: 3h. 14min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 36939
Quatrième de couverture: Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. D'après Chateaubriand, " on entre dans Naples presque sans le voir, par un chemin assez creux ". Sans doute n'a-t-il pas emprunté le bon, car l'entrée est " grandiose " aux yeux de Stendhal. Tandis que Sade s'étonne du manque de goût dont témoigne le Napolitain, un siècle plus tard Dumas s'en réjouit : c'est qu'il se contente de peu de chose. Maupassant, Zola... : nombreux sont ceux qui ont vanté les rues étroites de Naples, ses femmes, ses enfants sur les balcons, penchés pour étendre le linge, à découvert toujours, car à Naples on vit dehors. " Je n'oublierai pas plus la rue de Tolède que la vue qu'on a de tous les quartiers de Naples : c'est, sans comparaison, à mes yeux, la plus belle ville de l'univers. " Stendhal
Durée: 8h. 46min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 39275
Quatrième de couverture: Un voyage sentimental, subjectif et farceur, à travers la France et l'Italie du XVIIIe siècle. Un anti-guide de voyage, par l'auteur génial de Tristram Shandy. Et un colossal succès à l'époque de sa parution, dont l'influence se fait toujours sentir sur la "littérature de voyage" contemporaine. Laurence Sterne a écrit deux romans, deux chefs-d'oeuvre. Le premier est sédentaire, c'est Tristram Shandy. Le second est nomade, c'est Un voyage sentimental. Après le tour de force que représentait l'écriture de Tristram Shandy, l'auteur décide de se dégourdir les jambes et de voir du pays. Son voyage ne sera pas touristique, mais sensible, et exempt de tout préjugé. Il part à la rencontre des lieux, des gens, de ce que le hasard aura à lui offrir. Et bien sûr, ce voyage est une révolution. Une révolution du regard autant que du sentiment, où toutes les perspectives se renversent. Ici, on expédie le pittoresque des coutumes, les visites de monuments, les plaisirs du grand monde, mais on étire à l'infini la rencontre avec une jeune domestique venue acheter un livre dans une librairie. Un voyage sentimental met en scène quatre de ces rencontres avec des jeunes femmes, et ce sont quatre merveilleux morceaux de bravoure, où chaque geste, chaque parole est à double ou triple sens...
Durée: 12h. 53min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 71231
Quatrième de couverture: 1835. Alexandre Dumas, cherchant l’inspiration pour un drame sur la Rome antique, arrive à Naples où, signalé pour ses esclandres révolutionnaires lors des journées de 1830, il doit séjourner clandestinement. Bien décidé, malgré l’adversité, à explorer à toute allure les multiples facettes de cette ville bouillonnante, Dumas veut tout voir et tout entendre. Avec son enthousiasme habituel, il parcourt Chiaia, quartier des étrangers et de l’aristocratie, Forcella, royaume des avocats et des plaideurs, Toledo, rue des promeneurs et des boutiques, mais aussi Pouzzoles, et bien sûr le Vésuve, Pompéi et Herculanum. Au fil de chaque rue, devant chaque monument, le grand écrivain populaire se fait le cicerone de son lecteur, qu’il entraîne dans son sillage à la découverte d’une ville dont il est passionnément épris. Dans un ébouriffant tourbillon d’anecdotes et d’érudition, où la drôlerie le dispute au tragique, ce flâneur nous fait profiter de sa curiosité insatiable : spectacles de rue, fêtes, processions, superstitions populaires instruisant sur l’art de se prémunir contre le mauvais œil, mœurs culinaires et religieuses… Mais aussi éclairages sur l’histoire : celle récente de l’occupation française et des amours de lord Nelson avec la belle lady Hamilton, celle, immortelle, de l’Antiquité romaine, dont témoignent d’époustouflants vestiges. « Voir Naples et mourir », dit le proverbe. Certes, mais avec Dumas pour guide.
Lu par: Manon
Durée: 4h. 40min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 33291
Quatrième de couverture: L'écrivain choisit d'entreprendre un tour du monde singulier à pied : marcher un mois par an, sans jamais dévier de son cap, plein Est. Il relate ici ses six premières étapes, de son point de départ dans le Tarn à Miskolc en Hongrie, en passant par Albertville, Andermatt, Tresenda, Venise ou Dubrava Krizovijanska. Il décrit ses joies, sa fatigue, sa solitude, ses rencontres, etc.
Durée: 5h. 51min.
Genre: Arts
Numéro: 65246
Quatrième de couverture: Ecrit en 1914 à l'intention de ses élèves, l'historien dégage les principes formels de l'art italien à travers l'histoire de la peinture depuis les mosaïques byzantines jusqu'à la Renaissance et à l'art baroque, après avoir défini une méthode d'analyse du style pictural.
Durée: 3h. 12min.
Genre: Voyage/exploration
Numéro: 14667
Quatrième de couverture: Présentation de l'éditeur : Lors d'un séjour à Florence à la fin des années 1830, Alexandre Dumas (1802-1870) illumine les palais et les rues de la ville aux feux des passions dont ils furent le théâtre lors des somptueuses fêtes de la Renaissance.
Lu par: Nicole Rub
Durée: 9h. 57min.
Genre: Contes et légendes
Numéro: 2914
Quatrième de couverture:
Lu par: Nicole Depauw
Durée: 3h. 19min.
Genre: Pratique/cuisine/alimentation
Numéro: 39599
Quatrième de couverture: Cent recettes de cuisine italienne, de l'entrée au dessert.
Lu par: Manon
Durée: 8h. 5min.
Genre: Histoire/géographie
Numéro: 38856
Quatrième de couverture: Il est une question qui demeure récurrente : celle de l'identité de la nation italienne, dont l'unité semble inachevée. A la différence de la France forgée au fil des siècles par un puissant Etat, qu'il fût monarchique ou jacobin, l'Italie est restée confrontée à des forces centrifuges qui ont fait de son histoire contemporaine une longue quête de son unité, ce combat à la fois politique et culturel qu'il est convenu d'appeler le Risorgimento (la "résurrection"). L'héritage de Rome, de l'humanisme de la Renaissance, d'une péninsule qui, à l'orée du XVI ? siècle, s'est imposée à l'Europe, par sa culture artistique, mais aussi par sa culture matérielle, ses marchands, ses réseaux commerciaux et l'habileté de ses hommes d'affaires, constitue, à l'orée du XIX ? siècle, autant d'obstacles à la formation d'un Etat moderne, capable de diffuser une langue commune et d'associer les villes et les campagnes dans un même mouvement de modernisation. Achevée en 1870, l'unité n'est alors qu'une enveloppe ; il reste à faire des Italiens et à leur donner une identité capable de réduire autant de différences entre les régions, les villes et les individus. Elena Musiani inscrit le Risorgimento dans la durée : il devient un processus historique dans lequel les événements qui l'ont créé, transformés en mythe, héroïsés par les générations suivantes, ont constitué jusqu'à nos jours une véritable pédagogie, "la fabrique des Italiens" .