Contenu

Contes d'une poche et d'une autre poche

Résumé
"Il est temps de relire Capek pour le rire insouciant qu'il crée dans ses contes, rire derrière lequel pointe souvent l'angoisse. C'est une joie de lire l'oeuvre de cet incroyable conteur, auteur de récits stupéfiants et inoubliables", Arthur Miller.Des empreintes qui s'arrêtent soudainement dans la neige, un homme qui a pour seul tort de paraître suspect, un voleur de cactus qui disparaît à l'autre bout du monde, un poète qui se transforme en détective, Dieu qui apparaît comme témoin de la justice humaine, une cellule de prison dont les occupants se repentissent, un cadavre retrouvé dans une valise déposée à la consigne d'une gare... Dans ces quarante-huit nouvelles, dont plus de la moitié était inédite en français jusqu'à présent, Karel Capek mêle comme à son habitude l'ordinaire et l'extraordinaire, l'humour à la satire. Crimes, disparitions, énigmes, mystères, enquêtes, ces récits, qui relèvent du genre policier avant l'heure, dissèquent la vérité et jouent avec notre capacité à juger. Ces textes en forme de paraboles, qui continuent de nous hanter longtemps après leur lecture, prouvent encore une fois l'importance de Capek dans l'histoire littéraire.
Genre littéraire: Nouvelle
Mots-clés: Humour
Durée: 13h. 17min.
Édition: Paris, les Ed. du Sonneur, 2018
Numéro du livre: 39115
ISBN: 9782373850802

Documents similaires

Lu par:Madiana Roy
Durée:6h. 38min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20215
Résumé: Karel Capek (1890-1938) est l'écrivain tchèque le plus connu à l'étranger. Le thème qui domine son œuvre toute entière est la crainte que la civilisation mécanique et son développement technique poussé jusqu'à l'absurde n'étouffe chez l'homme le sens se l'humanité. Cette préoccupation s'exprime aussi bien dans ses drames - R.U.R., La vie des insectes - que dans ses romans - la fabrique d'absolu, la Krakatite - et le conduit à échafauder - avec une fantaisie et un humour éblouissants comme avec la logique la plus rigoureuse - des œuvres d'anticipation qui fascinent et font frémir. On considère à juste titre Capek - et pas seulement parce qu'il est le créateur du mot « robot » - comme un des pères de la science-fiction moderne. Les vingt-neuf « récits apocryphes » ont été écrits par Capek entre 1920 et 1938. Chacun des récits, à quelques exceptions près, est centré autour d'un personnage historique ou semi-légendaire bien connu de tous. Réfutant le plus souvent les notions transmises par l'histoire, Capek nous montre ce personnage sous des côtés intimes, parfois inattendus, nous expose les mobiles de ses actes, en fait une étude psychologique tournant à la satire. L'humour domine dans la plupart des récits, mais certains sont empreints également d'une grande tendresse et d'un grand amour de l'homme. La vision personnelle de l'auteur leur donne une forte résonance d'actualité. Ces récits sont groupés, dans l'édition finale, selon l'ordre chronologique de l'apparition des personnages dans l'histoire (entre autres Prométhée, Agathon, Alexandre le Grand, Archimède, Loth, le Christ, Ponce Pilate, Dioclétien, Attila, François d'Assise, Hamlet, Don Juan, Roméo et Juliette, Napoléon).
Durée:5h. 47min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:13612
Résumé: Connu comme dramaturge et comme auteur de science-fiction, Karel Capek se fait ici "conteur vériste, disciple de Giovanni Verga" pour nous offrir une tragédie (il y a eu meurtre) paysanne et familiale. De retour des États-Unis, le héros dont personne n'attendait le retour à Kriva (Tchécoslovaquie), devient rapidement encombrant: il est "l'homme en trop", celui dont on ne sait pas s'il veut acheter la ferme ou fiancer la fille. Un roman de moeurs primitives.
Durée:4h. 42min.
Genre littéraire:Voyage/exploration
Numéro du livre:66900
Résumé: En 1936, tandis que la Seconde Guerre mondiale menace, l’écrivain tchèque Karel Capek (1890-1938) entreprend un voyage dans le Nord de l’Europe. Forêts à perte de vue, fjords échancrés, vaches noir et blanc, fermes rouges,myriade d’îles ponctuent sa traversée du Danemark, de la Suède et de la Norvège. Au fil du récit, derrière une naïveté feinte et un lyrisme tempéré, où affleurent une tendre ironie et un humour mordant, se profile le portrait troublant, éblouissant de nature et de lumière, d’un continent en sursis. Car, en route vers le cap Nord, Capek pressent la fin d’une époque et dessine une Europe qui, bientôt, sombrera dans le chaos.
Durée:2h. 41min.
Genre littéraire:Voyage/exploration
Numéro du livre:38230
Résumé: Lettres d'Angleterre relatent le premier voyage de l'écrivain tchèque Karel Capek sur les îles Britanniques où il fut invité en 1924 à l'occasion de la tenue du congrès national du PEN Club et de l’ouverture de la British Empire Exhibition. Karel Capek commence par découvrir Londres et les Londoniens avec un étonnement quasi constant. Il rend compte, avec esprit, de ses visites dans les trop nombreux musées ou profite de rencontrer et de croquer entre-autres H. G. Wells, G.-K. Chesterton et G. B. Shaw. Il découvre également les clubs et le rôle de premier plan que ceux-ci jouent dans la vie sociale et intellectuelle outre-Manche. Mais à ses yeux l’Angleterre apparaît d'abord comme un magnifique et immense jardin. Sa traversée de la country passe par des petites villes, Cambridge et Oxford, la visite des cathédrales, avant de s’embarquer pour l’Écosse, le pays de Galles et l’Irlande.
Durée:1h. 3min.
Genre littéraire:Roman animalier
Numéro du livre:66496
Résumé: Dachenka : « vertébré de l’ordre des carnivores coquins et canins, sous-ordre des endiablés, genre des fureteurs, famille des farceurs, variété des facétieux à oreilles noires ». Avec humour et tendresse, Karel Capek nous conte comment l’arrivée de cette petite boule de poils va changer le fil de son quotidien et de celui de son foyer. L’écrivain tchèque décide alors d’observer et d’étudier le développement de cette furie canine. Il la raconte, la décrit, la dessine et se mettra même au défi de parvenir à la photographier, allant jusqu’à lui inventer des contes afin qu’elle reste tranquille. Facéties, espiègleries et badineries s’enchaînent dans ce récit — prisé par plusieurs générations de lecteurs tchèques —, qui séduira aussi bien les petits que les grands.
Lu par:Serge Cantero
Durée:5h. 48min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20217
Résumé: Chez un auteur de l'importance de Hrabal, l'intérêt des premiers textes est grand : on y fait la connaissance d'un écrivain qui n'avait pas encore appris à ménager le lecteur et le pouvoir. Le Hrabal des années d'après guerre, d'avant le régime communiste et sa censure avec laquelle il a dû, de son propre aveu, ruser pour pouvoir continuer à écrire. Toute son oeuvre future se profile dans les treize nouvelles et le poème inédits présentés dans ce recueil : amateur des palabres de bistrot, habile mélangeur des genres, irrévérencieux, formidable raconteur d'histoires, tel apparaît déjà l'écrivain qui nous a laissé Moi qui ai servi le roi d'Angleterre, Une trop bruyante solitude, Les Noces dans la maison ou Les Millions d'Arlequin.
Durée:11h. 41min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:18814
Résumé: La vie est ailleurs a pour cadre la Tchécoslovaquie avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale et raconte la vie de Jaromil, un personnage qui a dédié sa vie à la poésie. L'auteur avait tout d'abord pensé intituler ce roman L'âge lyrique. L'âge lyrique, selon Kundera, c'est la jeunesse, et ce roman est avant tout une épopée de l'adolescence ; épopée ironique qui corrode tendrement les valeurs tabous : l'Enfance, la Maternité, la Révolution et même - la Poésie. En effet, Jaromil est poète. C'est sa mère qui l'a fait poète et qui l'accompagne (immatériellement) jusqu'à ses lits d'amours et (matériellement) jusqu'à son lit de mort. Personnage ridicule et touchant, horrible et d'une innocence totale (« l'innocence avec son sourire sanglant » !), Jaromil est en même temps un vrai poète. Il n'est pas salaud, il est Rimbaud. Rimbaud pris au piège de la révolution communiste, pris au piège d'une farce noire.
Lu par:Jean Frey
Durée:14h. 12min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16069
Résumé: Achevé le 5 décembre 1965, La Plaisanterie, premier roman de Milan Kundera, écrivain tchèque né en 1929, n'a été publié en Tchécoslovaquie qu'en 1967, alors que s'annonçaient les prémices du " printemps de Prague ", tentative de libéralisation politique qui allait être sévèrement réprimée par l'U.R.S.S. le 21 août 1968. Une plaisanterie funesteLa trame du roman peut être assez facilement résumée : un jeune étudiant, Ludvík, fait une plaisanterie qu'il croit innocente mais qui est mal comprise par son amie. Dans l'atmosphère sombre des années 1950, il se voit exclu de l'université et envoyé à l'armée dans un bataillon disciplinaire. Au bout de quelques années, il rencontre par hasard Helena, la femme de celui qu'il considérait comme son ami, mais qui a cyniquement organisé son exclusion de l'université. Il établit un plan de vengeance dont l'effet va être le contraire de ce qu'il avait espéré : depuis longtemps, Helena ne vit plus avec son mari, et elle tombe éperdument amoureuse de Ludvík.
Durée:8h. 7min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12937
Résumé: Plus que les autres romans de Kundera, celui-ci est un roman d'amour. Tereza est jalouse. Sa jalousie, domptée le jour, se réveille la nuit, déguisée en rêves qui sont en fait des poèmes sur la mort. Sur son long chemin, la jeune femme est accompagnée de son mari, Tomas, mi-don Juan, mi-Tristan, déchiré entre son amour pour elle et ses tentations libertines insurmontables. Le destin de Sabina, une des maîtresses de Tomas, étend le tissu du roman au monde entier. Intelligente, asentimentale, elle quitte Franz, son grand amour genevois, et court après sa liberté, d'Europe en Amérique, pour ne trouver à la fin que «l'insoutenable légèreté de l'être». En effet, quelle qualité - de la gravité ou de la légèreté - correspond le mieux à la condition humaine ? Et où s'arrête le sérieux pour céder la place au frivole, et réciproquement ?
Durée:6h. 45min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14867
Résumé: "Suppose que tu rencontres un fou qui affirme qu'il est un poisson et que nous sommes tous des poissons. Vas-tu te disputer avec lui ? Vas-tu te déshabiller devant lui pour lui montrer que tu n'as pas de nageoires ? Vas-tu lui dire en face ce que tu penses ? ' Son frère se taisait, et Edouard poursuivit : 'Si tu ne lui disais que la vérité, que ce que tu penses vraiment de lui, ça voudrait dire que tu consens à avoir une discussion sérieuse avec un fou et que tu es toi-même fou. C'est exactement la même chose avec le monde qui nous entoure. Si tu t'obstinais à lui dire la vérité en face, ça voudrait dire que tu le prends au sérieux. Et prendre au sérieux quelque chose d'aussi peu sérieux, c'est perdre soi-même tout son sérieux. Moi, je dois mentir pour ne pas prendre au sérieux des fous et ne pas devenir moi-même fou."
Durée:9h. 13min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:24485
Résumé: Le brave soldat Chvéïk (Dobrý voják Švejk) est un roman satirique inachevé de l'écrivain tchèque Jaroslav Hašek (1883-1923), publié en quatre tomes de 1921 à 1923. Les trois premiers tomes sont intégralement de l'auteur, tandis que le quatrième a dû être achevé après sa mort par son ami Karel Vanek. L'œuvre relate sur le mode de l'absurde et du grotesque les pérégrinations de Josef Chvéïk, brave Tchèque de Prague vivant à l'époque de la Grande Guerre, sous la domination austro-hongroise.
Lu par:Jean Frey
Durée:8h. 31min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14298
Résumé: « Suivez attentivement ce que je vais vous raconter. J'étais à peine arrivé à l'hôtel À la Ville dorée de Prague que mon patron me prit à part pour me dire, en me tirant l'oreille gauche : ...Maintenant que tu es groom chez nous, rappelle-toi bien ceci : tu n'as rien vu, rien entendu ! Répète !... Je répondis donc que dans son établissement, je n'avais en effet rien vu ni rien entendu. Mais le patron de poursuivre, en me tirant l'oreille droite :...Or rappelle-toi aussi que tu dois tout voir et tout entendre ! Répète !"»