Contenu

Voyage vers le Nord

Résumé
En 1936, tandis que la Seconde Guerre mondiale menace, l’écrivain tchèque Karel Capek (1890-1938) entreprend un voyage dans le Nord de l’Europe. Forêts à perte de vue, fjords échancrés, vaches noir et blanc, fermes rouges,myriade d’îles ponctuent sa traversée du Danemark, de la Suède et de la Norvège. Au fil du récit, derrière une naïveté feinte et un lyrisme tempéré, où affleurent une tendre ironie et un humour mordant, se profile le portrait troublant, éblouissant de nature et de lumière, d’un continent en sursis. Car, en route vers le cap Nord, Capek pressent la fin d’une époque et dessine une Europe qui, bientôt, sombrera dans le chaos.
Genre littéraire: Voyage/exploration
Durée: 4h. 42min.
Édition: Paris, Ed. du Sonneur, 2019
Numéro du livre: 66900
ISBN: 9782916136288
CDU: 948

Documents similaires

Durée:2h. 41min.
Genre littéraire:Voyage/exploration
Numéro du livre:38230
Résumé: Lettres d'Angleterre relatent le premier voyage de l'écrivain tchèque Karel Capek sur les îles Britanniques où il fut invité en 1924 à l'occasion de la tenue du congrès national du PEN Club et de l’ouverture de la British Empire Exhibition. Karel Capek commence par découvrir Londres et les Londoniens avec un étonnement quasi constant. Il rend compte, avec esprit, de ses visites dans les trop nombreux musées ou profite de rencontrer et de croquer entre-autres H. G. Wells, G.-K. Chesterton et G. B. Shaw. Il découvre également les clubs et le rôle de premier plan que ceux-ci jouent dans la vie sociale et intellectuelle outre-Manche. Mais à ses yeux l’Angleterre apparaît d'abord comme un magnifique et immense jardin. Sa traversée de la country passe par des petites villes, Cambridge et Oxford, la visite des cathédrales, avant de s’embarquer pour l’Écosse, le pays de Galles et l’Irlande.
Durée:5h. 47min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:13612
Résumé: Connu comme dramaturge et comme auteur de science-fiction, Karel Capek se fait ici "conteur vériste, disciple de Giovanni Verga" pour nous offrir une tragédie (il y a eu meurtre) paysanne et familiale. De retour des États-Unis, le héros dont personne n'attendait le retour à Kriva (Tchécoslovaquie), devient rapidement encombrant: il est "l'homme en trop", celui dont on ne sait pas s'il veut acheter la ferme ou fiancer la fille. Un roman de moeurs primitives.
Lu par:Madiana Roy
Durée:6h. 38min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20215
Résumé: Karel Capek (1890-1938) est l'écrivain tchèque le plus connu à l'étranger. Le thème qui domine son œuvre toute entière est la crainte que la civilisation mécanique et son développement technique poussé jusqu'à l'absurde n'étouffe chez l'homme le sens se l'humanité. Cette préoccupation s'exprime aussi bien dans ses drames - R.U.R., La vie des insectes - que dans ses romans - la fabrique d'absolu, la Krakatite - et le conduit à échafauder - avec une fantaisie et un humour éblouissants comme avec la logique la plus rigoureuse - des œuvres d'anticipation qui fascinent et font frémir. On considère à juste titre Capek - et pas seulement parce qu'il est le créateur du mot « robot » - comme un des pères de la science-fiction moderne. Les vingt-neuf « récits apocryphes » ont été écrits par Capek entre 1920 et 1938. Chacun des récits, à quelques exceptions près, est centré autour d'un personnage historique ou semi-légendaire bien connu de tous. Réfutant le plus souvent les notions transmises par l'histoire, Capek nous montre ce personnage sous des côtés intimes, parfois inattendus, nous expose les mobiles de ses actes, en fait une étude psychologique tournant à la satire. L'humour domine dans la plupart des récits, mais certains sont empreints également d'une grande tendresse et d'un grand amour de l'homme. La vision personnelle de l'auteur leur donne une forte résonance d'actualité. Ces récits sont groupés, dans l'édition finale, selon l'ordre chronologique de l'apparition des personnages dans l'histoire (entre autres Prométhée, Agathon, Alexandre le Grand, Archimède, Loth, le Christ, Ponce Pilate, Dioclétien, Attila, François d'Assise, Hamlet, Don Juan, Roméo et Juliette, Napoléon).
Durée:13h. 17min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:39115
Résumé: "Il est temps de relire Capek pour le rire insouciant qu'il crée dans ses contes, rire derrière lequel pointe souvent l'angoisse. C'est une joie de lire l'oeuvre de cet incroyable conteur, auteur de récits stupéfiants et inoubliables", Arthur Miller.Des empreintes qui s'arrêtent soudainement dans la neige, un homme qui a pour seul tort de paraître suspect, un voleur de cactus qui disparaît à l'autre bout du monde, un poète qui se transforme en détective, Dieu qui apparaît comme témoin de la justice humaine, une cellule de prison dont les occupants se repentissent, un cadavre retrouvé dans une valise déposée à la consigne d'une gare... Dans ces quarante-huit nouvelles, dont plus de la moitié était inédite en français jusqu'à présent, Karel Capek mêle comme à son habitude l'ordinaire et l'extraordinaire, l'humour à la satire. Crimes, disparitions, énigmes, mystères, enquêtes, ces récits, qui relèvent du genre policier avant l'heure, dissèquent la vérité et jouent avec notre capacité à juger. Ces textes en forme de paraboles, qui continuent de nous hanter longtemps après leur lecture, prouvent encore une fois l'importance de Capek dans l'histoire littéraire.
Durée:1h. 3min.
Genre littéraire:Roman animalier
Numéro du livre:66496
Résumé: Dachenka : « vertébré de l’ordre des carnivores coquins et canins, sous-ordre des endiablés, genre des fureteurs, famille des farceurs, variété des facétieux à oreilles noires ». Avec humour et tendresse, Karel Capek nous conte comment l’arrivée de cette petite boule de poils va changer le fil de son quotidien et de celui de son foyer. L’écrivain tchèque décide alors d’observer et d’étudier le développement de cette furie canine. Il la raconte, la décrit, la dessine et se mettra même au défi de parvenir à la photographier, allant jusqu’à lui inventer des contes afin qu’elle reste tranquille. Facéties, espiègleries et badineries s’enchaînent dans ce récit — prisé par plusieurs générations de lecteurs tchèques —, qui séduira aussi bien les petits que les grands.
Durée:4h. 53min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:15805
Résumé: Traquée par la Gestapo, une jeune doctoresse tchécoslovaque doit lier son destin à Joza, un " idiot de village " qu'elle a remis sur pied. Pour effacer toute trace, il lui faut suivre cet homme jusque dans ses montagnes, en Moravie, et devenir sa femme. En un instant, Eliska abandonne une vie pleine de promesses, des amis aussi brillants qu'elle-même, un amant bien en vue, une carrière. Là-haut, elle trouvera une baraque au sol d'argile, un village d'hommes rustres et de femmes soumises, des usages d'un autre temps. Roublards comme des maquignons et crédules comme des enfants, ceux de Zelary n'aiment rien tant que se battre et écouter des fables. Joza, lui, est une force de la nature. Lorsqu'il avait quinze ans, son père l'a plus ou moins vendu au patron d'une scierie. Isolé, exploité sans vergogne, Joza ne se plaignait jamais. Il a vécu ainsi, sans même espérer que la vie pût changer. Dans un paysage qui est comme en suspens, pour quelques instants encore, au-dessus de la catastrophe européenne, ces deux-là vont vivre leur " miracle personnel ".
Lu par:Jacques Roman
Durée:3h. 25min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12719
Résumé: Une trop bruyante solitude, raconte le destin tragique de Hanta, presseur de papier illettré tombé amoureux fou des livres qu'il est chargé de détruire quotidiennement. Un matin, son patron lui fait comprendre qu'il ne pourra pas s'adapter à la modernisation de son métier. Devenu inutile, Hanta aura un ultime geste de révolte en refusant de perdre ce qui donnait du sens à sa vie.
Durée:4h. 10min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14849
Résumé: Un coin du passé revit ici par la grâce de l'amour et de la mémoire. La voix de Maryska - la narratrice qui est aussi la mère de Hrabal - nous restitue une petite ville de Bohême du début des années vingt et la brasserie voisine, la malterie, le germoir, la cour où l'on grille le malt et où on goudronne les tonneaux. C'est, dans un propos lyrique, cocasse, débridé, une plongée dans l'immédiat des sensations, des odeurs et des bruits. Cette histoire est aussi celle du couple que forment Maryska et Francin : la jeune femme débordant de santé, fantasque, gloutonne, ne résistant jamais aux cochonnailles et à la bière, aux côtés d'un homme certes amoureux, mais délicat, timoré, soucieux de bienséance. En dépit de tout ce qui paraît immuable dans la petite ville, la vie moderne entre par maintes brèches. Francin rapporte de Prague de curieux appareils électriques, les habitants sont convoqués à l'hôtel de la grand-place pour entendre leur première émission de radio. Frappée par ce raccourcissement des distances, Maryska raccourcit d'abord sa jupe, puis les pieds de ses chaises et la queue de son chien. Mais il reste sa chevelure flamboyante, objet de sa fierté et de l'adoration de Francin. C'est le jour où elle décide de sacrifier ses cheveux pour être coiffée comme Joséphine Baker qu'éclate le véritable scandale.
Durée:6h. 45min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14867
Résumé: "Suppose que tu rencontres un fou qui affirme qu'il est un poisson et que nous sommes tous des poissons. Vas-tu te disputer avec lui ? Vas-tu te déshabiller devant lui pour lui montrer que tu n'as pas de nageoires ? Vas-tu lui dire en face ce que tu penses ? ' Son frère se taisait, et Edouard poursuivit : 'Si tu ne lui disais que la vérité, que ce que tu penses vraiment de lui, ça voudrait dire que tu consens à avoir une discussion sérieuse avec un fou et que tu es toi-même fou. C'est exactement la même chose avec le monde qui nous entoure. Si tu t'obstinais à lui dire la vérité en face, ça voudrait dire que tu le prends au sérieux. Et prendre au sérieux quelque chose d'aussi peu sérieux, c'est perdre soi-même tout son sérieux. Moi, je dois mentir pour ne pas prendre au sérieux des fous et ne pas devenir moi-même fou."
Lu par:Jean Frey
Durée:3h. 6min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14422
Résumé: C'est à Prague, durant l'hiver 1951-1952, que Bohumil Hrabal, alors ouvrier aux aciéries de Kladno, écrit ce court roman qu'il ne parviendra à faire publier que quarante ans plus tard. Au récit des malheurs d'une jeune ouvrière enceinte et abandonnée par son amant se mêle en effet une dénonciation radicale du totalitarisme communiste, que le jeune écrivain n'hésite pas à comparer ouvertement au nazisme, tout en donnant de la condition prolétarienne dans son pays une vision très sombre... Ce récit à l'esthétique audacieuse, qui emprunte à l'existentialisme français aussi bien qu'au goût surréaliste des " collages ", est accompagné ici de deux textes où Hrabal revient sur l'écriture de ce livre et sur son expérience littéraire. L'occasion de découvrir l'un des très grands romanciers de l'Europe centrale, disparu en 1997.
Lu par:Jean Frey
Durée:8h. 31min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14298
Résumé: « Suivez attentivement ce que je vais vous raconter. J'étais à peine arrivé à l'hôtel À la Ville dorée de Prague que mon patron me prit à part pour me dire, en me tirant l'oreille gauche : ...Maintenant que tu es groom chez nous, rappelle-toi bien ceci : tu n'as rien vu, rien entendu ! Répète !... Je répondis donc que dans son établissement, je n'avais en effet rien vu ni rien entendu. Mais le patron de poursuivre, en me tirant l'oreille droite :...Or rappelle-toi aussi que tu dois tout voir et tout entendre ! Répète !"»
Durée:8h. 7min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12937
Résumé: Plus que les autres romans de Kundera, celui-ci est un roman d'amour. Tereza est jalouse. Sa jalousie, domptée le jour, se réveille la nuit, déguisée en rêves qui sont en fait des poèmes sur la mort. Sur son long chemin, la jeune femme est accompagnée de son mari, Tomas, mi-don Juan, mi-Tristan, déchiré entre son amour pour elle et ses tentations libertines insurmontables. Le destin de Sabina, une des maîtresses de Tomas, étend le tissu du roman au monde entier. Intelligente, asentimentale, elle quitte Franz, son grand amour genevois, et court après sa liberté, d'Europe en Amérique, pour ne trouver à la fin que «l'insoutenable légèreté de l'être». En effet, quelle qualité - de la gravité ou de la légèreté - correspond le mieux à la condition humaine ? Et où s'arrête le sérieux pour céder la place au frivole, et réciproquement ?