Contenu

Suite orphique: 99 quatrains

Résumé
Voici 99 quatrains écrits ces dernières années, poursuite intense de la méditation poétique de François Cheng, réaffirmation de la vie et du sens dans la confrontation à la mort. Geste "testamentaire", dirait-on si la clarté ne l’emportait pas toujours. On connaît l’art subtil et inégalable de François Cheng : simplicité, fluidité et limpidité ouvrant miraculeusement sur une pensée vaste et profonde. Le mythe d’Orphée est ici interprété et réinventé comme un retournement de la mort vers la vie dans une étonnante synthèse qui met le mythe grec en regard du taoïsme et du christianisme. Cette parole ouverte et généreuse est pour le lecteur comme l’émouvante confidence d’un penseur-poète qui n’a de cesse de célébrer la vie.
Genre littéraire: Poésie
Durée: 1h. 57min.
Édition: Paris, Gallimard, 2024
Numéro du livre: 76377
ISBN: 9782073057679

Documents similaires

Durée:2h. 42min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:34738
Résumé: Traducteur exemplaire, essayiste d'une grande délicatesse, particulièrement voué à l'espace de la calligraphie et de la peinture chinoises, romancier intuitif et profond, François Cheng a également développé une oeuvre de poète qui le révèle tel qu'en lui-même : discret, pudique, attentif aux mouvements des choses, des êtres et du temps.
Lu par:Manon
Durée:1h. 25min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:31666
Résumé: Lu par Manon Des poèmes mêlant la sagesse orientale à la nostalgie, l'âpreté à la joie, le silence à la lucidité, la mort aux nuages, les oiseaux aux larmes, l'émoi aux étoiles, etc. ©Electre 2016
Durée:29min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:37544
Résumé: Le poète évoque pour nous les petits métiers qui mettent en leur centre l’humain et ses compétences.
Durée:1h. 18min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:67517
Résumé: Les poésies de Malek Haddad oscillent de nouveau, dans ce deuxième recueil, entre engagement et liberté, amertume de l’exil et nostalgie d’un bonheur perdu. A travers ses écrits où se retrouve l’empreinte de la Guerre de Libération, transparaît le talent d’un écrivain soucieux surtout de la valeur virtuelle, de la quintessence de son témoignage. Ses textes font transparaître une double personnalité de l’auteur, poète déchiré et témoin engagé dans un monde de violence.
Durée:1h. 2min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:14985
Résumé: Le regard de Dominique Theurillat déniche l'oeuvre peinte ou gravée par le temps sur toutes sortes de matériaux et d'objets vieillis ou abandonnés.Le langage de Pierre Theurillat traque la musique des mots et danse au rythme de la versification. Dans la rencontre, voulue ou fortuite, des poèmes et des photographies, soudain la magie opère et c'est une nouvelle oeuvre qui naît, où s'entremêlent le regard et le verbe :ce n'est plus une photographie ce n'est plus un poème c'est une « parole d'image ».
Durée:1h. 15min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:15442
Résumé:
Durée:37min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:13537
Résumé:
Lu par:Michel Joyet
Durée:43min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:12555
Résumé: Extraits de : Poème 1
Durée:3h. 3min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:33459
Résumé: Née à Beharré, au Liban, en 1937, Vénus Khoury-Ghata est romancière, traductrice, mais avant tout poète. Bien que passée d'une langue à l'autre, de l'arabe au français, elle continue pourtant à se demander : " Comment pleurer dans une langue qui n'est plus la tienne / quel nom donner aux murs non imprégnés de ta sueur ". Interrogation surprenante, tant Vénus Khoury-Ghata maîtrise les deux idiomes, mais interrogation féconde puisqu'elle ne cache pas les affrontements toniques qui résultent d'une telle coexistence conflictuelle : " J'ai raconté mon enfance en prose et en poésie, précise-t-elle, dans un français métissé d'arabe ; la langue arabe insufflant sa respiration, ses couleurs à la langue française si austère à mon goût. Je devais écarter ses cloisons étroites pour y insérer ma phrase arabe galopante, ample, baroque. Avec le recul, je pense que la langue française m'a servi de garde-fou contre les dérapages. J'ai fini par me trouver à l'aise dans son espace. Mais je continue à entendre un bruit de fers qui s'entrechoquent comme pour un duel dès que je prends la plume. Deux langues s'affrontent sur ma page et dans ma tête. " D'où le titre quasi manifeste de cette anthologie : " Les mots étaient des loups ". Car les mots sont les garants agressifs d'un conflit permanent qui convoque, et intervertit souvent, les vivants et les morts. Cependant ces mots qui allument leur mèche à on ne sait quel silex vont jusqu'à faire une escorte céleste aux pas des hommes sur terre : Que savons-nous de sable enfouis sous les pieds des caravanes devenus silice éclats de verre vénérés par les chameliers comme débris d'étoile ? "
Durée:1h. 25min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:30129
Résumé: Ces poèmes, cris contre la violence faite aux hommes et à la nature, expriment la nostalgie des choses évanouies avec l'enfance et d'un monde où le mot "étranger" ne signifie rien.
Durée:4h. 22min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:8242
Résumé: Ce recueil regroupe des poèmes écrits par deux pseudonymes de Fernando Pessoa, Alberto Caeiro et Alvaro de Campos. Le premier écrit une poésie simple, naturelle et dont la spontanéité cache la profondeur. Le second écrit une poésie intellectuelle et baroque qui demeure solaire malgré l'engloutissement et l'absence.
Lu par:Jean Frey
Durée:4h. 47min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:17233
Résumé: Le Parti pris des choses est un recueil de poèmes en prose écrit par Francis Ponge et paru en 1942. Dans Le Parti pris des choses, Ponge décrit des "choses", des éléments du quotidien, délibérément choisis pour leur apparente banalité. L'objectif de ce receuil est de rendre compte des objets de la maniere la plus precise possible en exprimant les qualités physiques et languistiques du mot. Plus simplement il veut rendre compte de la beauté des objets du quotidien. A l'aide d'une multiplicité d'images (métaphores, comparaisons), le poète tente de restituer aux objets leur entière originalité. En effet, certaines "choses" ne sont plus perçues qu'à travers le filtre des lieux communs : par exemple la fleur, qui se limite bien souvent, en poésie, à une évocation mièvre. (wikipedia.org)