Contenu

Race et sciences sociales: essai sur les usages publics d'une catégorie

Résumé
Pour les marxistes, les ouvriers qui manquaient de "conscience de classe" étaient aliénés, victimes de l'idéologie dominante. Grave aux intellectuels qui disposaient de la bonne théorie révolutionnaire, ils retrouveraient leur véritable identité. A l'opposé, Bourdieu défend l'idée que c'est en respectant l'autonomie de la science que le sociologue peut échapper aux travers de l'intellectuel engagé et la sociologie jouer un rôle utile dans la cité. Car produire des connaissances sur les acteurs du monde social, ce n'est pas parler à leur place, ni leur dire comment se comporter. Là où règnent les injustices, les inégalités et les discriminations, c'est avant tout à mettre en lumière ces vérités que la science sociale doit s'attacher. La "question raciale" occupe désormais la place publique. Les auteurs de ce livre ont voulu sortir de l'agenda médiatique et politique et mettre le débat sur le terrain de l'autonomie des sciences sociales. Ils reviennent sur l'histoire des enjeux politiques et savants qui se sont noués au XIXe siècle autour de la notion de race, pour éclairer les débats actuels et les inscrire dans la continuité de la science sociale telle que la concevaient Durkheim, Weber et Bourdieu. Pour ne pas s'en tenir à des visions trop générales ou théoriques, ils proposent aussi l'analyse d'un "scandale racial " particulier, celui des "quotas" dans le football.
Durée: 13h. 47min.
Édition: Marseille, Agone éditeur, 2021
Numéro du livre: 71007
ISBN: 9782748904505
Collection(s): Epreuves sociales
CDU: 301

Documents similaires

Durée:9h. 16min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69607
Résumé: Une enquête exclusive mondiale sur la résurgence de l'idéologie suprémaciste. " Ce livre décrit la résurgence de l'idéologie blanche, propulsée sur le devant de la scène internationale par ce qui se nomme l'Alt-Right. Le sujet est dur. Le sujet est fort. Ce livre est une enquête : comment saisir sur le vif cette idéologie en gestation, dans une suite de conversations avec ceux et celles qui pensent l'idéologie blanche. Je suis donc allé à la rencontre de protagonistes de l'Alt-Right, je leur ai parlé et je les ai écoutés. Mes interlocuteurs, qui tous - ; sauf un - ; sont des intellectuels, pas des militants qui brandissent des drapeaux dans les rues ou éructent sur le Web, ont été surpris de voir un philosophe, carnet en main, se comporter en investigative reporter. Certains d'entre eux voulurent m'engager dans un débat : je m'y suis refusé. Je ne prends pas parti : j'observe et je questionne. "
Durée:2h. 52min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:72162
Résumé: L'accélération exponentielle de notre monde numérique explique, selon l'auteur, la perte de contrôle de nos démocraties face à la tyrannie des minorités. A l'heure où l'on vit un moment complexe de notre histoire qui nécessite un esprit tolérant et nuancé dans l'appréciation de l'information, on assiste à une rigidité inquiétante des points de vue. Des revendications justifiées comme l'écologie, l'égalité des sexes et le dialogue des générations se déroulent dans un climat délétère allant jusqu'à l'hystérisation. Vivrait-on le règne de l'égocratie ? Cette perte de bon sens et de respect d'autrui nous rappellent tristement l'atmosphère des années trente. Avec ce livre, Jean-Claude Schwarz nous invite à repenser notre «vivre ensemble». Saluons cette démarche ouverte sur notre futur.
Durée:11h. 57min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69174
Résumé: La chute du Mur a laissé les gauches européennes en plein désarroi. Sur le champ de bataille des idées, le progrès, la liberté et l'universel ont cédé la place à une nouvelle triade directement importée des USA : le genre, l'identité et la race. On se battait hier au nom du prolétariat, du Tiers-monde et des damnés de la terre ; on condamne aujourd’hui l'homme blanc, coupable du colonialisme, de l’esclavage et de la domination des femmes. Trois discours – néo-féministe, antiraciste et décolonial - le désignent comme l’ennemi commun de l’humanité. Il est devenu le nouveau Satan, celui que son anatomie même désigne comme violeur ontologique, sa couleur de peau comme raciste, sa puissance comme exploiteur de tous les « dominés » et « racisés ». Tout l'enjeu de cet essai est d'analyser comment, sous l'impulsion d’une américanisation caricaturale de l’Europe, la lutte des genres et celle des races sont en train de remplacer la lutte des classes, de balayer la méritocratie et de détruire l’idée d’humanité commune. Faire de l'homme blanc le bouc émissaire par excellence, ce n’est jamais que remplacer un racisme par un autre ; avec, comme horizon funeste, des sociétés tribalisées, crispées sur leur trésor identitaire et en proie à la guerre de tous contre tous.
Lu par:Anne Coubès
Durée:1h. 49min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:73277
Résumé: Un essai consacré aux moyens permettant de mesurer le racisme et de lutter contre les discriminations en appliquant une politique sociale et économique fondée sur l'universalisme.
Lu par:Yvelise Feral
Durée:1h. 45min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:34934
Résumé: Dans la nuit du 13 au 14 novembre 1983, entre Agen et Montauban, au lieu-dit Fourrier Six-Basses, un homme est mort. On l'a jeté vivant d'un train en pleine vitesse, le 343 qui relie Bordeaux à Vintimille. Cette nuit-là Rachid Abdou, un jeune Algérien, se rend à Marseille après trois jours de vacances, il rentre à Oran. Trois jeunes gens, en route pour Aubagne où il vont s'engager dans la Légion Etrangère, l'agressent sauvagement, le poignardent et le jettent par la portière. Crime raciste ? Violence gratuite ? Ivrognerie incontrôlée ?Des faits à la Cour d'Assises, Jean-Baptise Harang dit les dernières heures de la victime, le passé des assassins, tout ce que l'on a su avant de juger, et les questions restées sans réponse : Pourquoi ? Pourquoi trois jeunes gens qui ne se connaissent pas ont-ils lynché un inconnu de leur âge ? Pourquoi personne dans ce train bondé n'est intervenu ? Pourquoi Rachid Abdou est-il mort ?
Durée:4h. 4min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:67362
Résumé: En 1977, Sonia, diseuse de bonne aventure, fuit Montréal avec ses deux filles et trouve refuge à Memphis, dans la chambre 306 du motel Lorraine, inoccupée depuis ce 4 avril 1968 où Martin Luther King y a été assassiné. Elles partagent leur quotidien avec la sublime Alabama, Jacqueline Smith, femme de chambre, Grace DePriest, directrice de la chorale d'une église, et Lonzie, un repris de justice.
Durée:1h. 19min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:22157
Résumé: Un petit livre d'initiation à l'antiracisme, réellement adressé aux enfants, par l'intermédiaire de la fille de l'auteur. On verra que les questions sont simples mais qu'elles permettent, de fil en aiguille, d'aller au fond des choses. Qu'est-ce que le racisme ? Qu'est-ce qu'un étranger ? Pourquoi n'accepte-t-on pas facilement la «différence» ? Le raciste a-t-il peur, et de quoi ? Etc. En définitive - et c'est le propre de ces petits livres d'initiation - les réponses de Tahar Ben Jelloun s'adressent tout autant aux adultes qui liront ce livre sous couvert d'apprentissage pédagogique ; comme ils ont lu Le Monde de Sophie sous couvert de révisions philosophiques.
Lu par:Madiana Roy
Durée:11h. 31min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:65455
Résumé: MAUDITS MOTS ou l'inventaire raisonné des mots irraisonnables, les insultes racistes. Des plus insignifiantes aux plus outrageantes. Citations à l'appui, puisées dans les textes anciens ou contemporains, elles sont toujours révélatrices de l'esprit du temps. Comment ces désignations injurieuses ont-elles été fabriquées, pour quelles raisons, dans quelles circonstances historiques ont-elles été imaginées ? On le verra, si, en la matière, l'imagination ne fait défaut à personne, les motivations, elles, sont essentielles. On observe depuis peu une "libération de la parole raciste", Maudits mots met en perspective cette logorrhée malsaine. MAUDITS MOTS, un livre d'Histoire et d'histoire.
Durée:2h. 51min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:71852
Résumé: Un récit autobiographique retraçant le parcours d'une enfant née en 1987, issue de l'immigration postcoloniale. Le récit évoque l'amour filial et l'éveil de la conscience politique de l'auteure.
Durée:7h. 9min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69582
Résumé: « Etre visibles. Marcher dans la rue sans peur. Exprimer haut et fort nos opinions. C’est ce que la société interdit aux femmes et aux minorités. Et c’est le programme de ce livre. Messieurs qui tenez les manettes, si vous voulez régler le problème, les ­chercheuses et militantes féministes ont fait le boulot. Les mécanismes sont identifiés, les solutions existent. Tout est là. Ce qu'il manque maintenant, c’est votre volonté. Or, chaque jour, on constate qu’elle est nulle. Manifestement, l'idée de vivre dans un monde où les femmes seraient vraiment les égales des hommes ne vous emballe pas plus que ça. » L.B. Avec Présentes, Lauren Bastide signe un manifeste féministe ultra-documenté, nourri par les réflexions des militantes les plus inspirantes de la génération #MeToo. Un livre à mettre entre toutes les mains pour mieux comprendre les nouvelles luttes féministes et antiracistes d’aujourd’hui.
Lu par:Manon
Durée:7h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:35300
Résumé: Nadia, 17 ans, tombe enceinte de Luke, son amour caché, et avorte en secret car cet acte est inconcevable dans sa communauté noire et religieuse de Californie. Elle quitte Luke et Aubrey, sa meilleure amie, pour devenir étudiante dans une grande université où elle découvre l'élite et son racisme latent. Aubrey et Luke se rapprochent, la jeune femme désirant fonder une famille. Premier roman. ©Electre 2017
Durée:19min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:68629
Résumé: Retourne d'où tu viens, disent les enfants à Sarah, la nouvelle du quartier, qui essaie de se faire des amis. C'est où, en fait, d'où elle vient ? La ville d'à côté, là où elle habitait avant ? Le pays de son papa, qu'elle n'a jamais visité ? Ou tout simplement son appartement ? Sarah et sa maman viennent d'emménager dans un immeuble. La petite fille a envie de se faire des amis, mais les autres enfants la chassent en lui disant de retourner d'où elle vient. Alors Sarah s'isole et se plonge dans son livre préféré : un livre sur les Indiens. Elle aime bien les Indiens, car ils ont les cheveux noirs et lisses comme les siens et ceux de son père. Si seulement elle pouvait avoir un cheval, comme eux ! Mais quand elle en parle à sa maman, celle-ci lui répond qu'un cheval sera trop grand pour l'ascenseur. La petite fille se dit qu'elle doit trouver plus petit : un poney ! Ca tombe bien, le magasin Bric & Broc, le magasin qui vend de tout, en a un. Mais c'est un poney un peu spécial...