Contenu

Sans alcool

Quatrième de couverture
En France, on s’avoue rarement alcoolique. Quand on boit on est festif, irrévérent, drôle. Français. Un jour pourtant, Claire arrête de boire. Elle prend conscience que cet alcool, prétendument bon-vivant, est en vérité en train de ronger sa vie. Il noyaute ses journées, altère sa pensée, abîme ses relations. En retraçant son passé, elle découvre à quel point l’alcool a été le pilier de sa construction et de son personnage de femme. Sans alcool est le journal de son sevrage. Un chemin tortueux, parfois rocambolesque, à travers son intimité. Une quête de libération complexe, dans un pays qui sanctifie le pinard. L’autrice affronte son passé, l’héritage familial, le jugement des autres. Son récit interroge, au-delà de son expérience. Pourquoi boire est une telle norme sociale ? Alors qu’on lui a toujours vendu la sobriété comme le choix des cons et des culs bénis, elle réalise qu’on l’a sans doute flouée. Être sobre est bien plus subversif qu’elle ne l’imaginait.
Durée: 6h. 48min.
Édition: Paris, Flammarion, 2021
N° de notice: 70610
ISBN: 9782080232762
Collection(s): Document
CDU: 610

Documents similaires

Durée: 5h. 7min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 74322
Quatrième de couverture: Pour Elodie, la transition entre l'enfance et l'âge adulte ne ressemble pas vraiment à une adolescence ordinaire. A douze ans, en sixième, elle partage quelques bières avec des camarades pour s'amuser, pour faire comme les grands. L'alcoolisme, dès lors, s'empare de sa vie. Boire devient son seul et unique centre d'intérêt : dérober de l'argent à ses parents pour acheter des boissons, planquer des bouteilles à proximité de tous les lieux qu'elle fréquente quotidiennement, lutter pour cacher sa dépendance à ses proches, défier l'institution scolaire en inventant des stratagèmes pour boire jusque dans la salle de cours... Et Elodie s'enlise. Elle opte pour les grands moyens, s'injecte l'alcool par intraveineuse. Elle s'enfonce aussi dans le mensonge, dans la violence, dans le mal-être. Guérie à force de volonté, Elodie met aujourd'hui son expérience au service des autres et se rend régulièrement dans les lycées pour témoigner, expliquer, prévenir.
Lu par: Sylvie Flament
Durée: 10h. 57min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 39328
Quatrième de couverture: Grande, fine, intrépide et avide de passion, elle vacille, tel un petit navire dans la tempête, elle hésite entre deux destins : se laisser emporter vers le sud, vers ce Londres qui brille, dans la nuit violente qui fait oublier le jour où l’on est trop seul, où tout est trop cher, où le travail manque. Ou se fracasser contre les falaises de l’île natale, dans cet archipel des Orcades battu des vents dont la vie rude lui semble vide et lui fait peur. Elle l’ignore encore mais il existe une troisième voie : écouter résonner l’appel qui la hante, qui vient toucher cette part d’elle assoiffée de grand large, de grand air, de grande beauté. Non pas rester mais revenir. Choisir. Troquer la bouteille assassine contre une thermos de café fort, troquer l’observation narquoise et éperdue de la faune des nuits de fêtes tristes pour la contemplation des étoiles et des nuages, et l’inventaire des derniers spécimens de râle des genêts, un oiseau nocturne comme elle, menacé comme elle, farouche comme elle. Sa voie s’appelle l’Écart. C’est l’humble nom d’une bande côtière où les animaux sauvages et domestiques peuvent se côtoyer loin des regards, où folâtrent des elfes ivres d’embruns.
Lu par: Annie Belet
Durée: 3h. 46min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 66600
Quatrième de couverture: A la mort de son père, unijambiste alcoolique et poète sensible, la narratrice doit vider la maison familiale de Carrières-sous-Poissy. Ce capharnaüm devient un réseau de signes et de souvenirs éclairant la personnalité de ce colosse fragile. Comme venue du passé, une lettre arrive qui dit toute la vérité sur ce père aimé malgré la distance sociale.
Lu par: Suzanne Bettens
Durée: 11h. 36min.
Genre: Psychologie/médecine
Numéro: 14843
Quatrième de couverture: Quatrième de couverture : Pourquoi les hommes et les femmes se sentent-ils souvent obligés d'avoir un verre à la main lorsqu'ils se rencontrent ? Pourquoi le nombre de femmes qui boivent trop est-il en augmentation ? La dépendance à l'alcool est-elle vraiment la cause de l'alcoolisme ? Et que veut dire une société qui, d'une main, combat l'alcoolisme tandis que, de l'autre, elle encourage l'ivresse ? Dans ce livre lucide, subtil et courageux, le psychiatre Jean Maisondieu détruit nombre d'idées reçues sur les causes réelles de l'alcoolisme et dénonce l'hypocrisie ambiante, y compris celle des alcoologues. Prenant à rebrousse-poil tous les discours tenus sur le sujet, il explique, exemples à l'appui, que des hommes et des femmes, de plus en plus nombreux, sont contraints de se brouiller artificiellement l'esprit, de s'enivrer encore et encore pour aller vers l'autre, aimer l'autre. Et ils y sont contraints parce que la peur de l'amour est l'une des caractéristiques majeures de notre société, qui privilégie la maîtrise de soi, la raison et le pouvoir sur l'autre, plutôt que les sentiments, l'abandon. Bref, ils boivent trop pour l'unique raison qu'ils auraient voulu aimer et qu'ils en ont eu peur.
Lu par: Claude Yersin
Durée: 9h. 20min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Numéro: 65866
Quatrième de couverture: La veille de Noël, à la soirée du club sportif où fréquente l’aristocratie industrielle de Gibbsville, Julian English lance son verre à la figure de Harry Reilly…pour rien, simplement parce que Julian en a assez de la figure de Harry. Et, par ce geste, apparemment dénué de sens, Julian a fixé sans le savoir ce rendez-vous qui ne saurait s’annuler. Il mettra deux jours à s’y rendre, pas plus. Et tout ce qu’il fera, la moindre de ses paroles, au cours de ces 48 heures, le rapprochera de l’inexorable inconnue. Rendez-vous à Samarra est considéré aujourd’hui encore comme un incontestable chef-d’œuvre.
Durée: 3h. 18min.
Genre: Psychologie/médecine
Numéro: 37336
Quatrième de couverture: Le point sur l'alcoolisme en France. L'auteur aborde les dommages sanitaires, notamment l'addiction, l'agressivité, la dépression et la mortalité, ainsi que les coûts économiques pour la société, évalués à 120 milliards d'euros par an. Il fournit des outils pour évaluer son rapport à l'alcool et reprendre le contrôle de sa consommation.
Durée: 7h. 34min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 72684
Quatrième de couverture: Journal tenu par l'auteur entre 1977 et le début des années 1980, dans lequel il relate son arrivée à San Francisco à 21 ans, sa découverte de la ville, sa quête d'amour au sein de la communauté homosexuelle ainsi que le climat de libération sexuelle qui règne à cette époque, peu avant l'arrivée de l'épidémie de VIH.
Lu par: EQLA, Belgique
Durée: 19h. 29min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 71194
Quatrième de couverture: C'est un parcours tout à fait atypique que celui de Frank McCourt. Né à Brooklyn en 1930, peu de temps après que ses parents ont décidé de s'installer aux États-Unis, il a cependant grandi à Limerick dans la misère la plus noire, sa famille ayant dû se résoudre, la mort dans l'âme, à rentrer en Irlande. L'idée de repartir à la conquête de l'Amérique à l'âge de dix-neuf ans est donc à la fois un défi et une revanche. Son récit autobiographique couvre la période qui va de 1949 à la mort de son père en 1985, et raconte l'ascension d'un jeune émigrant irlandais qui fait tous les métiers et connaît toutes sortes de tribulations avant de devenir sur le tard professeur d'université et auteur à succès. Mais le récit est mené avec cette verve et cet humour qui se refuse à l'apitoiement dans les circonstances les plus tragiques qui ont déjà fait le succès des "Cendres d'Angela". Plus encore que dans le premier volume de son autobiographie, Frank McCourt trouve ici des accents inoubliables pour évoquer, au-delà de son destin individuel, l'aventure poignante et singulière de toute vie. --Gérard Meudal
Durée: 5h. 20min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 21010
Quatrième de couverture: "C'était un après-midi d'été de la fin des années soixante-dix, dans le théâtre à ciel ouvert de Petit-Couronne. Je venais de rencontrer Anne-Marie, qui, dans Le Cid, interprétait la fière Infante. Pendant les répétitions et les ultimes réglages sous un soleil déclinant, une ombre vint s'asseoir à mes côtés, sur les gradins, et en silence me prit la main. C'était Anne Philipe, dont je ne saurai jamais si elle venait, ce jour-là, applaudir sa prometteuse fille de vingt ans ou se souvenir de l'immortel Rodrigue d'Avignon. Peut-être n'ai-je écrit Théâtre intime que pour répondre, longtemps après, à cette question restée en suspens. Qui jouait sur scène, ou plutôt qui voyait-on jouer ? Quel cœur battait sous cette longue robe d'Infante : une fille sans père ou la fille d'un mythe ? La jeune femme que j'aimais ou celle qui, dans la lumière des projecteurs, déjà ne m'appartenait plus ? "
Durée: 3h. 14min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Numéro: 70771
Quatrième de couverture: Montparnasse. Un peintre à la dérive,buveur invétéré, tordu par une tempête intérieure, vit aux crochets d'un mécène dont il dilapide le maigre argent et le matériel de peinture, pour satisfaire sa quête effrénée d'apaisement par l'alcool. Autobiographie à peine voilée, ce texte de l'arrachement, de l'errance et du désastre intérieur est le premier de huit textes et carnets inédits retrouvés dans les archives de l'auteur d'Ascension à Berne. C'est aussi, paradoxalement, son oeuvre la plus personnelle et la plus tragique. Fidèle à son habitude, Hohl l'a relue, réécrite, des dizaines de fois, finissant par arracher des pages entières à la veille de sa mort. Un récit elliptique, somptueux et épique, à la gloire de la ville et de la tempête artistique intérieure, traduit pour la première fois.
Durée: 5h. 5min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 70676
Quatrième de couverture: « Je marche dans la rue en levant les yeux au ciel. Il paraît que c’est ultra-efficace pour éviter de pleurer. J’inspire à fond. J’écoute battre mon cœur. Je viens d'entrer dans un tunnel immense… C’est le début du grand huit. Il va falloir que je m’accroche. Longtemps, je n’ai pas voulu voir, pas voulu savoir. J’étais dans le déni et la mauvaise foi. J’ai joué à merveille mon rôle d’actrice lumineuse, pétillante et légère. J’avais une double vie : celle à laquelle je voulais croire, et l’autre, celle que je vivais vraiment... Il m’aura fallu dix ans pour accepter la différence de ma fille. Dix ans de fuite, dix ans de combat. Je ne m'attendais pas à un tel voyage. Je voudrais aujourd’hui partager ce chemin de rires et de larmes, de colères, de doutes, de joies et d’amour. Parce que, si longue que puisse être la route, si gigantesques que soient les montagnes à franchir, nous avons tous le choix d’être heureux. »
Durée: 26h. 30min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Numéro: 72947
Quatrième de couverture: Dans la Hongrie des années 1920 et 1930, un enfant de la province, Béla, livré à lui-même et dont la naissance n'était pas souhaitée, raconte ses aventures. En partie autobiographique, ce roman publié en anglais en 1946 montre que Janos Székely, connu par les Américains sous le nom de John Pen, est resté fidèle à son Danube.