Contenu

Histoire de la fatigue: du Moyen Age à nos jours

Résumé
« Stress », « burn out » ou « charge mentale » : les XXe et XXIe siècles ont vu une irrépressible extension du domaine de la fatigue. Les épuisements s’étendent du lieu de travail au foyer, du loisir aux conduites quotidiennes. Une hypothèse traverse ce livre : le gain d’autonomie, réelle ou postulée, acquis par l’individu des sociétés occidentales, la découverte d’un « moi » plus autonome, le rêve toujours accru d’affranchissement et de liberté ont rendu toujours plus difficile à vivre tout ce qui peut contraindre et entraver. Que nous est-il arrivé ? Ce livre novateur révèle une histoire encore peu étudiée, riche de métamorphoses et de surprises, depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours. Les formes « privilégiées » de fatigues, celles qui mobilisent les commentaires, celles qui s’imposent en priorité aux yeux de tous, évoluent avec le temps. Les symptômes de la fatigue se modifient, les mots s’ajustent (« langueur », « dépérissement », « pénibilité »…), des explications se déploient, des degrés se précisent, des revendications se font jour. Un parcours passionnant qui croise histoire du corps et des sensibilités, des structures sociales et du travail, de la guerre et du sport, jusqu’à celle de notre intimité. Pour éclairer tout autrement notre présent.
Genre littéraire: Histoire/géographie
Durée: 15h. 27min.
Édition: Paris, Seuil, 2020
Numéro du livre: 70061
ISBN: 9782021291919
Collection(s): L'Univers historique
CDU: 930

Documents similaires

Durée:6h. 25min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:25881
Résumé: La défiance est au coeur du pessimisme français. Elle détruit inexorablement notre goût de coopérer et de vivre ensemble. Elle n'est pourtant pas un héritage culturel immuable. Au terme d'une analyse iconoclaste, Yann Algan, Pierre Cahuc et André Zylberberg, trois économistes réputés, montrent comment la défiance résulte d'un cercle vicieux où le fonctionnement hiérarchique et élitiste de l'école nourrit celui des entreprises et de l'Etat. S'y ajoute une logique corporatiste, où chaque profession essaie de tirer au mieux parti de l'argent public, le plus souvent... au détriment des autres. En amorçant des réformes vite abandonnées, en multipliant les faveurs fiscales ciblées, en laissant proliférer les conflits d'intérêts, le pouvoir a au contraire, depuis une décennie, aggravé la crise. Sommes-nous pour autant condamnés à cet engrenage paralysant ? Un Etat libéré des logiques clientélistes, une école moins obsédée par les classements, une renonciation aux statuts de toutes sortes sont autant de moyens de sortir du déclin qui nous menace. En vérité, le changement ne passe pas forcément par l'ambition de tout changer tout de suite. Il n'y a pas de fatalité au mal français, au contraire. La confiance aussi se fabrique : c'est la bonne nouvelle de ce livre !
Durée:11h. 51min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:16450
Résumé: L'obligation d'"être soi-même" est le mot d'ordre de la nôtre. Mais, passé l'évidence du droit à l'autonomie personnelle, rien n'est clair. "Soi-même" existe-t-il vraiment ? Jean-Claude Kaufmann, pour avoir perçu le sens de nos comportements les plus anodins, nous connaît mieux que personne. Il inflige ici, mine de rien mais preuves à l'appui, une sévère et utile correction à quelques-unes de nos croyances les mieux ancrées.
Durée:5h. 41min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:30912
Résumé: Cet essai met en lumière le lien entre l'individu, le collectif et la durabilité de la démocratie. L'auteure montre que la normalisation des êtres dans une société uniforme peut être un frein à la construction d'un Etat démocratique et comment, au contraire, la valeur subjective de chacun doit être considérée comme un rempart aux dérives.
Durée:4h. 23min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:18637
Résumé: Comment survivre dans un monde sans pitié, où seule compte l'apparence, où émotivité rime avec faiblesse, où authenticité est synonyme de niaiserie et où duplicité et tromperie sont reines ? Avec humour et esprit, Adam Soboczynski nous livre les ficelles du jeu social dans un petit traité aussi jubilatoire qu'impertinent. Trente-trois histoires tirées de la vie de tous les jours, autant de maximes fondatrices d'un nouvel art : feindre pour mieux s'accomplir. Ou comment tirer son épingle du jeu dans cette jungle de faux-semblants qu'est devenue la société contemporaine.
Durée:3h. 36min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:68733
Résumé: Annabelle, brillante femme d’affaires, dingue de boulot, pousse le bouchon trop loin. C’est le burnout. Après une brutale prise de conscience, elle décide de tout plaquer, laissant sur place son confort, son travail et sa famille. Sur une route de campagne, elle rencontre Georges, surprenant paysan qui vit à un tout autre rythme qu’elle, celui des saisons. La nature, les animaux et surtout les fleursqui l’entourent lui ont transmis quelques secrets de sagesse. Georges va progressivement amener Annabelle à redécouvrir le monde naturel et à se redécouvrir elle-même. La vie formatée d’Annabelle en sera définitivement bouleversée
Durée:7h. 56min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:73907
Résumé: Dans cet essai mobilisant des situations issues du monde du travail, l'auteur examine les raisons qui amènent chacun à participer activement à son propre asservissement, mettant à découvert la fabrique du dévouement et sa dépossession, des bancs de l'école au salariat. Il approfondit les remises en cause classiques de la centralité du sujet et critique les catégories dont dépend l'expérience.
Durée:3h. 24min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:67276
Résumé: Les souffrances au travail occasionnant burn-out (épuisement par excès de travail), bore-out (épuisement par ennui au travail) et brown-out (épuisement par perte de sens du travail) sont toutes sources d'épuisements physiques, et surtout psychiques. Mais le travail, ce n'est pas cela ! Il faut donc se mobiliser, réagir et se relever au plus vite, avant que l'humiliation et les injustices ne nous écrasent et ne nous entraînent inéluctablement vers de graves états dépressifs qui peuvent bloquer en nous toute énergie et toute réaction positive. Ce livre propose une synthèse des solutions positives pour envisager "l'après". De nombreux cas concrets viennent prouver que la souffrance au travail n'est pas une fatalité et que chaque individu peut retrouver un sens à sa vie professionnelle.
Durée:1h. 43min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:71834
Résumé: Travaillant dans un cinéma d'art et essai, l'auteure s'est particulièrement investie dans sa tâche jusqu'à ce qu'elle souffre d'épuisement. Elle témoigne des difficultés qui ont suivi avec sa direction et qui l'ont poussée à tenter de se faire licencier. Le second texte décrit le travail d'une équipe de régie sur un plateau de cinéma.
Durée:12h. 39min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26879
Résumé: Le débat sur l'identité nationale est refermé, la Maison d'histoire de France est enterrée. Mais comment prendre congé des idées fausses que continuent à défendre les tenants d'une continuité mystique de l'identité nationale ? En démontrant que la question des origines de la France est une invention des historiens du XIXe siècle, Sylvain Venayre propose une sortie élégante et savante de cette controverse typiquement française. Car l'écriture de l'histoire de France a connu un bouleversement décisif au lendemain de la Révolution. Les rois détrônés, le peuple tout entier en devenait l'acteur central. A ceux qui voulaient désormais écrire cette nouvelle histoire, une question fondamentale était posée : de quand date la France ? D'Augustin Thierry à Ernest Lavisse, en passant par Guizot, Michelet ou Vidal de la Blache, il n'en est guère qui, des années 1810 aux années 1930, y échappèrent. En dix brefs chapitres suivis d'une brève anthologie de textes, cet essai à l'écriture alerte retrace l'extraordinaire floraison des théories sur les origines de la France. On y croise les Francs, les Gaulois, les Celtes, les Romains et toutes les métaphores - l'arbre généalogique, les racines, le germe, la nature, le baptême, le sol, le sang... - utilisées jusqu'à nos jours. Si, dans les premières décennies du XXe siècle, la « hantise des origines » cesse de passionner les historiens, elle ne continue pas moins d'irriguer les discours politiques.
Lu par:Manon
Durée:30h. 15min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:29002
Résumé: Lu par Manon
Durée:15h. 9min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:38211
Résumé: Depuis vingt ans qu’il vit en France, Asher Lev partage sa vie entre sa foi et la peinture. Mais de retour à Brooklyn pour l’enterrement d’un oncle, il constate que la communauté juive hassidique ne lui a toujours pas pardonné son départ. Un nouveau bras de fer s’engage : Asher devra choisir entre le sacré et le profane. Un choix qui cette fois menace l’intégrité même de sa famille… (Source : éditeur)
Durée:2h. 38min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:30720
Résumé: Les modes de vie sont ce qui nous affectent le plus, et pourtant ils sont hors de notre contrôle. Il y a là un paradoxe : nous, individus réputés libres et démocratiques, sommes dans les fers des modes de vie. Ceux-ci nous imposent en effet des attentes de comportement durables (avoir un travail, être consommateur, s'intégrer au monde technologique, au monde administratif, au monde économique,...) auxquels nous devons globalement nous adapter. Ce paradoxe démocratique est renforcé par un paradoxe éthique : c'est au moment où l'on assiste à une véritable inflation éthique, par la multiplication des comités, chartes, conseils, règlements, labels éthiques en tout genre, tous censés protéger les droits individuels, que le modes de vie de plus en plus contraignants étendent comme jamais leur emprise sur les individus. Ce qui veut dire que toute ce dispositif éthique sert, en réalité, à blanchir le système et les modes de vie qui en découlent, qui peuvent ainsi étendre leur emprise en étant éthiquement pasteurisés. Notre éthique ne sert donc pas à critiquer le système ni les modes de vie, mais à les accompagner dans leur marche triomphale. Enrayer cette marche est le défi éthique et politique majeur de notre temps.