Contenu

Sous la lumière des vitrines

Résumé
Stettler a plus de cinquante-cinq ans. Célibataire endurci, vivant seul depuis que sa mère est morte, il est le décorateur en chef du plus grand magasin de la ville, Les Quatre Saisons. Ses vitrines, pleines de goût et de créativité, confinent souvent à l'oeuvre d'art, et le succès qu'elles rencontrent a placé leur concepteur au rang de quasi-artiste. Or voilà que le vieux propriétaire meurt et que ses fils en profitent pour faire souffler un vent nouveau sur tout le magasin. Ils décident d'engager un jeune décorateur qui se chargera désormais — en alternance avec Stettler — de la mise au point des vitrines. Non pas un assistant, mais un successeur désigné, un rival, un ennemi. Le monde de Stettler tremble sur ses fondations, au diapason d'une époque — 1968 — de remise en cause totale de la société. Lui est épouvanté de tous ces changements. Se sentant menacé, il se met à espionner son rival et fomente une vengeance. Mais que faire contre ces deux ennemis autrement plus redoutables : le temps et l'âge ? Seule lui permet de se ressaisir la correspondance qu'il entretient avec la célèbre pianiste Lotte Zerbst, longtemps écoutée religieusement à la radio avant qu'il ne se soit décidé à lui écrire des lettres d'admiration... auxquelles elle finit par répondre. Il se prend même à espérer une rencontre. Avec une délicatesse et un art du contrepoint remarquables, Alain Claude Sulzer éclaire, sous la lumière des vitrines d'un grand magasin, l'éternel combat des anciens et des modernes.
Durée: 6h. 41min.
Édition: Nîmes, Jacqueline Chambon, 2020
Numéro du livre: 69157
ISBN: 9782330139582

Documents similaires

Durée:8h. 59min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:72128
Résumé: Terrible ironie du sort, c’est dans sa chair que Jules va vivre une décrépitude qu’Edmond et lui se seraient complu à décrire dans l’un de leurs romans naturalistes – trempés de ce « réalisme du ruisseau » qui émerveilla tant Zola, et selon lequel rien ne doit être dissimulé. En décrivant lui-même cette lente agonie avec délicatesse et cruauté, Alain Claude Sulzer prend en quelque sorte la place du romancier qu’Edmond, désespéré, n’a pu assumer. Il reproduit aussi ce que les Goncourt avaient entrepris dans "Germinie Lacerteux", en disséquant la déchéance de leur bonne, Rose, personnage sulfureux et mystérieux dont les deux frères, au regard pourtant aiguisé et alors que tout se passait sous leur toit, n’avaient rien perçu des turpitudes. Ce faisant, dans "Les vieux garçons", Sulzer agit comme un mineur de l’âme : il s’aventure dans les tréfonds humains afin d’en extraire l’essence la plus toxique.
Durée:7h. 25min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19999
Résumé: Le brusque silence est plus bruyant qu'un coup de cymbales. Alors qu'il est en train d'interpréter la Sonate pour piano n°29 de Beethoven, Marek Olsberg, pianiste de renommée mondiale, s'interrompt, ferme le piano, se lève et quitte l'estrade sur ces mots : " C'est tout. " Ce geste inouï ne va pas seulement ouvrir des perspectives inattendues dans la carrière bien rodée d'Olsberg, il va aussi bouleverser la vie des autres personnages venus assister au concert. Ainsi Esther, en rentrant chez elle plus tôt que prévu, découvre que son mari mène une double vie et que derrière le respectable chirurgien un peu guindé se cache un cochon lubrique. Astrid, la fidèle secrétaire qui a consacré sa vie au grand musicien, voit disparaître sa raison de vivre. Des existences vont être bousculées, des secrets révélés, des intimités trahies. Alain Claude Sulzer dévoile ici la labilité des consciences que cache la fausse sécurité de vies en apparence bien rangées. Une comédie cruelle et légère sur les étranges retournements du destin, sur le hasard et sur le désir irrépressible de changement.
Durée:5h. 27min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16612
Résumé: Dans la Suisse des années 1960, Andreas, jeune homme d'une vingtaine d'années, a fui l'Est et est recueilli par un couple. Marthas, la mère de famille de 34 ans, lui donne des cours d'allemand et devient sa maîtresse. Mais Andreas apprend l'anglais pour rejoindre son frère au Canada. Le fils, Léo, n'est pas insensible à son charme et soupçonne son père d'avoir une liaison avec sa secrétaire.
Lu par:Pierre Biner
Durée:7h. 14min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16045
Résumé: Ernest travaille dans le restaurant d'un palace à Giessbach, en Suisse. C'est un garçon parfait, aussi strict dans le travail que dans la vie. Mais cette dignité imperturbable cache la blessure jamais guérie de la violente passion qu'il a connue pour Jacob, un garçon parfait comme lui, Jacob qui l'a abandonné pour suivre en Amérique Julius Klinger, le grand écrivain allemand. C'était après 1933, dans ces années troublées où beaucoup de clients, fuyant l'Allemagne nazie, venaient trouver refuge, avant les rigueurs de l'exil, dans ce luxueux hôtel qui avait si souvent abrité leurs insouciantes villégiatures. Mais rien n'était plus pareil et Sulzer rend palpable la peur obscure qui hante désormais ces salons trop rassurants et tisse avec subtilité les fils des drames intimes et ceux de la tragédie historique...
Durée:5h. 57min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17902
Résumé: Il a toujours vu la photo de son père sans jamais se poser de question. Et brusquement, l'adolescent de seize ans s'interroge sur ce père mort à sa naissance. C'était un suicide, il le sait, mais sa mère n'aime pas en parler. Sans avertir ses parents, ce garçon sage, qui n'a jamais fugué, décide d'aller à Paris interroger André, le meilleur ami de son père. Et en reconstituant l'histoire de cette vie brisée, il découvre une autre époque. Une époque où être " différent " pouvait conduire à l'internement. Une époque où l'on se mariait pour cacher des désirs coupables. Une époque où l'on pouvait vous faire chanter, détruire votre vie et vous faire préférer la mort au scandale. le souffle de la tragédie traverse ce roman car le destin du père était inéluctable, mais sa mémoire sera sauvée grâce à l'amour de ce fils qu'il n'a jamais connu.
Durée:8h. 8min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:34071
Résumé: Dans les années 1930, Lionel Kupfer, star du jeune cinéma allemand, vient se reposer dans un palace des montagnes suisses pour attendre son prochain tournage. C'est l'hiver et il s'ennuie, jusqu'au jour où il rencontre Walter, le postier du village, qui devient très vite son amant. Ce qui pour Kupfer est une simple aventure sera pour Walter le grand amour de sa vie. Mais Hitler vient de prendre le pouvoir et bientôt Kupfer apprend qu'il ne pourra plus tourner car il est juif. Il s'exile alors aux Etats-Unis, en même temps que les célèbres cinéastes juifs allemands qui feront la gloire d'Hollywood. Après la guerre, les amants d'un jour se croiseront dans un avion mais l'un comme l'autre, par élégance ou par sagesse, préféreront ne pas se reconnaître. Alain Claude Sulzer retrouve ici l'empathie avec ses personnages qui faisait le charme poignant d'Un garçon parfait. Il sait comme personne décrire avec délicatesse les amours impossibles où la différence est moins dans le sexe que dans l'âge et la condition sociale.
Lu par:Gérald Bloch
Durée:4h. 54min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:66890
Résumé: Dans ce livre émouvant, tour à tour amusant et mélancolique, Main Claude Sulzer décrit une jeunesse - la sienne ? - dans la banlieue de Bâle. Un monde de jardinets soignés où personne ne divorce et où une femme au volant fait sensation. Une mosaïque de souvenirs des années 1960 et 1970, et dont la paisible tranquillité pourrait s'avérer mortifère si ce n'était le regard plein de malice de l'auteur qui y insuffle de la vie par sa distance taquine. C'est dans ce monde aux volets clos que le narrateur a grandi, un des trois fils d'une mère francophone maîtrisant mal l'allemand et d'un père qui a mis toute sa fierté dans sa maison à la modernité avant-gardiste. Le toit terrasse ne sera pourtant jamais vraiment étanche et le reste de la famille n'appréciera que moyennement le noir de jais des tapisseries et moquettes. C'est là aussi qu'il découvrira son homosexualité. Dans de brefs flashs de mémoire, Sulzer se souvient peut-être lui-même de cours de danse classique où il était le seul garçon, de Mlle Zihlmann qui se faisait conduire à son travail par son père, ou encore de son entrée dans le monde du théâtre.
Durée:2h. 51min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:71786
Résumé: À l’hôpital, auprès de Wallace inconsciente, Tom est désemparé. Dans un monologue qui se poursuit au fil des jours, il tente d’établir un contact, peut-être illusoire, avec la gisante. De son côté, Wallace est prisonnière d’un lieu incertain où se multiplient les cauchemars. Des mots surgissent. Parviendront-ils à donner forme au chaos et à dessiner une issue?
Durée:4h. 55min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75469
Résumé: Le 30 août 1965, une partie du glacier de l’Allalin s’effondrait sur le chantier de construction du barrage de Mattmark, coûtant la vie à 88 ouvriers. Ce jour-là, Luigi a disparu sous les glaces. Joseph, son ami, présent à ses côtés, a survécu. Le choc subi l’a rendu amnésique, jusqu’à perdre son nom. Pourtant, c’est lui qui, dans une recherche entamée bien des années plus tard, réunira Clémence, l’amante, Sveva, la veuve, Hector et Vittoria, le fils et la fille, qui se découvrent frère et soeur à près de 40 ans. Le récit suit chacun d’eux, qui se croisent, se reconnaissent, s’oublient, se perdent ou affrontent, chacun à leur manière, la vie et ses souvenirs. Des Alpes aux ruelles de Rome en passant par les places ombragées d’un bourg en bord de mer, les espoirs et les rêves se rejoignent, dans un mouvement d’exil perpétuel, d’oubli dévastateur et de racines perdues.
Durée:5h. 45min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:65450
Résumé: Dès le silence avant la première note jusqu'au silence après la dernière, chaque mesure avait été jouée et interprétée avec la combinaison si rare du talent et de l'émotion, tant par l'orchestre que par les choristes et les solistes. Tout cela était dû au don phénoménal que le chef avait de communiquer à ses musiciens l'essence même de ce que le compositeur voulait partager, ou du moins ce que le maestro en percevait. Ce même chef était assis là en face d'elle et il broyait du noir, cela ne faisait aucun doute. » Maestro célèbre et admiré, Henri Nitaigu ne mène pas que son orchestre à la baguette. De la scène où il est exposé à la lumière, aux coulisses sombres d'une vie aux apparences trompeuses, le chef ne fait pas dans la demi-mesure et ne cesse jamais de composer, de jouer, d'interpréter afin de se donner l'illusion de maîtriser le destin. Si lors de ses concerts, le maestro offre des émotions bénéfiques à son public à travers un grand frisson musical, qu'en est-il de sa vie privée ?... Grâce à des personnages au caractère attachant et au destin étonnant, Anne-Claude Gonvers aborde avec justesse des thèmes psychologiques délicats, tout en démontrant l'importance du pardon, autant pour celui qui le demande que pour celui qui l'accorde.
Durée:3h. 37min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:65835
Résumé: Passage des cœurs noirs est un roman tranquille, une balade sur les rives boisées, caressées d’ombres douces, d’un amour lumineux. Plusieurs voix se mêlent pour raconter les rêves et les angoisses, les plongées dans le désespoir, la renaissance, aussi, de ceux que les manques blessent. Il y a un peu de mer, pour l’espoir, quelques prés alpins, pour la nostalgie et les tendresses, de l’alcool pour les abysses, des livres, pour les souvenirs et les langueurs. Virgile, porté par un kaléidoscope de figures féminines, aime Heloïse, d’un coup. Il va l’accompagner jusque dans les tréfonds de sa douleur lorsque sa mère meurt, et faire, avec elle, le choix de la vie, qui jusqu’alors l’indifférait. Et puis, il va la perdre, subitement, et tracer, avec leur petite fille, un semblant de route, parsemé de rencontres farfelues, aimantes ou terrifiantes, jusqu’aux bords de la mer Noire, des années plus tard, à la recherche de la paix. Le récit est structuré essentiellement au cœur des émotions et des réflexions intérieures des personnages principaux. On va s’installer avec chacun d’eux dans le wagonnet de leurs montagnes russes personnelles et explorer les instants, d’amour, d’amitié, de confiance, d’éloignement, au gré des ressacs. Finalement, la seule question intéressante et qui traverse tout le livre, c’est, sans dieu ni au-delà, comment vivre avec toutes nos morts…
Durée:2h. 41min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75748
Résumé: Tous les jours à midi, Maximilien démarre le moteur d’une Chevrolet décapotable installée dans son salon et se souvient. Ses songes sont interrompus par les visites de psychologues qui l’interrogent sur son rapport à l’art et son passé sentimental. En effet, le choc provoqué par un récent héritage a dérobé la vue à ce mystérieux individu dont l’état de santé suscite inquiétudes et rumeurs. Après Mémoire des cellules ( 2017 ) et Carrousel du vent ( 2018 ), ce roman onirique et troublant clôt le triptyque intimiste de Marc Agron. Trois récits distincts qui sondent les territoires de la mémoire, de l’oubli et rendent compte de la beauté et de la fragilité du vivant.