Contenu

Un continent derrière Poutine ?

Résumé
La journaliste fait le portrait de familles et de couples rencontrés dans six villes lors d'une traversée de la Russie d'est en ouest, avant l'élection présidentielle de 2018. Elle les interroge sur leurs conditions de vie, leurs attentes, leur point de vue sur la politique menée par V. Poutine, leur pays et sa place dans le monde.
Durée: 4h. 52min.
Édition: Paris, Seuil, 2018
Numéro du livre: 37932
ISBN: 9782021392357
CDU: 300

Documents similaires

Durée:15h. 13min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:37115
Résumé: Grand reporter, la journaliste s'est rendue dans six villes, moyennes et petites, de France : Ajaccio, Montluçon, Laon, Evreux, Laval et Lons-le-Saunier. Elle est allée à la rencontre de ces Français "oubliés" qu'on accuse parfois de "mal voter". Ils évoquent ensemble le sentiment de déclassement et d'insécurité, le poids du chômage, le malaise des jeunes et la question de l'identité.
Durée:11h. 48min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:18767
Résumé: Interrogée lors d'une émission de télévision québécoise sur ses reportages hors normes dans des guerres où il ne fait pas bon être journaliste, Anne Nivat séduit si bien son auditoire que, le lendemain, elle est invitée par un officier canadien, sur le point de partir en mission de combat en Afghanistan, à venir parler à ses hommes. Non seulement elle accepte, mais elle obtient de le rejoindre sur le théâtre d'opérations dans la très hostile zone de Kandahar, ex-capitale mythique des taliban, qu'elle connaît bien pour l'avoir sillonnée à sa façon depuis dix ans, intégrée dans la population locale et protégée par celle-ci. Sur place, Anne Nivat, troque avec courage et discrétion le gilet pare-balles contre un châdri qui la soustrait aux regards sans l'empêcher d'observer, et multiplie les allers-retours entre les acteurs de cette drôle de guerre : militaires alliés, armée locale à l'incertaine loyauté, administration hyper corrompue du président Hamid Karzai, sympathisants taliban, ex-moudjahidine, profiteurs de guerre en tous genres, candidats à l'exil, qui lui font partager leur vision du conflit
Durée:7h. 51min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:15386
Résumé: Présentation de l'éditeur : Véritable curiosité architecturale, La Maison haute, un des sept gratte-ciel de Moscou, est une ville dans la ville. Edifiée en 1952 par des détenus du Goulag, elle est l'un des emblèmes de l'" épopée " stalinienne. Pour approcher au mieux la Russie d'aujourd'hui, Anne Nivat s'est intéressée aux habitants de ce gratte-ciel. Qui sont-ils ? Comment ont-ils passé les cinq dernières décennies ? Comment acceptent-ils la transition vers la démocratie ? A travers une suite de portraits de ses occupants - des acteurs, écrivains, poètes et compositeurs célèbres, ainsi que des " nouveaux Russes " -, l'auteur déroule un tableau vivant, foisonnant, composite, parfois touchant, toujours nuancé, de la société russe contemporaine.
Durée:6h. 58min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:15552
Résumé: Quatrième de couverture : « Rouler ! Rouler dans Bagdad, indéfiniment, sans vraie raison, si ce n'est que tu veux voir, voir ce qui se passe, même s'il ne se passe rien de sensationnel. Tu ne te lasses pas de regarder à quoi ressemble une ville morte, figée dans la peur, une ville où personne n'est censé se promener. Rouler dans cette ville, c'est se laisser aller à l'envoûtement du spectacle qui défile devant tes yeux, comme au cinéma. Sauf que tu es à Bagdad-la-mystérieuse, Bagdad-la-maudite, Bagdad-l'oubliée. Rouler à défaut de pouvoir faire autre chose, rouler pour se convaincre qu'on existe, que la ville n'est pas un mirage, qu'elle fonctionne cahin-caha et que tu en témoigneras. Rouler, ici, c'est comme prendre un tranquillisant, ou un excitant, ou peut-être bien les deux, ça dépend. Car rouler c'est se perdre, et c'est aussi se laisser aller à franchir courageusement d'invisibles frontières. »
Lu par:Paula Viala
Durée:6h. 34min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:37537
Résumé: La chronique de Moscou est emplie de grandeur et de sang, de complots, de folies et de mystères. Dans ce livre riche en révélations, Vladimir Fédorovski nous dévoile les coulisses du Kremlin, de la fin du stalinisme aux années Poutine. Acteur et observateur privilégié des événements qui ont entraîné la fin du communisme, sa longue familiarité avec les arcanes politiques lui a permis de recueillir des témoignages inédits et de se plonger dans des archives confi dentielles. C’est ainsi qu’il nous conte aussi bien l’histoire de l’espionnage russe en Occident, avec ses épisodes parfois comiques, que les secrets du pouvoir suprême où certains accédaient à la gloire, tandis que d’autres finissaient en exil ou en prison. [Source: Stock, 2018]
Durée:13h. 29min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:67479
Résumé: Les mémoires du sociologue et philosophe E. Morin réunis par ses soins. Abordant des sujets liés aux grands évènements historiques du XXe siècle ou d'ordre plus intime, ce fils unique, orphelin de mère, évoque les rencontres mémorables qui ont jalonné sa vie ainsi que ses résistances, sous l'Occupation puis pendant les guerres d'Algérie, de Yougoslavie et d'Irak. ©Electre 2020
Durée:17h. 55min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:67538
Résumé: Les mémoires du sociologue et philosophe E. Morin réunis par ses soins. Abordant des sujets liés aux grands évènements historiques du XXe siècle ou d'ordre plus intime, ce fils unique, orphelin de mère, évoque les rencontres mémorables qui ont jalonné sa vie ainsi que ses résistances, sous l'Occupation puis pendant les guerres d'Algérie, de Yougoslavie et d'Irak. ©Electre 2020
Durée:3h. 48min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:70392
Résumé: Soudan. Des premiers cortèges, cibles des balles des forces de l’ordre, à l’occupation du centre de Khartoum et à son évacuation dans le sang, Alaa Salah livre pour la première fois le récit détaillé, vivant et personnel de ces mois de basculement. Celui d’une étudiante devenue figure de proue d’une révolution, celui d’une génération qui goûte enfin à l’espoir, celui d’un pays engagé sur un chemin fragile vers la démocratie.
Durée:13h. 16min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:76485
Résumé: Georges Martin nous reçoit à sa table. Un menu copieux et délicat! Il est tombé souvent et a appris à se relever. Les portes fermées, il est parvenu à les ouvrir à force de volonté. Les murs infranchissables, il les contourne ! La guerre en Ukraine, qu’il tente de comprendre dans sa complexité historique et politique, est pour lui une amère déception et un énorme défi. On comprend que reconstruire un avenir de paix durable pour ses enfants et petit-enfants est ce qui lui tient le plus à coeur. Infatigable pacifiste, il ne se résoudra jamais à accepter la guerre. Sa vie est un plaidoyer pour la paix et pour une neutralité suisse active au service du monde.
Durée:13h. 44min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:67265
Résumé: Journal tenu régulièrement par l'homme politique J.-L. Debré et exposant ses réflexions, commentaires et indignations sur ce qu'il a traversé pendant les neuf années à la tête du Conseil constitutionnel. Dans ce texte, l'auteur évoque également ses entretiens avec N. Sarkozy, V. Giscard d'Estaing, A. Juppé, M. Valls, ses relations avec F. Hollande ou J. Chirac.
Durée:4h. 3min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:68046
Résumé: C’est l’histoire d’un homme qui court. Sa semelle frappe le bitume. Sa respiration emplit les avenues entièrement vides. Parfois il traverse un rond-point comme un anneau gigantesque. Mais sur le côté, aucun public, engageant ou rieur, aucune banderole, rien. Des haut-parleurs sont fixés partout, et des hommes en gris observent, à chaque carrefour, ce coureur et, loin devant, celui qui le précède. Bienvenu dans cette capitale célèbre et silencieuse, aux façades tristement ripolinées, où se mêlent douleur et néant. A Pyong Yang plus qu’ailleurs, le marathon est une épreuve. Marc Nexon s’y est préparé, il a dissimulé son métier véritable, et le voici lancé. Que pense le démocrate qui traverse au pas de course la ville la plus fermée du monde, en short et baskets fabriquées en Chine, de l’autre côté de la frontière ? Croit-il à l’échange par le sport, lui qui a couvert l’ancien bloc de l’Est ? Rencontre-t-il un pays différent, entre statues immenses et plaines désertées ? Ou cette course est-elle un acte un peu fou, un engagement décalé ? D’une avenue où se rangent les camions de l’armée à l’étage interdit de l’hôtel, d’une pause très surveillée en bord de route à un sourire d’enfant, Marc Nexon raconte, évoque, respire. Ici un vêtement, là un signe. Ici un slogan, là une impasse misérable. Partout la peur. Cette traversée métaphysique, magistralement écrite, est aussi un des rares récits sur ce pays interdit.
Lu par:Agnès Baron
Durée:2h. 43min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:73426
Résumé: Joseph Kessel pose un éclairage cru et impitoyable sur Hollywood. En 1936, Joseph Kessel débarque aux Etats-Unis. Hollywood ville mirage, publié en 1937, est le récit de son voyage au sein de l'industrie florissante du cinéma. Malgré les trois quarts de siècle écoulés depuis, nombre d'aspects dépeints par le reporter-romancier n'ont en rien changé. Dans une langue limpide et précise, Joseph Kessel dépeint le lieu comme une cité ouvrière, semblable, malgré son luxe, aux villes minières. Les habitants d'Hollywood, producteurs, techniciens ou stars, sont tous, selon Kessel, des ouvriers ficelés à leur travail par une drogue puissante : le cinéma. Ils en sont tous arrivés " au dernier stade : celui où l'on considère l'intoxication comme un état naturel ". Hollywood fascine et rebute l'auteur qui a pourtant déjà arpenté la moitié de la planète ; il l'appelle le " lieu le plus artificiel de la terre, qui convertit en industrie colossale les visages et les sentiments, qui les débite pour le monde entier comme des conserves ". Tentant de comprendre la société américaine, il croit saisir comment Hollywood parvient à tenir l'Amérique entière sous hypnose : " Le peuple des Etats-Unis est un peuple qui s'ennuie. " Hollywood s'adresse selon lui aux " déshérités du plaisir, aux damnés de l'ennui ". Kessel ne fait donc pas de quartier. Il pose sur Hollywood un éclairage cru et impitoyable. Il affirme néanmoins : " Ce n'est ni mépris, ni haine. Mais plutôt, en vérité, de l'amour déçu ". Qui aime bien...