Contenu

Sous les draps du lac

Résumé
Jean-Pierre Rochat écrit comme il respire, à pleins poumons, en haut de sa montagne à la belle herbe grasse, dans la partie francophone du canton de Berne. Au petit matin brumeux, alors que persiste la mémoire des rêves, il note ses incursions dans l'étrange, puis sort soigner ses bêtes. Les messages qu'il nous adresse sentent la chèvre, le cheval ou le sapin. Ce sont "les mini-romans de sa vie". De courts récits, tour à tour narquois, lucides ou graves, par lesquels il nous insuffle sa folie, son appétit d'amour et sa poignante reconnaissance de la mort. Les fêlures insoupçonnées d'un éleveur de chevaux nous "montent au cerveau en finesse".
Genre littéraire: Roman terroir
Durée: 1h. 48min.
Édition: Paris, La chambre d'échos, 2001
Numéro du livre: 33386
ISBN: 9782913904095

Documents similaires

Durée:2h. 45min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:36775
Résumé: Une tragédie contemporaine. En une journée, dans la cour de sa ferme, la vie d’un paysan bascule : tous ses biens ainsi que ses bêtes sont vendus aux enchères. Un monde s’écroule, rendu avec passion et authenticité par l’écriture charnelle de Jean-Pierre Rochat. Un roman comme un cri de détresse de la cause paysanne.
Durée:3h. 12min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:31084
Résumé: Coup de foudre dans le ciel serein du paysan de montagne: il tombe amoureux de son assistante agricole! Mais la bluette n'est pas une romance toute rose; il faudrait pour cela que disparaissent les désirs d'écriture et tous les écrivains qui réussissent. Il faudrait aussi que les foins se fassent tout seuls et qu'enfin les bêtes cessent de gueuler dans l'étable boueuse. Bref, vivre d'amour et d'eau fraîche laisse le berger écrivain sur la paille.
Durée:2h. 25min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:69096
Résumé: Un titre évoquant la vie à la campagne, rien d’étonnant de la part de Jean-Pierre Rochat, écrivain-paysan dont la réputation a largement dépassé les limites de son Jura bernois. Le Bouc, ou trente-trois historiettes qui témoignent une fois encore de l’amour immodéré de son auteur pour… les femmes et les chevaux. Certes, il y a aussi un bouc – et quel bouc ! À lui seul, il mérite la lecture du recueil, pour son achat en Valais et, dans la nouvelle suivante, pour son arrivée dans le nouveau « harem ». Car si Rochat, de sa plus belle plume, rend hommage au sexe féminin, qu’il détaille en grand séducteur, le bouc n’est pas en reste… Au fil des années et des livres, l’auteur a peaufiné son style d’écriture parlée. Il atteint ici une sorte de perfection qui n’appartient qu’à lui (quant à son rapport aux dames, il lui vaudrait, parmi les féministes, l’étiquette de vieux macho…) Une lecture pleine de bonne humeur ! [Source : Payot]
Durée:2h. 52min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:75040
Résumé: À l’issue d’« un topo de 50 ans d’histoire agricole », cet ex-paysan qui écrit tout le temps maintenant qu’il l’a, le temps, adresse à son lecteur le journal de bord de son avancée tâtonnante dans sa nouvelle vie. « …et je devins de plus en plus urbain, les différences ­s’estompant et le paysan se serrant dans la peau d’un citadin vieillissant. » Tandis que des fragments d’un passé vivace s’imposent et virevoltent au long de ses journées présentes, la vie lui réserve encore une surprise de taille.
Lu par:Madiana Roy
Durée:1h. 49min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:65166
Résumé: Au fil du temps des saisons et des jours Rochat nous embobine de mots qui sentent l'herbe fraîche ou les foins, mots qui ont la saveur d'un fendant frais. Ces textes d'un ton chantant évoquent le vent, la neige, les bêtes et les gens, ceux d'en-haut comme d'en-bas et des femmes et du désir né de leur invocation mythique ou fantasmée. " Le paysage je me disais en me couvrant pour la nuit, le paysage est comme un bon lit dans lequel on se couche sur un matelas de calcaire et des draps en herbe des pâturages, nous qui avons eu la chance de parcourir le paysage des millions de fois en tracteur maintenant que les chevaux ne font plus que nous regarder. "
Lu par:Marie Meylan
Durée:2h. 30min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:70105
Résumé: Jean-Pierre Rochat continue de nous émouvoir par la force de son écriture charnelle et singulière: l’écrivain-paysan a perdu sa ferme ainsi que les animaux, son cœur passionné crie famine. Un nouveau roman flamboyant, teinté de mélancolie et éclatant de sensualité
Lu par:Marie Meylan
Durée:2h.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33577
Résumé: Un jour d'été, un écrivain paysan du Jura bernois quitte sa montagne, ses terres et ses bêtes pour s'aventurer le temps d'une soirée et d'une nuit dans un autre monde à l'occasion d'une manifestation littéraire dans une station de villégiature des Alpes valaisannes. Là il arrive, avec sa barbe foisonnante, sa vigueur terrienne et son regard caustique, chargé d'une histoire dont il va, comme les autres auteurs invités, offrir au fil des heures quelques aperçus détonants. A la lueur d'une lune perplexe se confrontent entre la scène et le public des mondes totalement hétérogènes. La joute apparaît périlleuse. Chez lui, chèvres et vaches attendent son retour, narquoises, sceptiques quant au bien-fondé de l'entreprise.
Durée:3h. 9min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19256
Résumé: Tout commence par une fin. L'épouse de l'écrivain suisse allemand réveille une nuit l'ami paysan de son époux. Elle a mis un manteau de fourrure sur sa chemise. Son mari de fraîche date est mort. Cette psy un peu compliquée voue une grande admiration à l'agriculteur de montagne. Il connaît en plus son défunt mieux qu'elle. Pensez! Une relation de trente ans. Le livre de Jean-Pierre Rochat aurait pu nous réserver par la suite de nombreux retours en arrière, un peu comme certains films accumulent les flashbacks. Il n'en est rien. Si le texte renvoie fréquemment dans le passé, c'est par de courtes notations. Le lecteur saura ainsi que l'écrivain suisse allemand vivait dans une caravane (de luxe) sur un champ pentu. Il venait là une semaine. Deux. Au maximum un mois. Il y écrivait. L'homme partageait un peu la vie de son compagnon. Il avait ainsi appris à traire les vaches.
Durée:11h. 14min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:30539
Résumé: En 1897, Édouard Rod publie un roman intitulé Là-Haut dont il situe l'action dans une région qu'il connaissait bien pour y avoir séjourné à plusieurs reprises. Sous le nom d'emprunt de Vallanches, il est aisé d'identifier le village de Salvan, perché dans la vallée du Trient en Valais. Là-Haut, comme l'ensemble de l'œuvre romanesque de Rod, a quasiment disparu de notre mémoire littéraire, phénomène d'autant plus étonnant que cette œuvre était fort connue et appréciée au début du siècle. Un critique comme Victor Giraud n'hésitait pas en son temps à saluer Édouard Rod comme « l'un des maîtres de l'heure ». Relire Là-Haut un siècle plus tard est plus qu'un divertissement. On y redécouvre un monde, une mentalité, des caractères. Au-delà de l'intrigue amoureuse qui conduit le héros blessé, Julien Sterny, sur la voie du salut, Édouard Rod guide le lecteur curieux sur d'autres pistes : historiques, ethnographiques et littéraires. On s'y engage dans ces vallées alpestres qui s'ouvrent au tourisme et l'on comprend mieux le rôle joué par les écrivains romands — Rambert, Javelle et Rod lui-même — dans cette ouverture. On est convié à prendre part à la vie d'une communauté montagnarde avec ses conditions d'existence précaires, ses figures pittoresques, ses coutumes et les convoitises qui menacent sa cohésion. Mais l'un des aspects les plus captivants de Là-Haut, c'est que l'on y retrouve, avec un siècle d'avance, les grands débats écologiques de notre temps : Vallanches, livré à la « marée du progrès », voit s'affronter les intellectuels, protecteurs de la nature, et les partisans du développement touristique avec à leur tête Monsieur de Rarogne, l'ancêtre lointain des « maquereaux des cimes blanches » de Maurice Chappaz.
Durée:2h. 21min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:19348
Résumé: Un petit village dans une vallée étroite, encadrée de hautes montagnes, où il est question de trains qui toutes les heures descendent la vallée, d'as du yass et de joyeux lurons, de la truie de l'Adolfdallamaria et de la liqueur d'œuf du poète, de la grand-mère qui se tient de travers, et des cercueils du grand-père. Un enfant observe ce monde d'adultes, familier et insolite à la fois. Son regard direct et son ton insouciant dissimulent les abîmes ouverts par le texte. Arno Camenisch décrit la perte et la disparition avec une intensité particulière. Il transporte dans sa langue les tonalités romanches et compose une mélodie singulière, où s'allient tendresse et concret, humour et sérieux pour former des images touchantes et vives.
Durée:5h. 48min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:19688
Résumé: Gus a quitté l'enfance un été de canicule. Alors qu'il aide son père paysan, lit et relit ses bandes dessinées, se baigne dans un réservoir souterrain avec Mado, la fille perdue du village, son univers familier et rassurant se fissure. La mère de Gus, présence constante, tendre et complice s'éloigne peu à peu de lui, tandis que son père, pourtant véritable force de la nature, s'enferme dans sa chambre pour cuver son chagrin. L'impensable arrive. Gus doit alors prendre en main l'exploitation, guider les camions-citernes de l'armée vers les champs desséchés, traire les vaches trop pleines d'avoir été oubliées. Quand il découvre le secret de sa mère, dans une scène magnifique de pudeur, il vit la fin d'un monde.
Lu par:Collectif BSR
Durée:1h. 51min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:17530
Résumé: Cinquante et un tableaux du journal d'un homme qui a décidé de faire une retraite dans l'errance et la solitude. Il quitte la ville et sa peau de citadin pour se lancer, sac au dos, dans une longue marche dont le but se dévoile au fil de l'écriture: «atteindre un état intérieur et non un lieu», «se perdre au bout des frontières intimes », «franchir des terres qui font traverser les limites permises ». Ce marcheur infatigable vit enfin au gré de ses humeurs, et des intempéries. Au-delà des paysages, des animaux et des fleurs, les rencontres qui prennent corps, dans les églises et les châteaux visités, font de ce périple une expérience proche du pèlerinage.