Contenu

La force du sexe faible: contre-histoire de la Révolution française

Résumé
Dans la version jacobine et robespierriste de la Révolution française, les femmes sont ignorées ou caricaturées. L'auteur tient à rétablir la vérité sur ce sujet et prouver que ces femmes révolutionnaires (telles Olympe de Gouges ou Charlotte Corday) avaient une cohérence d'action comme de pensée.
Genre littéraire: Histoire/géographie
Durée: 6h. 56min.
Édition: Paris, Autrement, 2016
Numéro du livre: 32930
ISBN: 9782746743427
Collection(s): Universités populaires & Cie
CDU: 944

Documents similaires

Durée:5h. 36min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:76483
Résumé: Michel Onfray dépasse la seule vision théorique de la nouvelle barbarie qui s’annonce en s’appuyant sur des exemples concrets et d’autant plus saisissants qu’ils sont délibérément ignorés par les médias comme un sujet tabou. Pour lui, « cet inhumanisme vétérinaire promu par le capitalisme », notamment en matière d’eugénisme, est déjà à l’œuvre. Le déroulé de cet ouvrage, dont le plan est ci-joint, est suffisamment détaillé pour illustrer ce que le philosophe présente comme les étapes différentes et simultanées de la fin de l’humanisme au profit d’une déconstruction de l’homme délibérée.
Durée:6h. 39min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:73751
Résumé: Dialogue entre deux hommes qui se réclament du socialisme et des idéaux de Proudhon et de Jaurès. Ils dressent un inventaire des principes à défendre comme le service public, l'école républicaine, la culture classique ou l'intérêt général tout en critiquant certaines valeurs portées par la gauche parmi lesquelles la cancel culture, le wokisme et l'Europe libérale.
Durée:3h. 6min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:72320
Résumé: Réflexion sur la censure exercée par la presse française, à travers six livres dont Les habits neufs du président Mao : chronique de la Révolution de Simon Leys et Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington. L'auteur évoque les diverses stratégies mises en place : organiser la censure par le silence ou la désinformation, promouvoir de mauvais livres, entre autres.
Durée:2h. 4min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:39580
Résumé: Le philosophe, victime d'un accident vasculaire cérébral en janvier 2018, relate les conditions de son hospitalisation, sa plongée dans l'inconscience et les réactions de son entourage. Dans un second temps, il évoque son expérience de la mort : son infarctus à l'âge de 27 ans, la disparition de son épouse et celle de son père ainsi que la souffrance qui s'en est suivie.
Durée:17h. 54min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:65853
Résumé: Comment se comporter dans une civilisation qui menace de s'effondrer ? En lisant les Romains dont la philosophie s'appuie sur des exemples à suivre et non sur des théories fumeuses. Sagesse est un genre de péplum philosophique dans lequel on assiste à la mort de Pline l'Ancien et à des combats de gladiatrices, à des suicides grandioses et à des banquets de philosophes ridicules, à des amitiés sublimes et à des assassinats qui changent le cours de l'histoire. On y croise des personnages hauts en couleur : Mucius Scaevola et son charbon ardent, Regulus et ses paupières cousues, Cincinnatus et sa charrue, Lucrèce et son poignard. Mais aussi Sénèque et Cicéron, Epictète et Marc Aurèle. Ce livre répond à des questions très concrètes : quel usage faire de son temps ? Comment être ferme dans la douleur ? Est-il possible de bien vieillir ? De quelle façon apprivoiser la mort ? Doit-on faire des enfants ? Qu'est-ce que tenir parole ? Qu'est-ce qu'aimer d'amour ou d'amitié ? Peut-on posséder sans être possédé ? Faut-il s'occuper de politique ? Que nous apprend la nature ? A quoi ressemble une morale de l'honneur ? Dans l'attente de la catastrophe, on peut toujours vivre en Romain : c'est-à-dire droit et debout.
Lu par:Mari Caucal
Durée:9h. 22min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:68294
Résumé: Ce livre est le parfait résumé d'une œuvre par son auteur. Composé de pensées, fragments, aphorismes, extraits de tous ses ouvrages, de 1989 à aujourd'hui, cela représente la véritable bible du philosophe français le plus connu dans le monde. Il s'y trouve tout ce qui constitue la philosophie d'Onfray : l'hédonisme, sa critique de la morale et des religions, son rejet de la psychanalyse, le libertinage, l'amour, la sexualité, les philosophes, Nietzsche, l'athéisme, le voyage, la politique, le vin, la diététique, la bourgeoisie, l'Europe, l'anarchie, le capitalisme, les Tziganes, ses visions toutes personnelles de la nature, de l'art, de l'écriture... Des sujets multiples comme autant de facettes d'une pensée polyphonique fascinante. Un dictionnaire de vie philosophique, pour tous.
Lu par:Pierre Biner
Durée:5h. 58min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69877
Résumé: Sous la forme d'une éphéméride, et ce sur presque tous les jours de cette année 2020, je consigne chaque délire dont notre temps est capable. Dans ce journal se croisent une petite fille de huit ans qui veut changer de sexe depuis l'âge de quatre ans ; des égorgeurs présentés comme de pauvres victimes d'elles-mêmes ; une jeune fille qui ne va plus à l'école et prophétise la catastrophe climatologique dont le clergé de son pays nous dit qu'elle est le Christ ; des femmes qui vendent des enfants pendant que d'autres les achètent ; l'Eglise catholique qui court après les modes du politiquement correct ; le journal Libération qui se dit progressiste en célébrant la coprophagie et la zoophilie ; des végans qui militent contre les chiens d'aveugles ; une anthropologue qui trouve qu'il y a trop de dinosaures mâles et pas assez de femelles dans les musées ; des pédophiles qui achètent des viols d'enfants en direct sur le Net ; un Tour de France qui commence au Danemark et un Paris-Dakar ayant lieu en Amérique du Sud ; un parfum élaboré par une femme à partir des odeurs de son sexe ; un chef de l'Etat qui, entre autres sorties, se félicite que ses ministres soient des amateurs ; Le Monde qui estime courageuse une mise en scène théâtrale qui présente Lucien de Rubempré en femme ; le pape et Tariq Ramadan pour qui le coronavirus est une punition divine - et autres joyeusetés du même genre..
Durée:3h. 36min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:20715
Résumé: S'il est un mythe à déconstruire, c'est bien celui du marquis de Sade, porté aux nues par l'intelligentsia depuis le début du XXème siècle. Comment a été construite la légende du divin marquis? Contre la vérité des faits historiques, contre la justice (qui l'a emprisonné pulsieurs fois), contre ses propres écrits mêmes, Sade est devenu un modèle, un sage visionnaire, un philosophe précurseur du XXème siècle. Il a inspiré et passionné un nombre incalculable d'intellectuels, de Breton à Bataille, de Barthes à Lacan, de Deleuze à Sollers. Comment est-il possible qu'à quelques rares exceptions près, le Marquis soit devenu l'idole de tous? On doit ceci à Apollinaire, rédacteur de la préface hagiographique d'un recueil de textes de Sade choisis (par lui-même) en 1909. Il construit ainsi, sans grande connaissance des oeuvres de l'auteur, le mythe du marquis, qui tient lieu d'histoire. Parce que les mots et les faits doivent primer sur les légendes poétiques, Michel Onfray entreprend sa contre-histoire. Il rappelle combien Les 120 journées de Sodome sont d'une perversité abjecte et procèdent d'une pulsion de mort ; il souligne que Sade est un Jacobin d'occasion, méprisant le peuple dans ses écrits et converti par opportunisme ; que ses actes de délinquants sexuels ne sont ni des détails ni des » badinages » mais des comportements cruels et barbares plusieurs fois condamnés (et plusieurs fois étouffés), etc. Contre-légende après contre-légende, il pose des pierres dans le jardin de Sade et de ses partisans aveuglés.
Durée:2h. 23min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:75512
Résumé: A Chambois (Orne), le village où il a grandi, M. Onfray observe les ravages du temps et de la modernité et se remémore des souvenirs où cohabitent ses parents, la fondatrice d'une école catholique à qui l'auteur attribue son éveil intellectuel et la nature, longuement évoquée à travers ses grillons, ses couleuvres, ses plantes ou ses fleurs.
Durée:22h. 22min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:24430
Résumé: Michel Onfray, cohérent avec lui-même, s'en prend ici à une religion qui, bien plus que les monothéismes qu'il pourfendait dans son Traité d'athéologie, semble avoir encore de beaux jours devant elle. Cette religion, c'est la psychanalyse - et, plus particulièrement, le freudisme. Son idée est simple, radicale, brutale : Freud a voulu bâtir une « science », et il n'y est pas parvenu; il a voulu « prouver » que l'inconscient avait ses lois, sa logique intrinséque, ses protocoles expérimentaux - mais, hélas, il a un peu (beaucoup ?) menti pour se parer des emblèmes de la scientificité. Cela méritait bien une contre-expertise. Tel est l'objet de ce travail. Avec rigueur, avec une patience d'archiviste, Michel Onfray a donc repris, depuis le début, les textes sacrés de cette nouvelle église. Et, sans redouter l'opprobre qu'il suscitera, les confronte aux témoignages, aux contradictions, aux correspondances. A l'arrivée, le bilan est terrible : la psychanalyse, selon Onfray, ne serait qu'une dépendance de la psychologie, de la littérature, de la philosophie - mais, en aucun cas, la science « dure » à laquelle aspirait son fondateur. On sera, devant une telle somme, un peu médusé : Freud n'en ressort pas à son avantage. Et encore moins sa postérité qui aura beau jeu de prétendre que si Michel Onfray conteste si violemment la religiosité en vogue chez les archéologues de l'inconscient, ce serait précisément parce qu'il craindrait de contempler le sien. Une « ouverture » biographique, semblable à celle qui précède chacun de ces essais, devance cette objection en racontant comment et pourquoi Michel Onfray a découvert - en vain - cette « science de l'âme » qui n'en est pas une.
Durée:1h. 31min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36946
Résumé: L’anarchisme a ses dévots incapables de penser sans le secours du catéchisme fabriqué par l’historiographie dominante du militantisme. Si l’on veut l’envisager en dehors des clous, il faut moins croire la légende que découvrir l’histoire de ce formidable mouvement dans l’histoire. Afin de construire l’anarchie dans les actes et lui donner son actualité, allons au-delà du catéchisme à l’aide d’une théorie contemporaine : le postanarchisme. Cette expression recouvre toute pensée qui conserve un certain nombre des idéaux de l’anarchisme classique, mais les dépasse au profit d’une pensée libertaire contemporaine.
Durée:5h. 47min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66330
Résumé: Il est admis que 1984 et La Ferme des animaux d'Orwell permettent de penser les dictatures du XXe siècle. Je pose l'hypothèse qu'ils permettent également de concevoir les dictatures de toujours. Comment instaurer aujourd'hui une dictature d'un type nouveau ? J'ai pour ce faire dégagé sept pistes : détruire la liberté ; appauvrir la langue ; abolir la vérité ; supprimer l'histoire ; nier la nature ; propager la haine ; aspirer à l'Empire. Chacun de ces temps est composé de moments particuliers. Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l'opinion ; dénoncer le crime par la pensée. Pour appauvrir la langue, il faut : pratiquer une langue nouvelle ; utiliser le double langage ; détruire des mots ; oraliser la langue ; parler une langue unique ; supprimer les classiques. Pour abolir la vérité, il faut : enseigner l'idéologie ; instrumentaliser la presse ; propager de fausses nouvelles ; produire le réel. Pour supprimer l'histoire, il faut : effacer le passé ; réécrire l'histoire ; inventer la mémoire ; détruire les livres ; industrialiser la littérature. Pour nier la nature, il faut : détruire la pulsion de vie ; organiser la frustration sexuelle ; hygiéniser la vie ; procréer médicalement. Pour propager la haine, il faut : se créer un ennemi ; fomenter des guerres ; psychiatriser la pensée critique ; achever le dernier homme. Pour aspirer à l'Empire, il faut : formater les enfants ; administrer l'opposition ; gouverner avec les élites ; asservir grâce au progrès ; dissimuler le pouvoir. Qui dira que nous n'y sommes pas ?