Contenu

Brève encyclopédie du monde. Cosmos: une ontologie matérialiste

Résumé
Lu par Manon Une philosophie de la nature proposant de renouer avec le rapport au monde, au réel, au temps et à la vie du paganisme grec.

Pas disponible en CD.

Durée: 16h. 3min.
Édition: Paris, Flammarion, 2015
Numéro du livre: 31437
ISBN: 9782081290365
CDU: 100

Documents similaires

Durée:3h. 52min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:34955
Résumé: Nous en parlons à peine et leur nom nous échappe. La philosophie les a toujours négligées ; même la biologie les considère comme une simple décoration de l'arbre de la vie. Et pourtant, les plantes donnent vie à la Terre : elles fabriquent l'atmosphère qui nous enveloppe, elles sont à l'origine du souffle qui nous anime. Les végétaux incarnent le lien le plus étroit et élémentaire que la vie puisse établir avec le monde. Sous le soleil et les nuages, en se mêlant à l'eau et au vent, leur existence est une interminable contemplation cosmique. Ce livre part de leur point de vue - celui des feuilles, des racines et des fleurs - pour comprendre le monde non plus comme une simple collection d'objets, ou un espace universel contenant toute chose, mais bien comme l'atmosphère générale, le climat, un lieu de véritable mélange métaphysique.
Lu par:Lucien Weiss
Durée:9h. 43min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:65016
Résumé: Etes-vous spéciste ? Autrement dit, refusez-vous de prendre en compte les intérêts de certains animaux, uniquement parce qu'ils sont d'une autre espèce que la nôtre ? Si c'est le cas, vous commettez une discrimination arbitraire, similaire à celle que les racistes opèrent à partir de la race ou l'ethnie. C'est en tout cas la thèse de ce livre, qui entreprend une déconstruction en règle de ce spécisme. Constitué de textes fondamentaux du mouvement anti-spéciste français et d'articles inédits, il montre l'inanité aussi bien de l'idéologie qui oppose la nature à la culture que des éthiques fondées sur une hiérarchie des êtres. A la place, il promeut une éthique plus juste, qui prend en compte les intérêts de l'ensemble des êtres capables d'être affectés en bien ou en mal par ce qui leur arrive, c'est-à-dire de tous les êtres éprouvant des sensations, des émotions et des sentiments. L'antispécisme nous invite ainsi à opérer une révolution dans nos rapports aux animaux humains et non humains - y compris les animaux sauvages.
Durée:2h. 54min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:38103
Résumé: Henry David Thoreau (1812-1862) voulait " vivre profondément et sucer toute la moelle de la vie ". Sa vie et son œuvre sont une école de philosophie et de spiritualité. L'auteur de Walden a pratiqué la " désobéissance civile ", la " pauvreté volontaire " puis, en se retirant du monde, l'immersion dans la nature pour trouver la voie de la liberté. Ses livres les plus fameux comme ses Journaux recèlent de merveilleuses formules et réflexions, élaborées la plupart du temps dans te silence plein de ses longues marches en forêt, qui portent en elles la quintessence de sa pensée et de sa sensibilité. Un choix original, comportant de très nombreux extraits inédits.
Durée:5h. 47min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:67889
Résumé: Dominer le monde, exploiter ses ressources, en planifier le cours… Le projet culturel de notre modernité semble parvenu à son point d’aboutissement : la science, la technique, l’économie, l’organisation sociale et politique ont rendu les êtres et les choses disponibles de manière permanente et illimitée. Mais alors que toutes les expériences et les richesses potentielles de l’existence gisent à notre portée, elles se dérobent soudain à nous. Le monde se referme mystérieusement ; il devient illisible et muet. Le désastre écologique montre que la conquête de notre environnement façonne un milieu hostile. Le surgissement de crises erratiques révèle l’inanité d’une volonté de contrôle débouchant sur un chaos généralisé. Et, à mesure que les promesses d’épanouissement se muent en injonctions de réussite et nos désirs en cycles infinis de frustrations, la maîtrise de nos propres vies nous échappe. S’il en est ainsi, suggère Hartmut Rosa, c’est que le fait de disposer à notre guise de la nature, des personnes et de la beauté qui nous entourent nous prive de toute résonance avec elles. Telle est la contradiction fondamentale dans laquelle nous nous débattons. Pour la résoudre, cet essai ne nous engage pas à nous réfugier dans une posture contemplative, mais à réinventer notre relation au monde
Lu par:Paula Viala
Durée:5h. 26min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:69477
Résumé: Deux textes à travers lesquels la philosophe s'interroge sur la place de l'humain dans la nature. Selon elle, l'écologie, la cause animale et le respect dû aux personnes vulnérables ne peuvent être séparés. La conscience du lien qui unit l'être humain aux autres vivants fait naître en lui le désir de réparer le monde et de transmettre une planète habitable.
Durée:7h. 38min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:15502
Résumé: ... mettre en lumière les profondes convergences des grandes traditions philosophiques, spirituelles et religieuses du monde sur des points essentiels de la sensibilité moderne : nécessaire sobriété écologique pour limiter l'épuisement des ressources naturelles, alliance de l'homme et de la nature pour maintenir les grands équilibres biologiques et climatiques, enfin, mise en cause du rêve prométhéen où sciences et techniques, étroitement liées au capitalisme, emmènent l'humanité au pas de charge dans un rêve de puissance et de domination, au mépris de toute modération et sagesse. Nature et spiritualité nous invite donc à observer les relations des grandes religions du monde avec la nature.
Durée:10h. 39min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:68255
Résumé: Nous partageons la planète avec 10 millions d’espèces vivantes et avons décidé, dans la société moderne occidentale, de nous séparer d’elles pour en faire « la nature », un décor, une ressource. Ce que propose Baptiste Morizot, c’est de sortir de ce schéma afin de se réconcilier avec le vivant. Car, selon lui, la crise écologique que nous rencontrons actuellement est principalement due à une crise de notre sensibilité aux autres, de notre relation au vivant. En effet notre mode de vie principalement urbain, dans lequel nous sommes de moins en moins confrontés à d’autres réalités, d’autres existences, nous a désappris à voir les signes, les traces du vivant, et surtout désappris à les interpréter. Pour se réapproprier ces connaissances, l’auteur nous décrit sa pratique du pistage, un pistage enrichi philosophiquement, rempli d’interprétations, qui sensibilise aux altérités et, simplement, aide à se sentir… vivant ! François Houriet, Libraire, Payot-Neuchâtel
Durée:4h. 19min.
Genre littéraire:Voyage/exploration
Numéro du livre:71782
Résumé: Pourquoi la montagne exerce-t-elle une telle fascination ? Redoutées jadis, vues comme de hideuses verrues de pierre, les montagnes sont considérées depuis Rousseau comme le lieu de l’allègement et de la sérénité, par opposition aux villes dévoyées. L’attraction qu’elles suscitent ne faiblit pas depuis. Enfant de la neige et des sapins, élevé en Autriche et en Suisse, l’auteur a une relation très particulière avec son sujet : plus il monte en altitude, plus il renoue avec sa jeunesse. En sorte que cet essai sur la montagne s’inaugure comme une forme d’autobiographie sensible, où tous les sens concourent à la remémoration du passé : grimper, c’est pour lui rajeunir en esprit, renouer en une seule boucle les deux parties de sa vie. Au-delà des souvenirs personnels, la randonnée est un exercice de l’amitié, qui lie ensemble les membres d’une même cordée ou d’une même course. Mais pourquoi grimper au sommet si c’est pour en redescendre, pourquoi la souffrance de l’escalade se convertit-elle en jouissance, pourquoi l’absurdité de cette pratique rend-elle anodine l’absurdité de l’existence, quelle métaphysique de l’absolu se joue-t-elle là, quel défi au temps, au vieillissement, à la peur panique, au danger frôlé pour être mieux conjuré? Y a-t-il encore place pour une ontologie de l’héroïsme dans nos temps post-héroïques ? Au-delà de 2000 mètres, le surhomme nietzschéen est un aimable farceur… Dans un style chatoyant et sensuel, cet essai-récit fond dans une même neige choses vues et lues, littérature et philosophie, rituels d’une pratique passionnée et questionnements sur le sens de la vie, la destruction de notre écosystème, le crépuscule d’une forme d’aventure menacée comme un chef d’œuvre en péril. La ruée vers les sommets dit-elle à sa manière la fin d’un monde ?
Lu par:Claudine Prim
Durée:8h. 16min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:3622
Résumé: L'univers a-t-il un sens ? Ainsi, toutes ces combinaisons infiniment fertiles de la matière, cette activité nucléaire des étoiles, ce bourdonnement électromagnétique des nébuleuses interstellaires, cette fièvre biochimique exubérante de l'océan primitif, tout cela n'aurait d'autre sens que de préparer l'holocauste nucléaire ? La conscience n'émergerait-elle, en quinze milliards d'années, que pour s'éliminer en quelques minutes ? Nous (notre génération) sommes les témoins et les acteurs de cette période de l'histoire où ce problème entre dans sa phase décisive. Si nous avons un rôle à jouer dans l'univers, c'est d'aider la nature à accoucher d'elle-même. L'être le plus menaçant est aussi le seul qui puisse faire réussir l'accouchement. L'intelligence n'est pas nécessairement un cadeau empoisonné. L'absurde est encore évitable. L'éveil de la jubilation est, peut-être, l'antidote le plus efficace.
Lu par:Pierre Biner
Durée:4h. 39min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:71955
Résumé: On peut vivre selon Lucrèce. Son poème est d'ailleurs une proposition existentielle faite à son dédicataire Memmius. Le philosophe propose en effet une conversion, autrement dit : une vie nouvelle faisant suite à l'ancienne qu'on abandonne après avoir compris ce qu'il y avait à comprendre, initié par un sage qui nous transmet son savoir. Ici : que le réel est matériel, qu'il n'est fait que d'atomes qui tombent dans le vide et de rien d'autre ; que cette physique de l'ici-bas dispense d'une métaphysique de l'au-delà ; que la religion est superstition et qu'il faut lui préférer la philosophie ; qu'il faut donner au corps ce qu'il demande dans la limite où ce qu'on lui donne ne l'asservit pas ; que l'amour est un remède à la passion ; que la sagesse est atteignable et qu'elle consiste en une arithmétique des plaisirs accompagnée par une diététique des désirs ; qu'il n'y a ni enfer ni paradis mais juste un monde immanent et tangible ; que la mort n'est pas à craindre puisqu'elle n'est qu'une modification de la matière et non sa suppression ; que le réel est tragique et que le savoir confère de la sérénité ; que le paradis existe sur terre pourvu qu'on le construise avec détermination. Ce livre pend donc la forme d'une série de neuf lettres comme autant d'invitations à une sculpture de soi.
Durée:3h. 9min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:32701
Résumé: M. Onfray entend penser l'islam en philosophe, en philosophe des Lumières : lire le Coran, examiner les hadiths et croiser les biographies du Prophète en considérant qu'il y a là du pire et du meilleur. Il veut remettre également en relation ce qu'on appelle le terrorisme, l'islam terroriste ayant été partiellement créé par l'Occident belliqueux. Sur l'islam aussi, il faut "se remettre à penser".
Durée:25h. 32min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:35151
Résumé: «Chacun connaît les pyramides égyptiennes, les temples grecs, le forum romain et convient que ces traces de civilisations mortes prouvent... que les civilisations meurent – donc qu’elles sont mortelles! Notre civilisation judéo-chrétienne vieille de deux mille ans n’échappe pas à cette loi. Du concept de Jésus, annoncé dans l’Ancien Testament et progressivement nourri d’images par des siècles d’art chrétien, à Ben Laden qui déclare la guerre à mort à notre Occident épuisé, c’est la fresque épique de notre civilisation que je propose ici. On y trouve : des moines fous du désert, des empereurs chrétiens sanguinaires, des musulmans construisant leur "paradis à l’ombre des épées", de grands inquisiteurs, des sorcières chevauchant des balais, des procès d’animaux, des Indiens à plumes avec Montaigne dans les rues de Bordeaux, la résurrection de Lucrèce, un curé athée qui annonce la mort de Dieu, une révolution jacobine qui tue deux rois, des dictatures de gauche puis de droite, des camps de la mort bruns et rouges, un artiste qui vend ses excréments, un écrivain condamné à mort pour avoir écrit un roman, deux jeunes garçons qui se réclament de l’islam et égorgent un prêtre en plein office – sans parler de mille autres choses... Ce livre n’est ni optimiste ni pessimiste, mais tragique car, à cette heure, il ne s’agit plus de rire ou de pleurer, mais de comprendre.» Michel Onfray