Contenu

Le réel n'a pas eu lieu: le principe de Don Quichotte

Résumé
Parcer qu'il ose tenir le cap de l'idéal dans un monde où le vice invite au reniement, Don Quichotte incarne la figure même du héros. Cette passion furieuse pour les idées au détriment de la réalité a pourtant un sens moins chevaleresque et plus philosophique: le personnage de Cervantès est l'homme pour qui "le réel n'a pas eu lieu". Déclarant la guerre au banal, il veut le merveilleux, le romanesque: des géants plutôt que des moulins à vent, un château plutôt qu'une auberge crasseuse, une belle jeune femme plutôt qu'une vieille servante poilue... Ce chef-d'oeuvre du XVIIe siècle, d'une inaltérable modernité, est le grand roman de la dénégation. Que nous apprend-il sur cette attitude ô combien contemporaine? Michel Onfray y répond dans le premier tome de sa "Contre-histoire de la littérature".
Durée: 6h. 17min.
Édition: Paris, Autrement, 2014
Numéro du livre: 20774
ISBN: 9782746737259
Collection(s): Une contre-histoire de la littérature
CDU: 844

Documents similaires

Lu par:Daniel Martin
Durée:10h. 18min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:33425
Résumé: Les grandes oeuvres littéraires offrent une porte d'entrée passionnante pour toutes les problématiques principales de la philosophie. Quand il s'agit des classiques, les textes littéraires ne doivent pas être considérés comme de simples supports, prétextes finalement vite oubliés avant de passer aux débats d'idées. Plus souvent qu'on ne l'imagine, une oeuvre littéraire a posé un concept, voire défini une problématique, bien avant qu'un philosophe ne s'en empare et ne les travaille sur un plan logique. En suivant le fil directeur du programme de philosophie des classes de terminale, ce manuel offre aux étudiants et aux enseignants de littérature, de philosophie, mais aussi d'histoire, une véritable initiation au fondement de la culture générale, socle commun de la formation du citoyen par l'école, où l'on apprendra, par exemple, en quoi Don Quichotte annonce Descartes, ou comment comprendre Rousseau avec Robinson Crusoé
Durée:6h. 6min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:18878
Résumé: A-t-on le droit de sacrifier une vie pour en sauver plusieurs autres ? Jusqu'où doit-on se montrer solidaire envers quelqu'un qui ne nous est rien ? Comment rendre justice quand il y a mort d'homme, mais ni responsables, ni coupables assignables ? Est-il juste de mourir pour ses idées ? Des questions de justice sociale jusqu'aux nouveaux enjeux de la bioéthique ou du droit international, le débat moral s'invite sur tous les terrains. Mais la théorie de la justice ne peut pas tout : un scrupule, un souvenir, un doute peuvent submerger ou brouiller la réflexion. Parce qu'elle prend en charge cette part des émotions et de l'imagination, la littérature offre de brillantes et nouvelles ressources pour nous aider à répondre à la question récurrente : qu'est-il juste de faire? Forte de son expérience auprès d'étudiants et de futurs décideurs, Frédérique Leichter-Flack nous propose de réfléchir, avec Kafka ou Gogol, Camus ou Melville, Dostoïevski ou Hugo, aux questions primordiales d'aujourd'hui. La littérature est le laboratoire des cas de conscience.
Durée:4h. 42min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:69137
Résumé: Pourquoi admirons-nous les Elfes ? Qu’est-ce qui fait la grandeur des Hobbits ? De quoi l’anneau est-il le symbole ? Que voit-on dans le miroir de Galadriel ? Des questions, parmi d’autres, auquel cet ouvrage essaie de répondre, en croisant l’œuvre de Tolkien avec des textes de philosophes. Ce faisant, les auteurs ne prétendent pas établir une philosophie globale du Seigneur des anneaux, mais montrent comment on peut philosopher à partir des objets de la Terre du Milieu. Sous la forme de brefs essais, ils invitent le lecteur à poursuivre l’aventure littéraire par une petite aventure philosophique.
Durée:15h. 14min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:31363
Résumé: Dans son livre le plus personnel à ce jour, Alberto Manguel raconte comment il a assouvi sa propre curiosité par le commerce incessant qu'il a entretenu sa vie durant avec les livres grâce auxquels ils s'est frayé un chemin dans l'énigme et la complexité du monde. Et réaffirme les vertus du pacte que curiosité et lecture ne cessent de reconduire au bénéfice des plus féconds accomplissements que nous réserve notre imaginaire
Durée:23h. 40min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:17200
Résumé: Le récit est la forme classique que prend dans presque toutes les cultures le désir de se continuer. Se raconter c'est ne pas mourir. Parce que les hommes se savent mortels, ils racontent pour nourrir la mémoire de ceux qui prendront le relais. Ils racontent et meurent apaisés d'avoir vécu et transmis. A travers la lecture des grands récits qui marquent l'imaginaire occidental, ce livre s'attache aux thèmes et aux moments clés de cette transmission. En prenant pour fil conducteur le rapport entre la mort et la vérité, Raconter et mourir suit des héros connus de tous. Les récits de Gilgamesh, Ulysse ou Enée illustrent la relation entre l'immortalité et la vie. La Torah et la Théogonie d'Hésiode racontent la genèse d'une connaissance vitale dont OEdipe et Antigone dévoilent la dureté. Chez Socrate, le désir de connaître devient intensément et librement amoureux de son propre effort...
Durée:4h. 6min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:69382
Résumé: Des chauffeurs de taxi, des héroïnes de faits divers, des amoureux qui enferment leur cœur au cadenas traversent ces pages. Ils croisent tout naturellement Colette, Roland Barthes, Patti Smith, Voltaire ou Corto Maltese, sans oublier quelques figures chères de mon enfance, ma mère nageuse, mon grand-père bien-aimé… On peut dès lors lire ces Chroniques en passant comme un journal de voyage, si l’on croit que chaque matin contient une occasion de départ et une chance d’aventure, émotive, intellectuelle – la quête d’une certaine qualité de vibrations. Ce qui a piqué mon attention relève d’un intérêt essentiellement subjectif. Les rencontres, les lectures, les images et incidents qui m’inspirent et me donnent à rêver n’entrent pas dans un cadre préétabli. Ils participent de moments fugitifs, du charme de l’instant. J’ai écrit les textes ici réunis de 2014 à 2018, au rythme d’une chronique par mois, pour le journal Sud Ouest. Et à la fin, en me retournant, j’ai senti qu’ils formaient un livre. Le voici.
Lu par:Pierre Biner
Durée:4h. 39min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:71955
Résumé: On peut vivre selon Lucrèce. Son poème est d'ailleurs une proposition existentielle faite à son dédicataire Memmius. Le philosophe propose en effet une conversion, autrement dit : une vie nouvelle faisant suite à l'ancienne qu'on abandonne après avoir compris ce qu'il y avait à comprendre, initié par un sage qui nous transmet son savoir. Ici : que le réel est matériel, qu'il n'est fait que d'atomes qui tombent dans le vide et de rien d'autre ; que cette physique de l'ici-bas dispense d'une métaphysique de l'au-delà ; que la religion est superstition et qu'il faut lui préférer la philosophie ; qu'il faut donner au corps ce qu'il demande dans la limite où ce qu'on lui donne ne l'asservit pas ; que l'amour est un remède à la passion ; que la sagesse est atteignable et qu'elle consiste en une arithmétique des plaisirs accompagnée par une diététique des désirs ; qu'il n'y a ni enfer ni paradis mais juste un monde immanent et tangible ; que la mort n'est pas à craindre puisqu'elle n'est qu'une modification de la matière et non sa suppression ; que le réel est tragique et que le savoir confère de la sérénité ; que le paradis existe sur terre pourvu qu'on le construise avec détermination. Ce livre pend donc la forme d'une série de neuf lettres comme autant d'invitations à une sculpture de soi.
Durée:9h.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:67326
Résumé: Une histoire mondiale de la philosophie en 34 tableaux, de Pythagore à Derrida en passant par Sénèque, Pascal, Kant et Sartre. Chaque portrait tente de saisir l'essence de leur pensée et de synthétiser une idée à travers un détail emblématique tel que le gant de Machiavel, la coupe de Socrate et la plume de Voltaire.
Durée:2h. 59min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:15566
Résumé: Partir, emboîter le pas des bergers, c'est expérimenter un genre de panthéisme extrêmement païen et retrouver la trace des dieux anciens [...]. L'élection de la planète tout entière pour son périple vaut condamnation de ce qui ferme et asservit : le Travail, la Famille et la Patrie, du moins pour les entraves les plus visibles (...). Asocial, insociable, irrécupérable, le nomade ignore l'horloge et fonctionne au soleil ou aux étoiles, il s'instruit des constellations et de la course de l'astre dans le ciel, il n'a pas de montre, mais un oeil d'animal exercé à distinguer les aubes, les aurores, les orages, les éclaircies, les crépuscules, les éclipses, les comètes, les scintillements stellaires, il sait lire la matière des nuages et déchiffrer leurs promesses, il interprète les vents et connaît leurs habitudes. Le caprice gouverne ses projets. M. O.
Durée:3h. 9min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:32701
Résumé: M. Onfray entend penser l'islam en philosophe, en philosophe des Lumières : lire le Coran, examiner les hadiths et croiser les biographies du Prophète en considérant qu'il y a là du pire et du meilleur. Il veut remettre également en relation ce qu'on appelle le terrorisme, l'islam terroriste ayant été partiellement créé par l'Occident belliqueux. Sur l'islam aussi, il faut "se remettre à penser".
Durée:25h. 32min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:35151
Résumé: «Chacun connaît les pyramides égyptiennes, les temples grecs, le forum romain et convient que ces traces de civilisations mortes prouvent... que les civilisations meurent – donc qu’elles sont mortelles! Notre civilisation judéo-chrétienne vieille de deux mille ans n’échappe pas à cette loi. Du concept de Jésus, annoncé dans l’Ancien Testament et progressivement nourri d’images par des siècles d’art chrétien, à Ben Laden qui déclare la guerre à mort à notre Occident épuisé, c’est la fresque épique de notre civilisation que je propose ici. On y trouve : des moines fous du désert, des empereurs chrétiens sanguinaires, des musulmans construisant leur "paradis à l’ombre des épées", de grands inquisiteurs, des sorcières chevauchant des balais, des procès d’animaux, des Indiens à plumes avec Montaigne dans les rues de Bordeaux, la résurrection de Lucrèce, un curé athée qui annonce la mort de Dieu, une révolution jacobine qui tue deux rois, des dictatures de gauche puis de droite, des camps de la mort bruns et rouges, un artiste qui vend ses excréments, un écrivain condamné à mort pour avoir écrit un roman, deux jeunes garçons qui se réclament de l’islam et égorgent un prêtre en plein office – sans parler de mille autres choses... Ce livre n’est ni optimiste ni pessimiste, mais tragique car, à cette heure, il ne s’agit plus de rire ou de pleurer, mais de comprendre.» Michel Onfray
Durée:8h. 13min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:17486
Résumé: Trois siècles après le triomphe des 'Lumières', et un siècle après la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat, le politique et le religieux sont encore inextricablement mêlés dans nos sociétés prétendument laïques et démocratiques. A cela s'ajoute le spectacle du monde comme il va - des évangélistes néo-conservateurs aux fanatiques du Djihad. Partout, observe Michel Onfray, Dieu, jadis chassé par la porte revient par la fenêtre. D'où cet essai, savant et polémique, conceptuel et sensuel, où le philosophe anti-platonicien qu'est Michel Onfray tente de pointer, de dénoncer, de dépasser, cette 'haine des corps' qui, semble-t-il, gît secrètement derrière le retour généralisé du divin, et du 'désir de salut', dans nos sociétés.