Contenu

I remember: (je me souviens)

Quatrième de couverture
Les lecteurs du fameux Je me souviens de Georges Perec se rappellent peut-être l'inscription qui figurait en tête de l'ouvrage : "Le titre, la forme et, dans une certaine mesure, l'esprit de ces textes s'inspirent des I remember de Joe Brainard." C'est donc le modèle qui est ici proposé. Anecdotes, souvenirs, fragments - ces quatre cent quatre-vingt-dix-sept brefs paragraphes composent une autobiographie délicate et sincère, de l'enfance souriante à l'adolescence bégayante, au cours de laquelle l'auteur découvrit son homosexualité, en même temps qu'ils proposent un voyage nostalgique et coloré dans l'Amérique de son temps, une traversée des thèmes dont est faite en grande partie la littérature américaine.

Pas disponible en CD.

Durée: 3h. 59min.
Édition: Arles, Actes Sud ;, 2002
N° de notice: 26466
ISBN: 9782742735396
Collection(s): Babel
CDU: 8

Documents similaires

Durée: 14h. 19min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 70695
Quatrième de couverture: "Ma vie n'avait rien de reluisant et relevait plutôt de la survie, et de cela je ne pouvais blairer que moi-même et mes acolytes : l'alcool, la cocaïne, et une propension bien ancrée à ce que mon vieux prof de philosophie grecque appellerait l'acrasie — cette faiblesse de caractère qui vous pousse à agir contre votre intérêt. Si le grec n'est pas votre truc, appelons ça Idiot Wind, le vent idiot, comme Bob Dylan." Le 26 janvier 1987, une énorme tempête s'abat sur New York quand Peter Kaldheim fuit la ville et Bobby La Batte, le dealer auquel il doit un paquet d'argent... Commence alors pour lui une vie d'errance. A la rue et sans le sou, il entreprend de traverser le pays en stop. Alors que les kilomètres défilent, c'est aussi un portrait de l'Amérique qui se dessine à travers les vies minuscules des chauffeurs qui lui offrent un répit momentané. Il découvre que le désespoir ne tonnait pas la honte et aussi la fraternité des gens de la route. Et, quand la solitude est trop grande, il trouve réconfort en relisant les grands dipsomanes et autres vagabonds de la littérature. Après avoir parcouru 8 000 Km et traversé les frontières de vingt Etats, il atteint enfin le bout de la route, prêt pour une nouvelle vie.
Lu par: Demeure
Durée: 9h. 15min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 21047
Quatrième de couverture: Une histoire d'amitié une quête d'absolu. Dans les contrées sauvages de l'Alaska, au milieu des fjords, des forêts et des glaciers, Lynn Schooler exerce le métier de guide. Sa rencontre avec le légendaire photographe japonais Michio Hoshino, venu faire un reportage sur les baleines, sera déterminante. Pendant une dizaine d'années, ils se retrouvent régulièrement le long de la banquise, dans l'espoir de repérer et de photographier un animal rare et mythique, l'ours bleu, connu également sous le nom d'"ours des glaciers". C'est leur histoire, ces longues expéditions, parfois risquées, menées ensemble dans l'intimité d'une nature encore préservée mais dangereuse, que Lynn Schooler raconte dans ces mémoires chargés d'émotions extrêmes. Lynn Schooler vit depuis trente ans en Alaska. Il habite sur un bateau à Juneau. Tour à tour pêcheur, photographe, guide touristique, il a gagné plusieurs prix pour son activité de photographe.
Lu par: Alain Masson
Durée: 20h. 43min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 24281
Quatrième de couverture: Au cours des quinze dernières années de sa vie, Mark Twain, écrivain le plus célèbre de son temps, s’est consacré à l’écriture d’une immense autobiographie. L’autobiographie l’intéressait, disait-il, à condition de pouvoir « tout dire ». Mais un livre qui « dirait tout » étant impubliable du vivant de l’auteur et de ses proches, Twain avait spécifié que son Autobiographie ne pourrait paraître que « cent ans après sa mort ». Ce moment étant arrivé en 2010, les responsables du Mark Twain Project, au sein de l’Université de Californie, ont rendu public le premier volume de cette somme étourdissante. Twain y est à son meilleur, généreux, déchaîné et plus drôle que jamais, en particulier à travers les très nombreux portraits de ses contemporains. Il embrasse histoire personnelle, passion de l’écrit (un domaine où il a fait tous les métiers, ayant commencé comme ouvrier typographe) et Histoire de l’Amérique — dans ce qui apparaît comme étant peut-être ce fameux « Grand Roman Américain », qui est depuis toujours le mythe ultime de la littérature des Etats-Unis. Du moins est-ce ainsi que l’ouvrage a été accueilli à sa sortie en novembre 2010 et suscitant l’engouement jusqu’à la Maison Blanche…
Lu par: Etienne Maignen
Durée: 5h. 58min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 23280
Quatrième de couverture: Aux pasteurs qui voulaient donner la Bible aux esclaves, Frederick Douglass rétorquait qu'il serait "infiniment mieux de leur envoyer une boussole de poche et un pistolet". Une boussole pour suivre la route de la liberté vers les États du Nord et un pistolet pour se défendre des chasseurs d'esclaves au service des planteurs sudistes. Quant à la Bible, il savait à quoi s'en tenir sur ses effets pacificateurs ; il avait trop vu les maîtres d'esclaves la réciter le dimanche pour mieux cacher le nerf de bœuf dont ils abusaient durant la semaine. À travers ce récit de sa vie d'esclave du Maryland, Douglass trace le tableau douloureux de l'asservissement du peuple noir : la faim, le froid, l'épuisement, les déchirements affectifs, l'humiliation ; et surtout la violence aveugle et sanguinaire des "rois du coton". Enfant, affamé, gelé, meurtri, il porte un regard féroce sur ces propriétaires d'hommes, vils mais forts de l'asservissement séculaire de ses frères. Adolescent, déjà révolté, il fait l'apprentissage de la haine et de la lutte : le jeune esclave qui décide un jour de rendre coup pour coup annonce le futur dirigeant du mouvement abolitionniste. Ce livre, écrit en 1845, s'achève sur la fuite de Douglass et son arrivée à New York puis en nouvelle Angleterre. Esclave libéré il va devenir un des inspirateurs et des animateurs du mouvement abolitionniste. Orateur passionné il va enflammer les assemblées anti-esclavagistes en Amérique et en Grande-Bretagne. Il poursuivra sa tâche à travers le journal qu'il fonde en 1947, The North Star, champion infatigable de la cause de la libération des noirs qui n'était pas le souci premier d'Abraham Lincoln ; celui-ci ne déclarait-il pas à la veille de la guerre civile : "Si je peux sauver l'Union sans libérer un seul esclave, je le ferai !" Frederick Douglass est entré dans l'histoire aux côtés de Martin Delany et de John Brown comme un des pionniers de la lutte de libération des noirs aux États-Unis.
Lu par: Jean Frey
Durée: 12h. 15min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 66239
Quatrième de couverture: Bukowski n'a rien oublié : ni la violence, ni la douleur des premières années de sa vie. Il parle vrai et dur. Les coups reçus et donnés, les désespoirs d'un jeune homme laid qui n'a jamais la bonne "attitude", les mesquineries des petits débrouillards, la bouteille, la guerre qui se prépare et n'engloutira pas indistinctement tout le monde, tout cela est dit sans détour. Le constat est effrayant, mais drôle : on sait rire aussi, que diable ! La machine à durer en verra bien d'autres, c'est évident. Les outrances, ici, ne sont, après tout, que celles de la vie elle-même. Et puis l'émerveillement n'est jamais loin, même derrière le souvenir de jeunesse le plus cruel. Chez Bukowski, le cœur est tendre, mais bien accroché.
Durée: 4h. 11min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 21380
Quatrième de couverture: Ce livre est le récit d'une amitié : entre Samuel Beckett, le peintre Avigdor Arikha et sa femme, Anne Atik, scribe minutieuse de leurs rencontres. Trente ans d'une conversation ininterrompue, à Montparnasse et ailleurs. Trente ans de discussions, de confidences, de silences. En s'effaçant constamment derrière les deux hommes, Anne Atik parvient, grâce à son étonnant sens du détail, à capturer ces instants, jamais ordinaires, d'une vie avec " Sam ". Fragments d'intimité où Beckett révèle sa passion pour la poésie, la peinture et la musique, et aussi une immense tendresse. C'est cette spontanéité qui fait de Comment c'était un récit unique et bouleversant.
Durée: 10h. 31min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 70493
Quatrième de couverture: Dan Morain, reporter au Los Angeles Times, nous raconte comment cette enfant d'immigrés, née en Californie au temps de la ségrégation, est devenue l'une des actrices majeures du pouvoir américain. Son récit nous plonge au coeur des années que Kamala Harris a passées en tant que procureure générale de Californie, explore son soutien téméraire à un Barack Obama encore peu connu, et montre comme elle a su jouer des coudes pour accéder au Sénat. Il analyse également son échec à devenir candidate pour la présidence, et les coulisses de sa campagne de vice-présidente. Tout au long de son récit, Dan Morain nous dépeint le portrait de sa famille, nous révèle ses valeurs et ses priorités, tout comme ses faux pas, ses prises de risques et l'audace dont elle a fait preuve lors de son ascension.
Durée: 4h. 22min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 70346
Quatrième de couverture: Quelle vie ! Plus riche, plus inouïe, plus drôle qu'un roman ! Cela tombe bien, Susie Morgenstern est romancière : elle a publié plus de cent cinquante livres, dont d'immenses best-sellers pour les enfants. Avec elle, impossible de s'ennuyer. Tout est rire, autodérision, émotion. Elle a l'art de raconter les petits et les grands moments de la vie, les chagrins, les joies, mais surtout l'éblouissement d'aimer. De ses 18 exils, elle tire un hymne à la vie qui se lit pied au plancher et sourire aux lèvres.
Durée: 12h. 59min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 65168
Quatrième de couverture: « Les mémoires remarquables d’une jeune femme qui décide d’échapper à son destin. » Barack Obama Tara Westover n’a jamais eu d’acte de naissance. Ni de dossier scolaire, car elle n’a jamais fréquenté une salle de classe. Pas dossier médical non plus, parce que son père ne croyait pas en la médecine, mais à la Fin des temps. Enfant, elle a regardé son père mormon s’enfermer dans ses convictions, et son frère céder à la violence. Et, à seize ans, Tara décide de s’éduquer toute seule. Son combat pour la connaissance la mènera loin des montagnes de l’Idaho, au-delà des océans, d’un continent à l’autre, d’Harvard à Cambridge. C’est à ce moment seulement qu’elle se demande si elle n’est pas allée trop loin. Lui reste-t-il un moyen de renouer avec les siens ? Une éducation est le récit d'une construction de soi, l'histoire d’une fidélité farouche envers la famille, et du chagrin dû à la rupture. Forte de la lucidité qui constitue la marque des grands auteurs, Tara Westover nous livre son expérience singulière : son combat pour entrer dans l’âge adulte grâce à une éducation qui lui a permis de poser un regard neuf sur la vie et donné la volonté de changer.
Lu par: Yves Cuendet
Durée: 10h. 21min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 65026
Quatrième de couverture: De San Francisco au Canada, de trains de marchandises en fumeries d’opium, d’arnaques en perçages de coffres, du désespoir à l’euphorie, Jack Black est un voleur: parfois derrière les barreaux, toujours en cavale. Avec ironie, sagesse et compassion, il nous entraîne sur la route au tournant du vingtième siècle. Personne ne gagne est un hymne à une existence affranchie des conventions. Qu’il soit hors-la-loi, opiomane ou source d’inspiration pour Kerouac et Burroughs, qu’importe, qu’il vole au devant de la déchéance ou qu’il flambe comme un roi, qu’importe, Jack Black n’est guidé que par son amour de la liberté. C’est dur, c’est brut, c’est profondément américain. Black est peut-être un vaurien, il est surtout un conteur qui, sans jugement, joue avec son passé afin de nous remuer et de nous remettre sur le droit chemin. [Source : éditeur]
Lu par: Martine Forgeot
Durée: 16h. 19min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 33402
Quatrième de couverture: Consuelo Vanderbilt, l'une des plus grandes héritières des Etats-Unis, grandit à New York au sein d'une célèbre famille sûre des privilèges que lui octroie son immense fortune. Mariée contre sa volonté au duc de Marlborough, propriétaire du fastueux Blenheim Palace, elle devient membre d'une aristocratie dont les codes de conduite lui sont imposés. Dans cette Angleterre victorienne finissante où le cosmopolitisme apparaît déjà, elle rencontre au cours d'une vie mondaine décrite avec humour la reine Victoria, Edouard VII, la reine Alexandra, la famille impériale russe et Winston Churchill dont elle devient la cousine et confidente ... Elle mène alors la vie de la café society, future jet set, qui de châteaux en hôtels de luxe, de cours européennes en stations à la mode, suit les événements mondains. Cependant, fidèle à elle-même, Consuelo quitte son mari et trouve l'amour auprès de Jacques Balsan, aviateur français qui à l'inverse de son premier époux ne la considérera pas comme un trophée décoratif, mais avec un respect et un amour véritables. C'est l'occasion de nouvelles rencontres avec les acteurs principaux de la vie parisienne, Sacha Guitry, par exemple. Investie dans le monde qui l'entoure, elle s'engage dans des actions sociales, crée des centres d'accueil pour filles mères, soutient les indigents, sans cependant se départir de l'esprit de caste qui est aussi une part importante de sa nature et de son éducation. C'est cette succession de mondes : New York, Londres, Paris et de deux époques qui fait de ce récit la chronique d'une période charnière passionnante. La Seconde Guerre mondiale qui va déferler sur la France la verra s'occuper de réfugiés Elle rejoindra ensuite l'Espagne puis le Portugal, avant de regagner les Etats-Unis, laissant derrière elle son monde en train de s'effondrer.
Lu par: Madiana Roy
Durée: 11h. 31min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 33970
Quatrième de couverture: Dans ce récit, considéré aujourd'hui comme un classique de la littérature américaine, Maya Angelou relate son parcours hors du commun, ses débuts d'écrivain et de militante dans l'Amérique des années 1960 marquée par le racisme anti-Noir, ses combats, ses amours. Son témoignage, dénué de la moindre complaisance, révèle une personnalité exemplaire. A la lire, on mesure - mieux encore - le chemin parcouru par la société américaine en moins d'un demi-siècle...