Contenu

Karen Blixen: une odyssée africaine

Quatrième de couverture
De 1914 à 1931, l'existence africaine de Karen Blixen fut infiniment plus riche et complexe que ne le révèlent ses propres textes, les biographies ou le célèbre film "Out of Africa". Cette période de la vie d'un des auteurs majeurs du XXe fut particulièrement romanesque. L'écriture et l'amitié de ses « frères noirs » permirent à la baronne fermière de survivre à un mariage chaotique, à un quotidien ravagé par la syphilis, à l'hostilité de la nature et à sa passion tourmentée pour Denys Finch Hatton.
Durée: 5h. 51min.
Édition: Paris, Ed. Payot & Rivages, 2004
N° de notice: 13112
ISBN: 9782228898232
CDU: 920 A/Z

Documents similaires

Lu par: Patrick Saonit
Durée: 1h. 35min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 22033
Quatrième de couverture: L'écrivain revient sur son exil géographique et linguistique et propose son point de vue sur l'identité nationale française, l'image de la France et de sa culture à l'étranger, celle que les Français ont de leur pays, etc. " Je n'écrirais pas ce livre si je ne croyais pas profondément à la vitalité de la France, à son avenir, à la capacité des Français de dire «assez !» "
Lu par: Marie Julien
Durée: 4h. 40min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 22007
Quatrième de couverture: On connaît Joséphine Baker l'artiste, la femme de spectacles, grande star du music-hall. On connaît moins la femme engagée, fervente militante des droits de l'homme, de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, qui fera de sa vie privée un exemple de tolérance et de fraternité. C'est ainsi que naît la merveilleuse Tribu Arc-en-ciel, composée de ses 12 enfants adoptés aux 4 coins du monde. A l'occasion du 100e anniversaire de sa naissance, Brian, l'un de ses fils âgé aujourd'hui de 47 ans, nous raconte, avec beaucoup d'humour et d'émotion ses souvenirs d'enfance. Il se souvient de la vie exceptionnelle qu'ils ont connu au château de Milandes. Une vie d'amour et d'harmonie. Tout au long de ses mémoires, et avec son regard d'enfant puis d'adolescent, il nous relate des rencontres improbables : Dalida, Gilbert Bécaud, la princesse Grace Kelly, Fidel Castro ou encore Jackie Kennedy.
Lu par: Robert Catani
Durée: 5h. 56min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 29384
Quatrième de couverture: Le temps est venu de rendre justice à une femme d'exception dont le parcours a trouvé sa cohérence entre sa passion pour la musique et sa Villa Provençale où, pendant la dernière guerre, elle a recueilli des dizaines d'artistes proscrits. Située dans un parc que tous les Marseillais et les touristes connaissent sous le nom de "Campagne Pastré", cette maison a abrité un personnage emblématique de la résistance au totalitarisme. La comtesse Lily Pastré (1891-1974), riche héritière marseillaise, femme excentrique, romanesque, généreuse et grande mélomane, s'engage entre 1939 et fin 1942 dans une résistance qui ne dit pas son nom. Elle transforme sa maison de Montredon à quelques kilomètres du centre-ville de Marseille en refuge pour les artistes et les intellectuels en danger. Les peintres Rudolf Kundera, Christian Bérard, André Masson, les écrivains Lus Dietrich, Lanza des Vasto, les chorégraphes et chanteurs Boris Kochno, Edith Piaf, et surtout les musiciens Clara Haskil, Youra Guller, Samsom François Jacques Ibert, Pablo Casals, Manuel Rosenthal, Félix Raugel ou Darius Milhaud ont trouvé chez elle le gîte, le couvert et la possibilité de se consacrer à leur art. Elle adhère au Comité de secours américain de Varian Fry et fonde en 1940, dans le tourbillon de l'exode, "Pour que l'esprit vive", une association de soutien aux artistes. En 1948, aux côtés de Gabriel Dussurget, elle soutient la création du festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence et prouve une fois encore son engagement pour le rayonnement de la musique. Lily Pastré meurt en 1974 à Marseille et la ville, sous la mandature de Gaston Deferre, devient propriétaire de sa maison et de son parc. Pour livrer le récit de cette vie hors-norme, l'auteur s'est appuyée sur une documentation exhaustive ainsi que sur les entretiens qu'elle a menée auprès de ceux qui ont cotoyé Lily Pastré.
Durée: 7h. 15min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 13706
Quatrième de couverture:
Lu par: Laurence Bardin
Durée: 6h. 35min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 30443
Quatrième de couverture: Drôle et chaleureux, Roger Moore ouvre son album souvenir et partage ses plus fameuses anecdotes sur Hollywood, des années 1950 à aujourd'hui. Et de nous raconter comment Lauren Bacall, Humphrey Bogart et Frank Sinatra, noceurs inconditionnels, créèrent le «Rat Pack» pour regrouper les autres stars festives ; ou comment le producteur d'Amicalement Vôtre réussit à obtenir la bénédiction papale (!) pour son film Jésus de Nazareth ; ou encore comment Tony Curtis refusait catégoriquement de faire des heures supplémentaires... Tant et tant d'autres indiscrétions dont Roger Moore nous délecte sur le ton de la confidence. Un Roger Moore qui fait vivre (ou revivre) ces personnalités et se raconte avec un humour empreint de tact, un savant mélange que l'on retrouve toujours chez lui avec plaisir.
Lu par: Anik Friederich
Durée: 9h. 4min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 31489
Quatrième de couverture: Jean-Pierre Coffe : tout le monde le connaît, mais personne ne le connaît vraiment. Il se dévoile ici, à travers ses mémoires, avec une incroyable sincérité. C'est un homme généreux, enthousiaste, infatigable, mais c'est aussi un homme blessé. De son enfance entre un père tué au début de la guerre et une mère qui ne l'aimera jamais assez, de l'aveu d'une paternité malheureuse jusqu'à la consoldation des jardins et des potagers, il n'oublie rien. Il raconte, parfois dans les larmes, parfois dans un rire qui le réconcilie avec l'existence. Derrière le masque du trublion médiatique, apparaît le visage d'un homme souvent seul, mal-aimé, trahi, mais toujours fidèle et prodigue en amitiés. Restaurateur parisien à la mode, meneur de revue, arpenteur du terroir français, militant du goût, ami de Jean Carmet, Jean-Claude Carrière, Miou-Miou, Jean Teulé, ou Michel Drucker, chacune de ses vies renaît l'une après l'autre. Les voici toutes assemblées pour n'en former qu'une. Une vie de Coffe !
Lu par: Manon
Durée: 4h. 39min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 30261
Quatrième de couverture: "Richie". C'est ainsi que ses étudiants le surnommaient, scandant ce prénom, brandissant sa photo, comme s'il s'agissait d'une rock star ou d'un gourou. Le soir de sa mort énigmatique dans un hôtel de New-York, une foule de jeunes gens se retrouva, une bougie à la main, devant le temple de la nomenklatura française, Sciences Po. Quelques jours plus tard, le visage mélancolique de Richard Descoings couvrait la façade de l'église Saint-Sulpice. Sur le parvis, politiques, grands patrons et professeurs défilèrent silencieusement, comme si l'on enterrait un roi secret. Au premier rang, l'épouse et l'amant du défunt directeur pleurèrent ensemble sa disparition. Après des années d'enquête, Raphaëlle Bacqué nous livre ce destin balzacien : l'ascension vertigineuse au cour de la vie politique française d'un fils de bonne famille, amateur de transgression. Un de ces hommes qui traversent leur temps et le transforment. Il a fait de Sciences Po le vivier de tous les pouvoirs. Distribuant à l'élite des cours rémunérés, faisant de son conseil d'administration une pièce maîtresse de l'échiquier politique, le Tout Paris l'adorait. Mais il a aussi ouvert les amphithéâtres aux élèves des banlieues. Envoyé ses étudiants dans les universités les plus prestigieuses du monde. Changé la vie de milliers de jeunes gens. Tout juste s'interrogeait-on sur ce directeur homosexuel, pourtant marié à une femme dont il avait fait sa principale adjointe. Monarque éclairé mais omnipotent, encensé par les médias puis brûlé avec le même entrain, personne ne l'a percé à jour. Raphaëlle Bacqué nous entraîne aujourd'hui sur ses pas ; dans les boîtes du Marais, les cabinets ministériels de la gauche et les salons sarkozystes ; dans les soirées étudiantes déjantées, les bureaux du conseil d'Etat, les couloirs de la Cour des comptes et les plus grandes universités du monde ; dans ses nuits solitaires réchauffées par des substances interdites. Personne n'a résisté à la folie de Richard Descoings. Surtout pas lui.
Lu par: Marianne Pernet
Durée: 10h. 28min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 19923
Quatrième de couverture: Dans les années 1970, alors que l'Albanie s'enfonce dans l'isolement et la répression sous le joug de son dictateur Enver Hoxha, Tedi Papavrami grandit, entouré de son père Robert, violon solo de l'orchestre de l'opéra de Tirana et brillant professeur de violon au conservatoire, et de sa mère, programmatrice musicale à la radio d'État. Dans leur maison épargnée par le découpage communautaire, Tedi est aussi entouré de l'affection de sa grand-mère et de son grand-père, Dodo, médecin à la retraite qu'il admire. Malgré son exigence démesurée et son peu de foi en son fils unique trop gâté, Robert Papavrami découvre chez Tedi des prédispositions tout à fait exceptionnelles pour le violon dès l'âge de quatre ans. L'enfant un peu paresseux ne cesse de chercher des subterfuges pour ne pas travailler, mais sous la férule intransigeante et intraitable de son père, il va développer techniquement et artistiquement ses dons. À huit ans seulement, il se produit en concert avec l'orchestre philharmonique de Tirana et sa virtuosité hors du commun, sa vélocité fulgurante sont remarquées. Un flûtiste français, Alain Marion, conquis par ce jeune prodige, obtient pour lui une bourse en France ou il débarque à l'âge de onze ans, à la fois effrayé et émerveillé par cet « autre monde » qui lui avait toujours paru inaccessible. Sous la direction du grand violoniste Pierre Amoyal, Tedi prépare le concours d'entrée au Conservatoire national supérieur de musique de Paris qu'il réussit brillamment...
Lu par: Suzanne Bettens
Durée: 8h. 27min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 20187
Quatrième de couverture: Marcel Pagnol a signé quelques-unes des plus belles pages de la littérature française. Écrivain, dramaturge, mémorialiste, essayiste, romancier, cinéaste, sa brillante carrière force l'admiration. Son œuvre nous amuse et nous émeut, mais se dévoile-t-elle à nous dans toutes ses subtilités ? Karin Hann éclaire différemment l'ensemble de cette création artistique qu'il s'agisse des pièces de théâtre, des livres ou des films. Elle révèle ainsi ce que cache le rire, les relations qui lient les œuvres entre elles et les grands thèmes chers à l'écrivain. Comment Pagnol voyait-il l'amour ? Quelle était sa vision des femmes ? Sa Provence existe-t-elle vraiment ? Quelle image a-t-il de son enfance ? Pourquoi est-il universel ?
Durée: 3h. 51min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 19071
Quatrième de couverture: Parce qu'il a touché à l'essence de l'humanité, parce que les plaies de l'âme et du corps ont nourri son ordinaire, parce que le souffle qui l'anime s'enracine dans l'espoir de tous les possibles, Gabriel Barras est membre solidaire du monde qui l'entours, un monde souvent gelé dans ses tradiditons. Interpellé par des situatuons d'injustice, il a mené le combat, avec comme seuls viatiques, sa ténacité et sa confiance dans les relations humaines. Car comment résisiter à ce doigts venu de nulle part qui lui a si souvent tapoté l'épaule: "Alors, Barras, qu'est-ce qu'on fait avec ce probléme ?"
Lu par: Jean Cuttat
Durée: 49min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 19528
Quatrième de couverture: Né à Porrentruy, il se lie avec Pierre-Olivier Walzer et Roger Schaffter, deux autres enfants du pays, passionnés de littérature. En 1942, pour prendre le relais de la culture française dont la voix s'est tue, il crée avec ses deux amis les éditions des Portes de France. Puis, à Paris où il tient une librairie, il côtoie un grand nombre d'artistes et d'écrivains et fait rayonner la culture helvétique. Enfin, il s'engage dans la lutte du Jura pour son autonomie. De 1966 à 1972, il vit ce qu'il appelle « un roman de cape et d'épée », lisant ses poèmes devant des milliers de personnes enthousiastes.
Lu par: Pierre Biner
Durée: 7h. 20min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 17979
Quatrième de couverture: Derrière un titre tout ensem­ble beau et distant, qui acquiert à chaque page davantage de sens, c'est un livre d'hommage qu'a écrit Mathieu Lindon. Le mot hommage n'étant pas ici à entendre et à prendre au sens emphatique du terme, mais comme ayant trait à l'intimité, à la sphère privée et sentimentale, à l'amour donné et reçu. A ce mot, trop solennel sans doute, Mathieu Lindon en préfère un autre : reconnaissance. « Je suis reconnaissant dans le vague à Michel, je ne sais pas exactement de quoi, d'une vie meilleure », écrit-il aux premiers instants de Ce qu'aimer veut dire. Une vie meilleure, ce n'est pas rien... Et le prénommé Michel qui lui a fait ce don, c'est Michel Foucault, qui fut son ami et figure, dans ce récit autobiographique, non pas sous les traits de l'homme public, l'intellectuel respecté, voire révéré, mais comme une présence familière, intensément bienveillante et aimante.