Contenu

Faut-il en finir avec les contes de fées ?

Résumé
Un tête à tête passionnant avec Jennifer Tamas sur la relecture des contes après #MeToo. Après #MeToo, le baiser non consenti de la Belle au bois dormant n’est plus synonyme d’émerveillement, la Belle est victime du syndrome de Stockholm, et le Petit Chaperon rouge ne veut plus être défini par sa beauté. À revoir les films Disney de notre enfance, le constat est sans appel : les contes défendent les inégalités de genre. Les personnages féminins des contes de fées sont de jeunes femmes passives et un brin idiotes, tandis que leurs homologues masculins sont au contraire puissants et courageux. Mais est-ce aussi simple ? Doit-on nécessairement boycotter ces contes qui nous paraissent dépassés ? Ou peut-on déconstruire notre héritage ? Dans ce texte, Jennifer Tamas nous montre que les contes de fées ne sont pas voués à être jetés, mais doivent être relus, revisités, car ils nous éclairent sur notre société actuelle. Tout en dressant un portrait des inégalités de genre présentes dans les contes, elle rappelle le rôle de la conteuse et nous fait découvrir des personnages féminins forts écrits par des femmes. À travers de nombreux exemples cultes, Jennifer Tamas nous invite à redécouvrir les contes et à en tirer des leçons, pour apprendre à mieux vivre ensemble.
Genre littéraire: Essai/chronique/langage
Durée: 46min.
Édition: Paris, La Martinière, 2024
Numéro du livre: 76443
ISBN: 9791040118152
Collection(s): Alt

Documents similaires

Lu par:Madiana Roy
Durée:1h. 29min.
Genre littéraire:Contes et légendes
Numéro du livre:65211
Résumé: Des contes, des contes...
Durée:12h. 29min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:76096
Résumé: De Guillaume Apollinaire à Graham Greene, d'Agatha Christie à Jean Giraudoux en passant par Lawrence Durrell et Albert Londres, une anthologie qui met en évidence les thèmes majeurs de la littérature autour de ce train mythique reliant Paris à Istanbul.
Durée:5h. 30min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:74500
Résumé: La littérature prend soin des rêves défaits et les attise, dans l'espoir que peut-être, d'une façon mystérieuse, ils puissent cheminer pour en embraser d'autres. Dans une époque prodigue en menaces et en sombres horizons, tandis qu'elle tourne autour d'un livre qui affirmerait la puissance du langage — la capacité des phrases à changer quelque chose au réel, par l'entremise de ceux qui lisent —, Justine Augier voit son projet d'écrire sur la littérature comme lieu de l'engagement entrer en collision avec la maladie et bientôt la mort de sa mère. Alors que la nature même de l'urgence mute, l'intime et l'universel se tressent dans un texte bouleversant de justesse et de clairvoyance. Qui choisit de croire à la force des mots, à la valeur sacrée de leur sens, à leur mise en acte — aux pouvoirs de la littérature. Jusqu'à faire de chaque lecteur un résistant. A l'intersection du littéraire et du politique, un livre bref et fulgurant qui trouve sa place auprès de ceux de Hannah Arendt et Joan Didion.
Durée:5h. 19min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:72423
Résumé: En 2017, un tigre échappé de sa cage a été abattu à Paris. Lecteur de Modiano et de Sebald, le narrateur recherche les passages de ces félins dans la capitale au cours de l'histoire. Il s'intéresse aux peintures de Monory, du Douanier Rousseau et de Delacroix, relit les récits de chasse coloniale de Rousselet, des princes d'Orléans ou de Clemenceau, et porte un regard nouveau sur le passé.
Lu par:
Durée:1h. 9min.
Genre littéraire:Contes et légendes
Numéro du livre:71875
Résumé: Sept contes traditionnels yiddish dans lesquels l'amour et le sourire finissent toujours par triompher du Malin. Avec en fin d'ouvrage, des questions de compréhension et une présentation de l'auteur et de son oeuvre.
Durée:8min.
Genre littéraire:Contes et légendes
Numéro du livre:73121
Résumé: En racontant les aventures du Petit Chaperon rouge à sa petite-fille, un grand-père fait tellement d'erreurs qu'il invente une nouvelle histoire.
Durée:1h. 56min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:74286
Résumé: Un pamphlet politique dans lequel la romancière, jouant avec les codes de la conférence littéraire, déconstruit avec humour les modèles canoniques dans la fabrique des histoires et la manière dont le patriarcat a façonné les grands récits depuis l'Antiquité. Partant de la Poétique d'Aristote dont elle révèle le sexisme, elle retrace la place des femmes dans la littérature.
Durée:13h. 51min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:76295
Résumé: Ecrit-on pour les enfants ou les adolescents comme on écrit pour les adultes ? Comment construire une intrigue, inventer des personnages, captiver jeunes lecteurs et jeunes lectrices et voir ses textes publiés ? C'est en apprenant à lire la littérature jeunesse qu'on peut apprendre à l'écrire, répond Clémentine Beauvais. A l'aide de nombreux exemples tirés de romans et d'albums, elle livre outils théoriques, méthodes, conseils pratiques et anecdotes pour écrire ses propres textes, de l'idée de départ au point final.
Lu par:Annie Belet
Durée:6h. 18min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:75772
Résumé: Une interrogation sur le rôle du malheur en littérature. L'auteure montre comment, en aidant à mettre des mots sur les plaies tout en assumant le besoin de garder du sens à l'existence, les récits questionnent la capacité à supporter l'incertitude, à composer avec la catastrophe et arment le lecteur pour affronter l'intolérable. Ce qui ne devrait jamais se produire arrive parfois pourtant. Lorsque la vie bascule, et que l’injustice du sort sidère, c’est tout notre univers de sens qui chavire. Nous avons beau savoir que l’innocence ne protège pas et que le mal frappe à l’aveugle, le vertige nous gagne. Comment vivre dans un monde où des choses affreuses arrivent à des gens bien ? La philosophie et la théologie ont proposé des solutions pour relever le défi. Mais elles peinent à soulager le sentiment de scandale, quand elles ne le renforcent pas encore en prétendant passer outre. Sans Providence à qui adresser sa plainte, auprès de quelle instance faire appel ? Cette cour d’appel existe. C’est la littérature. Elle n’a certes pas le pouvoir d’effacer les dommages. Mais elle offre au moins la reconnaissance sans laquelle le désarroi ronge, en affrontant le scandale du mal sans chercher à le nier. Depuis l’immémoriale histoire de Job, l’homme heureux et juste à qui tout a été retiré pour voir ce que cela lui ferait, les expériences sur l’injustice du sort ne constituent-elles pas l’un des motifs préférés de la fiction ? Du Roi Lear de Shakespeare à Némesis de Philippe Roth, en passant par Dostoïevski, Charlotte Brontë, Kafka ou Camus, les grandes fictions explorent la signification que la rencontre du mal peut avoir dans nos vies. En nous libérant des mauvaises interprétations des « épreuves », celles qui culpabilisent, emprisonnent dans la sidération et empêchent d’avancer, elles nous ouvrent un chemin en littérature pour surmonter la perte de sens. Et guérir.
Lu par:Pascale Naux
Durée:1h. 24min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:29804
Résumé: Fondé sur le conte traditionnel, l'ouvrage propose une découverte des fruits et légumes avec des conseils pratiques pour les cultiver et les récolter au fil des saisons, des techniques de jardinage, des astuces, des informations sur les propriétés des plantes et un carnet de recettes. Avec le conte illustré en fin de volume. ©Electre 2015
Durée:10h. 16min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:76165
Résumé: Le correspondant de presse québécois à Paris décrypte la société française, qu'il considère comme une curiosité unique au monde. Il le démontre en une vingtaine de chapitres au travers d'un portrait documenté de la France et des Français en ce début de XXIe siècle.
Lu par:Carole Beuron
Durée:5h. 46min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:67771
Résumé: Dans ce livre, Neil Postam propose d’analyser la place dominante qu’a pris le divertissement dans l’espace public et l’impact des médias sur une société contemporaine vouée à la distraction. Refusant les thèses de la manipulation, il montre que les médias, et en particulier la télévision, agissent moins en fonction des contenus qu’ils transmettent qu’à travers la forme de cette transmission : celle de programmes dont le rôle essentiel est le divertissement. Comparant les deux sinistres prophéties de 1984 d’Orwell et du Meilleur des mondes d’Huxley, Postman expose comment nous en venons à adorer les technologies qui détruisent notre capacité de penser.