Contenu

Monstres fabuleux: Dracula, Alice, Superman, et autres amis littéraires

Résumé
Une découverte des personnages les plus emblématiques de la littérature mondiale, de Faust à la Belle au bois dormant en passant par Don Juan, Superman, Quasimodo et le capitaine Nemo.
Genre littéraire: Essai/chronique/langage
Durée: 5h. 42min.
Édition: Arles (Bouches-du-Rhône), Actes Sud, 2020
Numéro du livre: 69233
ISBN: 9782330133870
CDU: 8

Documents similaires

Lu par:Dorine Lutoff
Durée:3h. 51min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75609
Résumé: Mars 2020, durant le premier confinement. Leonor relit les grands classiques de la littérature et s'endort au milieu de Madame Bovary. Elle se réveille en 1843 sur la place de Yonville-l'Abbaye où sa cousine Emma vient l'accueillir.
Durée:5h. 21min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:69310
Résumé: Depuis toujours, Didier Blonde collectionne dans un carnet les adresses et numéros de téléphone des personnages de romans qu'il croise au fil de ses lectures. Le présent livre les rassemble par ordre alphabétique (Mme Arnoux, la Dame aux camélias, Arsène Lupin, le commissaire Maigret, Benjamin Malaussène, Nana, Swann... ), avec les adresses où ils résident, transitent, se cachent, ou finissent tranquillement leurs jours. Didier Blonde a mené à chaque fois une enquête de terrain et dans les archives, qui permet d'interroger la part de fiction que revêtent ces lieux : numéros inexistants, immeubles détruits, rues fictives ou disparues, autant de passages dérobés... D'autres histoires se dissimulent parfois à des numéros cryptés. Sous la forme d'une promenade dans Paris, Didier Blonde déploie, en préambule de son répertoire, une réflexion sur les adresses en littérature et la rêverie qu'elles suscitent immanquablement. Des index par arrondissements et par rues cartographient ce Paris romanesque.
Lu par:Jean Frey
Durée:5h. 13min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:16899
Résumé: Où en est l'art de raconter des histoires, à l'heure où guerres et forteresses régissent un monde financièrement globalisé ? Où se trouvent identité et imaginaire, dans un monde dévoué au langage de communication et de communauté ? Quels contes construisent le monde de demain ? Dans son nouvel essai, « La Cité des mots », l'intellectuel canadien Alberto Manguel envoie ses sondes. (Texte d'une série de conférences prononcées en 2007 à Toronto dans le cadre des Massey lectures)
Durée:37min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:12792
Résumé: Texte donné en conférence publique le 31 janvier 2003 à Lausanne dans le cadre de la première saison des Manifestations culturelles mises sur pied par la Bibliothèque cantonale et universitaire. Il a été repris le 14 novembre 2003 à La Chaux-de-Fonds, en conférence d'ouverture lors des 13e Journées d'Arole, placées sous le thème "Eloge de la lecture?", à l'occasion du 50e anniversaire de la Bibliothèque des Jeunes et du 20e anniversaire d'Arole
Durée:1h. 56min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:74286
Résumé: Un pamphlet politique dans lequel la romancière, jouant avec les codes de la conférence littéraire, déconstruit avec humour les modèles canoniques dans la fabrique des histoires et la manière dont le patriarcat a façonné les grands récits depuis l'Antiquité. Partant de la Poétique d'Aristote dont elle révèle le sexisme, elle retrace la place des femmes dans la littérature.
Durée:15h. 14min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:31363
Résumé: Dans son livre le plus personnel à ce jour, Alberto Manguel raconte comment il a assouvi sa propre curiosité par le commerce incessant qu'il a entretenu sa vie durant avec les livres grâce auxquels ils s'est frayé un chemin dans l'énigme et la complexité du monde. Et réaffirme les vertus du pacte que curiosité et lecture ne cessent de reconduire au bénéfice des plus féconds accomplissements que nous réserve notre imaginaire
Durée:8h. 44min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:23077
Résumé: Qu'elle soit constituée de quelques livres ou de volumes par milliers, qu'elle obéisse à une classification rigoureuse ou aléatoire, qu'elle soit de Montaigne ou d'Alexandrie, qu'on veuille la détruire (comme, si près de nous, à Sarajevo, à Kaboul, à Bagdad) ou l'ériger, qu'elle soit mentale, comme chez Borges, ou institutionnalisée - avec heures d'ouverture et réglementations -, qu'elle ait pour résidence de vastes bâtiments aux allures de nefs ou de temples ou qu'elle joue les passagères clandestines dans des cartons, entre deux déménagements, que les livres qui la composent soient alignés sur des étagères de bois blanc ou d'acajou massif, qu'est-ce qu'une bibliothèque, sinon l'éternelle compagne de tout lecteur- son rêve le plus cher ? Pourtant, entre les plaisirs offerts par le chaos généreux d'une caverne d'Ali Baba ou ceux; plus austères, que procure le classement, entre infini et rayonnages, faut-il nécessairement choisir ? Et n'y a-t-il pas quelque présomption à vouloir sédentariser, non les livres mais les textes, par définition nomades ? Existe-t-il un ordonnancement idéal du grand thésaurus livresque de l'humanité ? Pour peu que, à l'instar d'Alberto Manguel, on ait affronté en combat singulier, et toute une vie durant, la nature profonde de la bibliothèque, telles sont bien les insondables questions que soulève, in fine, cet espace prétendument banal - voire, pour certains, parfaitement démodé ! Après Une histoire de la lecture, Alberto Manguel offre donc ici un essai " contigu ", au propos lumineusement complémentaire, d'où il appert que construire une bibliothèque, privée ou publique, n'est rien de moins qu'une mise à l'épreuve d'ordre philosophique dont l'avènement annoncé de la bibliothèque électronique ne saurait réduire la portée.
Lu par:Manon
Durée:1h. 21min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:28300
Résumé: Une réflexion sur les personnages de fiction, qui sont à la fois ce qu'ils étaient quand le lecteur les a découverts, et ce qu'ils sont devenus après plusieurs autres lectures, de la Belle au bois dormant à Quasimodo, en passant par le monstre de Frankenstein, Job, le Juif errant, Nemo ou le docteur Faust.
Durée:7h. 8min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:13320
Résumé: Parce que la lecture est peut-être avant tout une "conversation", tout lecteur éprouve le besoin de "répondre" aux textes qui l'interpellent et confèrent à sa propre vie un surcroît d'existence. Ayant décidé de relire, une année durant, ses livres de prédilection tels qu'ils lui semblaient susceptibles de refléter le chaos contemporain ou d'enrichir et d'éclairer son rapport personnel au monde, Alberto Manguel offre ici, entre carnet intime et recueil de citations, ce journal dont l'érudition à la fois sensible et subversive rend compte à merveille de l'infini du "dialogue" entre toute oeuvre et son lecteur.
Durée:5h. 27min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:66902
Résumé: Elle s’est peut-être sauvée plusieurs fois ou a essayé d’échapper à ce beau père tyrannique comme je l’avais fait moi-même. Comment résiste-t-elle ? Que pense-t-elle ? Elle a peut-être eu des aventures, des amours de collège qu’Humbert Humbert n’a pas sues, pas dites. Et que devient-elle quand elle lui échappe enfin ? C’est peut-être même elle qui a organisé sa perte à la fin, par vengeance… Il a donc fallu, c’était une nécessité impérieuse, que je me mette dans la peau d’une adolescente américaine des années 40. Que je lui trouve un style, une vie intérieure… Pour qu’elle parle enfin. Pour qu’elle vive sa vie de jeune fille. Et lui redonner voix humaine, briser ce long silence.
Lu par:Hervé Detrey
Durée:5h. 52min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16782
Résumé: C'est l'histoire d'un homme mort, Alejandro Bevilacqua. Et d'un autre, journaliste, qui voudrait savoir qui il a été, Jean-Luc Terradillos. Ce dernier s'adresse donc à différentes personnes qui l'ont connu pour faire son portrait : un ami malgré lui, Alberto Manguel, une maîtresse, Andrea, un ancien camarade de prison, le Goret, et Tito Gorostiza. Chacun croit connaître Bevilacqua et pourtant chacun en fait un portrait très différent. Ce que tout le monde sait, c'est qu'il a publié un roman Éloge du mensonge, qu'il tenait caché mais qu'Andrea a découvert et fait publier à son insu. Alors, écrivain de génie Bevilacqua ? Ce n'est qu'à la lecture des quatre portraits proposés que Terradillos, et donc le lecteur, sera à même de se faire une idée précise de la personnalité de cet émigré Argentin venu cacher sa vie dans la mère patrie, à savoir l'Espagne.
Durée:1h. 39min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:65435
Résumé: « Sans esprit de sérieux mais sérieux en tout ce qu'il touche, Erik Orsenna se montre tel qu'en lui-même dans ce recueil sur-vitaminé d'images et d'idées. Chez lui, l'humour est ami de la profondeur. Écrivain-voyageur, reporter d'inquiétude et parfois de colère, grammairien anti-jargonnant, vénérable curieux invétéré, cet éternel jeune homme en habit vert est un caméléon du savoir. Et plus il sait, plus il partage. C'est un professeur qui parle à voix douce, et comme tous les conteurs, il vous entraîne là où il a choisi de vous emmener, de la banquise du Grand Nord au grand froid des prisons, des frontières de l'Europe à la forêt de Zika où règnent d'inquiétants moustiques. Toujours apprendre, toujours comprendre, ce pourrait être la devise de ce mousquetaire des mots qui n'est jamais si heureux qu'en sortant de lui-même pour y trouver de quoi nous rassasier, nous émouvoir, nous épater. »