Contenu

Extension du domaine de la lutte

Résumé
Voici l'odyssée désenchantée d'un informaticien entre deux âges, jouant son rôle en observant les mouvements humains et les banalités qui s'échangent autour des machines à café. L'installation d'un progiciel en province lui permettra d'étendre le champ de ses observations, d'anéantir les dernières illusions d'un collègue - obsédé malchanceux - et d'élaborer une théorie complète du libéralisme, qu'il soit économique ou sexuel.
Durée: 4h. 32min.
Édition: Paris, J'ai lu, 2018
Numéro du livre: 65465
ISBN: 9782290028513

Documents similaires

Lu par:Olivier Paul
Durée:9h. 10min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:65007
Résumé: "Mes croyances sont limitées, mais elles sont violentes. Je crois à la possibilité du royaume restreint. Je crois à l'amour" écrivait récemment Michel Houellebecq. Le narrateur de Sérotonine approuverait sans réserve. Son récit traverse une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes, détruit ses campagnes au bord de la révolte. Il raconte sa vie d'ingénieur agronome, son amitié pour un aristocrate agriculteur (un inoubliable personnage de roman - son double inversé), l'échec des idéaux de leur jeunesse, l'espoir peut-être insensé de retrouver une femme perdue. Ce roman sur les ravages d'un monde sans bonté, sans solidarité, aux mutations devenues incontrôlables, est aussi un roman sur le remords et le regret.
Durée:4h. 17min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:12163
Résumé: Dans un véritable document très argumenté économiquement et évitant les excès du pamphlet tout en restant plaisant, l'auteur énumère les 35 dogmes sur lesquels est, selon lui, fondé le libéralisme que l'on entend sans cesse dans la bouche des hommes politiques et des « spécialistes ». Exemples : « un marché flexible fait reculer le chômage » ; « la défiscalisation et la dérèglementation sont à l'origine de la création de richesse » ; « un fort niveau de prélèvements obligatoires handicape la croissance » Chacune de ces affirmations est aisément, mais sans hargne, pulvérisée par l'auteur. Un glossaire termine le livre.
Durée:12h. 45min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:66959
Résumé: Cette fable politique du XVIIIe siècle, trop souvent réduite à l'idée que "les vices privés font les vertus publiques", est ici présentée par Dany-Robert Dufour. Il montre dans son introduction pourquoi ce texte est le ferment de la pensée libérale et comment, dès sa sortie en 1723, il déclenche un scandale, les esprits bien-pensants de l'époque jugeant l'ouvrage pernicieux et diabolique. Bernard de Mandeville démonte dans une fable aussi impudente qu'effrontée les artefacts de la morale commune. Contrairement à Rousseau pour qui l'homme est naturellement bon, Mandeville le conçoit comme un véritable fripon. Cette fable, publiée dans une nouvelle traduction, est accompagnée d'autres textes de l'auteur qui permettent de comprendre l'importance de l'utilité sociale de l'égoïsme et les ressorts économiques de la prospérité.
Durée:4h. 12min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33992
Résumé: La sonnette retentit dans l'appartement d'une femme vivant seule avec un enfant. Ignorant qui se trouve derrière la porte, la femme décide de cacher son enfant avant d'aller ouvrir. Sur le perron se trouvent deux agents du gouvernement qui l'informent de leur mission : la mise en application d'une directive exigeant l'installation de la peur dans chaque foyer. Ils se lancent dans une inquiétante performance : ils haranguent la pauvre femme, dressant un tableau horrifique des maux de notre temps. Dans leur discours halluciné, tout y passe : épidémies, catastrophes naturelles, misère sociale, guerre et torture, terrorisme... Petit à petit, ils installent ainsi une violence sourde dans la pièce, entraînant la femme dans leur délire paranoïaque. Mission accomplie? Pas sûr. La peur a une vie propre, et ses ravages peuvent parfois se montrer inattendus...
Durée:16h. 11min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:18509
Résumé: Ce livre parle d'un combat d'idées. Il porte sur celles qui sont à l'origine des politiques désastreuses qui ont provoqué la crise et sur les leçons que nous en tirons. Nous sommes aujourd'hui à la croisée des chemins. Soit nous continuons à faire triompher la cupidité, à mettre au coeur de nos sociétés économiques le libre marché, l'obsession du court terme, les déréglementations, la libre circulation des capitaux, responsables des pires dérives du système financier ; soit nous acceptons de faire un pas de côté et de considérer les causes fondamentales de notre échec. Selon l'auteur, en effet, ce que la chute du mur de Berlin a été au communisme, septembre 2008 l'a sans doute été symboliquement au fondamentalisme du marché et au mythe pervers de l'autorégulation. Malheureusement, la plupart des élites économiques et politiques n'en prennent pas conscience : aveuglées par leurs croyances, elles évoquent une crise exclusivement financière qui aura certes des répercussions économiques, alors qu'il s'agit de la faillite d'un système conjuguée à une grave crise morale. Il est donc urgent aujourd'hui de repenser le monde, de réformer une science économique qui s'est fourvoyée, entraînant dans son sillage l'accroissement des inégalités, la montée de la pauvreté ou l'aggravation de la crise environnementale.
Lu par:Betty Poid
Durée:6h. 17min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:65114
Résumé: Léo Rivière a une carrière de rêve, beaucoup d'argent, quelques amis, peu de scrupules, pas d'enfant. Elle sait être drôle, elle peut être belle. Chacun de ses concerts affiche complet. Mais alors qu'elle entame sa nouvelle tournée à travers la France, elle se sent oppressée. Tout l'englue, tout la secoue. Elle a beau essayer de mettre les choses à distance, rien n'apaise l’écœurement qui la gagne. Quand on a tout, a-t-on le droit de ne plus avoir envie de rien ? Dans la violence de cette crise personnelle, Léo se cogne aux limites de son propre système. Hantée et si fragile face à son public, elle se confronte à l'inconnu, ce mystère qui prend ses racines en elle-même.
Durée:12h. 52min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:34146
Résumé: Le management actuel du capitalisme n'est pas "inefficace", il tue des gens ! La théorie économique dominante n'est pas "discutable", elle est absurde ! Et les politiques "anti-crise" aggravent la crise. Tout cela est vraiment "déconnant", c'est-à-dire insensé, catastrophique et incroyable. Rien n'est plus sidérant que l'aisance avec laquelle une génération entière d'intellectuels, de responsables politiques et de journalistes adhère au même fatras d'âneries économiques et s'enferme dans le déni du désastre engendré par la mise en oeuvre de ses lubies (politique de l'offre, compétitivité, chasse aux déficits, "modèle allemand"). Comprendre cet effondrement général de l'entendement, tel est l'objet de ce livre. Les premiers chapitres composent une sorte d'anti-manuel (la déconnomie politique, la déconnomie européenne, allemande, théorique, etc) démontrant l'absurdité des recettes à la mode. L'auteur explique ensuite pourquoi on ne peut pas imputer les politiques "déconnantes" au seul complot d'une élite au service des riches. Il s'agit donc de comprendre la "bêtise des intelligents" (Attali, Ferry, Macron, Valls, Hollande) et l'obscurantisme des prix Nobel d'économie (Tirole). Une part de l'explication tient à l'enseignement de l'économie. Une autre au dévoiement de la démocratie en système d'élection des moins doués pour la chose publique.
Lu par:Paula Viala
Durée:7h. 50min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:66168
Résumé: Dans ce roman en partie autobiographique, l'auteur campe un personnage au bord du suicide, James Vann, voyageant muni de son revolver pour retrouver sa famille en Californie. Ses parents, son frère cadet, son ex-femme et ses enfants, tous s'inquiètent pour lui et tentent de le ramener à la raison, dévoilant au passage leurs propres fragilités.
Durée:1h. 51min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:67215
Résumé: Il faudrait que les chiens puissent voler, avec des ailes en carton. Ou qu'ils se réincarnent en revolver. Il faudrait que la caissière du supermarché, pour laisser le temps aux amoureux de s'aimer, ne trouve jamais le code-barres sur les boîtes de maquereaux. Il faudrait qu'au fil suspendu des jours, les perles soient moins abimées. Bref, il faudrait que la vie, toujours, ait le goût des tartes aux pommes. Auquel cas, vraiment, ce ne serait pas la fin du monde. « Étonnant premier roman. Guillaume Siaudeau recueille l'écume des jours d'un titubant jeune homme, mal à l'aise avec l'existence. Et l'on est sous le charme de ce texte écrit en tendresse inquiète. Empli de poésie et de dérision.
Lu par:Agnès Hatt
Durée:8h. 46min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69302
Résumé: L'auteure met en évidence l'idée généralement admise d'une nécessité de s'adapter dans un monde complexe régi par la pensée néolibérale. Se fondant sur les théories de W. Lippmann et de J. Dewey, elle invite à une réflexion sur les liens entre la pensée politique et l'évolution humaine pour montrer qu'une autre interprétation du sens de la vie est possible.
Lu par:Pascal Bray
Durée:8h. 42min.
Genre littéraire:Littérature fantastique
Numéro du livre:34224
Résumé: Depuis le passage de l'ouragan Katrina, La Nouvelle-Orléans est en crise. Sa population souffre autant de la détérioration du climat que de la crise monétaire. Refusant désormais de faire le sale boulot des politiciens, des affairistes et des banquiers, Luke Martin, flic, et Jean-Baptiste Lafitte, tenancier de maison close et mafieux, se liguent, à l'approche des élections, pour proposer une candidate proche du peuple : Marylou, la chanteuse de rue. Mais à travers elle, ce sont les dieux vaudous qui s'expriment, menaçant la Louisiane d'un nouvel ouragan si l'un des leurs n'est pas élu au poste de gouverneur. Sur fond de scènes de carnaval, d'émeutes populaires et de répressions policières, Norman Spinrad poursuit sa critique acerbe d'un pays gouverné par l'argent et la bêtise, imaginant un Etat libre de Louisiane, où le Mardi gras bat son plein et où la Police du Peuple s'oppose à la finance. Référence incontournable pour les amateurs de littérature noire et de science-fiction, Norman Spinrad a centré son oeuvre autour des thèmes de la manipulation, des médias et du pouvoir.
Durée:10h. 7min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17467
Résumé: Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l'histoire, il commencerait peut-être par vous parler d'une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël. Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d'une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C'était avant que le succès mondial n'arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l'écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l'exercice de leur profession. Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police. Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n'émettra plus que des murmures.L'art, l'argent, l'amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.