Contenu

Turbulences: récit

Résumé
La perte de la mère et le pouvoir salvateur de l'écriture.
Durée: 5h. 44min.
Édition: Lausanne, L'Age d'Homme, 1986
Numéro du livre: 4325

Documents similaires

Durée:4h. 27min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:13808
Résumé: Quatrième de couverture : A l'âge de deux ans, Aurélia Rodier est touchée par une maladie mentale dite "orpheline", ce qui amène Joana, sa mère, à réduire son activité de styliste à la Boutique des Lilas. Et le temps qu'elle consacrait à la peinture. Quant à Régis, l'époux, il exerce la profession d'architecte. Il est gêné d'être le père d'une enfant handicapée. Tension, parfois au sein du couple tandis que l'"ombre fauve" poursuit son travail de destruction.
Durée:4h. 12min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:75915
Résumé: Adolescent rebelle, Julien est convoqué au commissariat de police à la suite d'une disparition alors qu'il est en vacances sur la côte bretonne. Quelques années plus tard, devenu auteur à succès grâce à des textes qu'il n'a pas écrits, il entame un roman sur le drame mais ses impostures le rattrapent.
Lu par:Pierre Biner
Durée:5h. 24min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:29738
Résumé: En janvier 1997, Marie-Thérèse Heimo appelle «La ligne de cœur». Sur les ondes de «La Première», elle se livre. Elle évoque sa vie tumultueuse. Roselyne Fayard, alors animatrice de l'émission, pense qu'il pourrait se trouver quelqu'un à l'écoute disposé à recueillir son témoignage. Quelques jours plus tard, une auditrice lausannoise, Michèle Raball-Ceresole, propose à «Marité» de l'aider à transcrire ses souvenirs. Pour que ça se sache... " Il arrivait qu'à table mon père me manifestât subitement une haine à laquelle je ne m'attendais pas et que je ne comprendrai jamais. Il me crachait à la figure en criant: «J'aime mieux les cochons! Ils me rapportent plus!». Ou alors: «Sors de table, va dehors!». Je m'en allais alors, si triste et malheureuse. "
Lu par:Jean Frey
Durée:3h. 48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:20514
Résumé: A une époque où la figure de l'enseignant semble avoir perdu prestige et crédibilité, Fabio Pusterla - professeur de lycée et poètes parmi les plus reconnus de sa génération - a choisi de raconter ce métier en partant du bas, du quotidien, du rapport direct avec la classe et avec l'adolescent dans sa singularité. Entre récit, méditation et pamphlet, ce livre se propose d'offrir quelques pistes de réflexion pour ne pas oublier la valeur et le sens de l'école. Cette institution qui, malgré ses difficultés, constitue un bien commun indispensable, encore à même de produire ces " gouttes de splendeur " dont Fabrizio De André parlait dans une célèbre chanson.
Lu par:Claude Fissé
Durée:3h. 3min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19890
Résumé: Quatrième de couverture : « Que l'on soit à la traite ou l'autre devant son établi, les heures pour eux sont fixes, les horaires immuables, les journées réglées, le temps alloué, celui d'une vie, découpée avec minutie avant même que d'être vécue, des jours pareils à ces images patiemment ciselées dans du papier noir, appliquées sur un fond blanc, qu'on envoie pour les fêtes ou qu'on suspend contre les carreaux d'une fenêtre qu'on veut coquette ; tableaux champêtres admirés non point pour la richesse du motif ou pour l'inventivité de l'auteur, mais bien pour la précision du coup des ciseau, la sûreté du trait, la propreté de l'exécution. »
Durée:4h. 50min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19941
Résumé: Le personnage s'était comme évanoui dans la nuit, comme si son nom avait été rayé de la distribution des rôles. Sans l'état civil et un document irréfutable parvenu jusqu'à moi par miracle, ce Livret de service établi par le bureau de recrutement de la Légion étrangère, dont j'aurais à tirer quelques enseignements, chacun de ses descendants eût été en droit de douter de son existence en qualité de pater familias. Après tout, tant de braves ?lles furent engrossées par des enjôleurs sans nom. Donc ce Voisard-là fut bel et bien. Mais qui était-il, notre grand-père des oubliettes? Dans le ?ou de sa légende, je le vois, moi, Voisard dit «Quéquan» de la troisième génération, je le vois qui me fait signe de sa pauvre lanterne parmi les brumes où il est censé avoir disparu, ces bruines acides des souvenirs que les vivants repoussent comme des mouches. Je le suis dans sa nuit où ­l'étoile du Berger lui aura de tout temps fait faux bond.
Durée:1h. 7min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19795
Résumé: Le 9 juillet de cette année-là, sa vie d'adolescente bascule. Au petit matin, elle est rouée de coups, molestée à la poitrine, frappée au ventre, violée par un homme tandis que deux autres la tiennent par les épaules, puis, une fois leur crime accompli, elle est laissée à terre. Elle sait que ces salauds ne seront jamais retrouvés. Ce n'est pas seulement son corps qu'ils ont souillé. Aussi un sentiment indicible l'envahit-il presqu'aussitôt: malheureusement ils ne l'ont pas tuée...
Lu par:Simon Corthay
Durée:6h. 37min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:20944
Résumé: Tiré du site Internet d'Art & fiction: "Sans titre est un roman, ou plus exactement un récit dans le genre des témoignages dont regorge l'édition contemporaine, du type "ma vie est passionnante" ou "toute la vérité´ sur ce que j'ai vécu" ... Ce sont les souvenirs d'une œuvre d'art, un des chefs-d'œuvre du XXIe siècle. En se découvrant soudainement un don de parole, cet objet, exposé dans l'immense musée du Nouveau Louvre, décide de raconter son histoire à un visiteur, pour corriger les versions officielles qui lui semblent trop éloignées de la réalité. C'est le premier roman d'Hubert Renard, plus habitueé à faire des images qu'à écrire de la littérature. Il tente de décrire la fabrique de l'art, mais surtout d'inventer, à travers la naïveté d'une voix imaginaire, une façon de raconter, de mettre en image les rouages du système culturel, tout en s'éloignant des analyses structurelles qui ont déjà été faites. Il s'agit ici de chercher, à travers la voix fictive d'une œuvre, où se cache le mystère de l'art. Difficile de déterminer - mais est-ce important ? - si ce livre est à ranger du côté de la littérature ou du côté des arts plastiques ... Né en 1965 à Lyon, Hubert Renard vit et travaille à Paris. Il construit sa propre et possible carrière d'artiste, en accumulant une documentation constituée de catalogues d'exposition, d'articles de presse et de monographies."
Durée:3h. 55min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20394
Résumé: Dans ses récits, à la manière du transfert psychanalytique, le souvenir se mêle au présent dans un propos qui regorge de tous les sentiments contradictoires éprouvés pour le lieu natal : le vécu et le rêvé se réorganisent jusqu'à ce que l'équilibre soit retrouvé (Jérôme Meizoz). Né en 1930 à Sion, Raymond Farquet vit à Genève. Il fait ses études à l'Université de Fribourg où il obtient une licence en lettres (histoire). Il voyage en France et s'engage comme volontaire dans les premières communautés d'Emmaüs à Paris. Il choisit ensuite d'enseigner. Aujourd'hui à la retraite, il s'intéresse à l'ornithologie. Il s'est consacré à l'essai, à la nouvelle et au récit et a cessé d'écrire par choix délibéré. Il a également collaboré à la Revue pédagogique genevoise.
Durée:7h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17132
Résumé: « Aimé Pache, peintre vaudois, est le récit de la vocation d'un artiste. [...]. Comme dans tout roman de formation, le héros doit passer par un certain nombre d'épreuves avant de parvenir à la sagesse. » Roger Francillon
Durée:5h. 31min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14664
Résumé: Quatrième de couverture : Trois récits pour accompagner Lucie et la rejoindre dans un épilogue qui ressemble à un commencement. Les temps alternés de l'enfance de Lucie et de la mort de tante Aline, tout le poids des départs et des arrivées...
Lu par:Marie Meylan
Durée:2h. 37min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:67107
Résumé: Traversée par l’autoroute depuis près de soixante ans, la ville de Morges l’a été plus longtemps encore par les éclats de voix et les éclats de rire d’Alfred Friderici. Directeur avec son frère Paul de la plus grande structure de transport routier en Suisse, le Grand Fred, qui se présentait toujours comme chauffeur, se dépensa sans compter pour les siens, pour ses amis, son métier et son entreprise. Seule celle-ci, qui lui échappa finalement, ne lui rendit pas ce qu’elle avait reçu de lui. Son fils Pierre, avec la complicité du journaliste Jean Steinauer, raconte la vie ordinaire d’un homme qui ne l’était pas, et soulève le capot des poids lourds. Voici des aventures picaresques, des personnages hauts en couleurs, des secrets de famille et des luttes de pouvoir. Chabrol aurait adoré.