Contenu

La matière de l'absence

Résumé
Man Ninotte, la mère de l'auteur, meurt le 31 décembre 1999. Cet événement emporte l'écrivain dans une vaste réflexion poétique sur la Martinique, les origines de l'homme, l'évolution contemporaine du monde. La vie de cette femme énergique et lyrique lui permet d'évoquer le destin du peuple antillais, depuis la cale des bateaux négriers jusqu'au cauchemar des plantations où les victimes durent inventer de nouvelles formes de résistance. Le livre se structure à partir d'évocations de la vieillesse, de la mort, des obsèques de Man Ninotte, qui permettent des explorations de la petite enfance de l'auteur, associée à de multiples origines, celles de la Caraïbe, celles des Amériques, celles de l'humanité. Le défi qu'il se lance - de mener de front un récit très intimiste, souvent bouleversant, sur sa famille, dominée non seulement par la mère, mais aussi par la soeur aînée surnommée "la Baronne", et une analyse qui remonte au temps préhistorique de l'Homo sapiens, jusqu'à une géopolitique de l'urbanisme, du paysage, du rapport entre les cultures - est parfaitement relevé, avec tendresse, humour et légèreté. Parfois intervient "la Baronne" à laquelle le narrateur s'adresse et qui apporte une touche de dérision à l'intellectualisme de son frère. Mais il n'en est pas perturbé et poursuit ses réflexions sur différents sujets : la mort, mais aussi les marchés, les petits magasins, les repas, les vêtements ,les carnavals, l'école, l'église, la danse et la musique. Avec en arrière-plan cette origine tragique (appelée "digenèse" par Edouard Glissant) qui n'est autre que le ventre du bateau négrier : lieu terrible d'une initiation à une autre poétique de l'existence au monde. "Ce que les poètes écrivent ne constitue que les décombres de ce qu'ils ont su vivre. Et ce qu'ils ont su vivre n'est que l'écume de ce qu'ils ont pu deviner et dont le manque leur reste à vie, comme le sillage d'une lumière". Celle sans doute d'un très grand livre. [Source : 4ème de couverture]
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 9h. 22min.
Édition: Paris, Seuil, 2016
Numéro du livre: 35746
ISBN: 9782021105889

Documents similaires

Durée:6h. 24min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19339
Résumé: Fort-de-France, pendant le carnaval. Devant son public médusé, le conteur Solibo Magnifique meurt, foudroyé par une égorgette de la parole. Autostrangulation ? Ou meurtre ? Toute l'assistance est soupçonnée, notamment Bateau Français, dit Congo, fabricant de râpes à manioc, et qui aurait empoisonné Solibo avec un fruit confit. Bouaffesse et Évariste Pilon mènent l'enquête, allant jusqu'à garder à vue Patrick Chamoiseau lui-même. Quant à Congo, suspect numéro un, il sera laminé. Ce que, d'interrogatoire en interrogatoire, les deux policiers vont pourtant révéler, c'est l'univers caduque, au seuil de l'oubli, des Maîtres de la parole, des grands conteurs qui avaient, tel Solibo, le goût du mot, du discours sans virgule.
Durée:9h. 13min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75064
Résumé: Le dernier maître de la Parole a gagné les hauteurs de Sainte-Marie, dans le nord de la Martinique. Depuis, il demeure inaccessible et silencieux. Malgré son grand âge, Boulianno n’a initié aucun successeur à son savoir exceptionnel, lequel risque de se perdre à jamais. Avant que son retrait ne soit définitif, des gardiens de la tradition orale se lancent en convoi sur ses traces improbables dans les mornes pour qu’il désigne un héritier et lui offre en legs le secret de sa poésie. Entre tradition et modernité, entre rire et mémoire, entre passé et futur, entre la vie et la mort, ils se retrouvent plongés sans le vouloir dans les complexités insondables du monde de la Parole que symbolise le vent du nord.
Lu par:Jean Frey
Durée:3h. 41min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17729
Résumé: «Du temps de l'esclavage dans les isles-à-sucre, il y eut un vieux-nègre sans histoires ni gros-saut, ni manières à spectacle. Il était amateur de silence, goûteur de solitude. C'était un minéral de patiences immobiles. Un inépuisable bambou. On le disait rugueux telle une terre du Sud ou comme l'écorce d'un arbre qui a passé mille ans. Pourtant, la Parole laisse entendre qu'il s'enflamma soudain d'un bel boucan de vie. Ainsi m'est parvenue l'histoire de cet esclave vieil homme, de son Maître-béké et du molosse qu'on lança à ses trousses. Une histoire à grands sillons d'histoires variantes, en chants de langue créole, en jeux de langue française et de parlures rêvées. Seules de proliférantes mémoires pourraient en suivre les emmêlements. Ici, soucieux de ma parole, je ne saurais aller qu'en un rythme léger flottant sur leurs musiques...» - Patrick Chamoiseau.
Durée:2h. 52min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:16745
Résumé: ... Le conseiller funéraire, malgré trente ans d'expérience, continue à apprendre son métier en écoutant. «Chaque famille, chaque situation est nouvelle. Mon souci est de ne rien voler de ces instants qui leur appartiennent.» Edmond Pittet raconte à quel point un temps de recueillement est primordial. «Quatre personnes sur dix meurent de manière inattendue. Il faut offrir à la famille la possibilité de s'approprier cette fin de vie, de parler au défunt, de prendre congé. Nous sommes sur le terrain du sacré.»
Lu par:Jean Frisch
Durée:14h. 34min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:9085
Résumé: Le romancier martiniquais poursuit ici le projet romanesque qui nous a valu "Le Nègre et l'Amiral", puis "Eau de café" : ressaisir, à travers son histoire et ses mots, l'identité de son pays. Les Terres-Sainvilles, un quartier populaire au coeur de Fort-de-France, à la fin 1959. L'émeute surgit à la conjonction de la pauvreté et de la rumeur.
Durée:4h. 46min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:13119
Résumé: Ce témoignage de Claude Couderc, journaliste et écrivain, porte plus sur son deuil de père que sur la leucémie aiguë qui a tué son fils de quinze ans. S'interrogeant sur les raisons de cette maladie et de cette injustice, 'harcelé par des souvenirs de toi dans la douleur (comme par) les moments heureux' qui augmentent sa peine et sa révolte, le père est discret sur les 'images d'un film d'épouvante' et ne peut s'interdire un sentiment de culpabilité après que la greffe de moelle osseuse qu'il adonnée pour traiter son fils a échoué. Allant au cimetière tous les jours, secoué de sanglots et inondé de larmes à tout moment, hanté par des tentations de suicide dont le détournera le reste de sa famille, il survit avec les souvenirs omniprésents d'un enfant doué et gâté pendant sa maladie, photographié et filmé pour garder sa présence. Loin du silence, le père crie, hurle, écrit, inscrit le nom d'Adrien partout, dans la réalité comme dans ses rêves. On est aux antipodes de la sobre réaction de Xenophon apprenant la mort de son fils à la guerre et maîtrisant sa douleur :'Je savais que le fils que j'ai engendré était mortel'. Bernard Hoerni
Durée:2h. 48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:15893
Résumé: L'actrice raconte sa relation avec Léon Schwartzenberg, qu'elle a accompagné jusqu'à ce qu'il meure d'un cancer, et comment elle a ensuite trouvé refuge dans l'alcool.
Durée:3h. 53min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:73007
Résumé: A la mort de son mari en 2019, la journaliste est confrontée à la violence de la disparition de l'être aimé. Elle évoque la première année d'une vie sans lui et les étapes de la reconstruction de soi.
Durée:3h. 31min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:74495
Résumé: Un témoignage poignant d'une mère en hommage à sa fille disparue.
Durée:6h. 8min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:71181
Résumé: C'est durant la réception internationale de La Plus Précieuse des marchandises que Jean-Claude Grumberg perd Jacqueline son épouse. Depuis, jour et nuit, il tente de lui dire tout ce qu'il n'a pas pu ou pas osé lui dire. Sans se protéger, ni rejeter ce qu'il ne peut ni ne veut comprendre, il dialogue avec la disparue. Incrédulité, révolte, colère se succèdent. Dans ses propos en cascades, réels ou imaginaires, qui évoquent la vie de tous les jours, Grumberg refuse de se raisonner, de brider son deuil. Les jeux de mots, l'humour, l'ironie, l'autodérision n'y changent rien. Dans ce livre, où alternent trivialité et gravité, entre clichés et souvenirs, l'auteur dit la difficulté d'exprimer ce qu'il ressent. Jean-Claude Grumberg fait son livre " pour et avec " Jacqueline, exaltant l'amour et l'intimité de la vie d'un couple uni pendant soixante ans.
Durée:4h. 59min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:16354
Résumé: Ce livre est pour Sophie l'occasion de clore un chapitre douloureux de son passé en entreprenant un véritable travail de deuil, une notion dont on négligeait l'importance il y a vingt-cinq ans. C'est également l'occasion de faire le point sur l'évolution des pratiques dans la prise en charge de la maladie grave et l'accompagnement de fin de vie. Par ailleurs, ce récit débouche sur un paradoxe : Comment peut-on à la fois souffrir de la disparition d'une personne et éprouver l'émergence d'une liberté intérieure qui vous incite à aller au-delà de vous-même ?
Durée:2h. 36min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:68538
Résumé: La vie de mon fils a été interrompue de façon imprévisible et violente. D’une façon en quelque sorte inacceptable. Mais je veux soutenir ici qu’en dépit de ces apparences, sa vie, singulière comme toute vie réellement subjectivée, a existé, pleinement, porteuse d’un sens dont la signification et l’usage avaient valeur universelle.