Contenu

Malax

Résumé
Sourire aux lèvres, un homme s'écroule sur la chaussée, mort. Dans ses poches, un billet de dix francs, une clé, un stylo, un roman de gare, un dé à coudre, mais pas d'identité. Le temps presse. Bientôt, il faudra retirer le corps du frigo pour y placer la dinde de Noël de la Brigade. L'inspecteur Jean ne négligera aucune piste pour offrir une sépulture à celui que la science nommera Pierre comme ces squelettes préhistoriques que l'on rend humain d'un simple prénom. Une bourgade, quelques rues, des troupeaux de gens en uniforme noir, redingote et chapeau melon, et parmi eux quelques personnages principaux, Pierre qui est mort, Jean, Jacques, Paul et Juliette et des comparses, des utilités comme on eût dit naguère qui permettent de créer une ambiance. La moitié des habitants s'appelant Pierre, il est difficile d'identifier le mort et a fortiori son assassin. L'inspecteur Jean va tourner en ville en prenant des notes improbables, en offrant une image dérisoire, ironique, de la police, de l'administration, des grandes régies, et même des activités monotones des habitants. C'est une parodie d'enquête, une enquête littéraire, froidement écrite, minutieusement décrite, conduite grâce à des jeux sur les mots. Et de rue en rue, en fait d'impasse en impasse, de pistes écartées, elle nous mène à la conclusion. Le vocabulaire de l'espace urbain est analogue à celui d'une enquête, lequel serait métaphore de l'autre ? Un roman policier bref, fort, singulier et exemplaire de la manière et représentatif des thèmes de l'œuvre de Marie-Jeanne Urech. Ce dixième ouvrage fait partie de son univers qui nous est déjà familier, mais réussit à être original. Il s'agit sans aucun doute du premier roman policier dans son œuvre, encore que...
Genre littéraire: Policier/épouvante
Durée: 3h. 12min.
Édition: Vevey, Hélice hélas, 2016
Numéro du livre: 33649
ISBN: 9782940522422

Documents similaires

Durée:3h. 45min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:12947
Résumé: Dix petites histoires aux portes d'un monde exigu. Dix petites histoires chargées de mines de plomb. Dix petites histoires aux personnages en pâte à modeler. Dix petites histoires hors saison et sans remonte-pente. Dix petites histoires pour garder les yeux bien ouverts. Dix petites histoires sans entracte mais avec cornet surprise. Dix petites histoires aux mots sans gravité mais à surveiller. Dix petites histoires pour endormir les cauchemars. Dix petites histoires aux acides anémiques. Dix petites histoires ciselées dans la réalité
Durée:3h. 51min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:13650
Résumé: Il y a le vent du Nord. Venu de si loin et qui n'apporte pourtant aucune nouvelle Il y a Lucille, qui attend, embaumée dans sa robe nacrée Il y a le père Nodes, visiteur des morts qui, comme chaque visiteur, n'est là que de passage Il y a l'église au milieu du village et un dieu qui protège les fesses Il y a la mère. Femme d'humeur égale à qui rien ne peut arriver, puisqu'elle en a décidé ainsi Il y a le chocolat, qui rend gai et fait pousser les poils Il y a Saturne et Pluton. Frères séparés par des années-lumière et pourtant si proches Il y a le Saisonnier. Petit serviteur du temps, hélas à mi-temps Il y a les démangeaisons de cinq heures et les rires bêtes de quatre heures Il y a les cochons, mais surtout leurs jarrets, leurs groins et leurs côtelettes Il y a le petit Yapaklou, qu'on appelle comme on veut. Le plus souvent Bébé Il y a l'Assistant, qui sans son fouet, n'est plus grand chose Il y a les vieux-pancartes. Armée de moribonds inoxydables qu'il neige, vente ou pleuve Il y a les pluies liquides, cristallisées, évaporées, mais quotidiennes Il y a Lucille, qui attend, à l'abri de sa chrysalide en bois Et puis, il y a le cimetière.
Durée:7h. 5min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17060
Résumé: Dans les profondeurs d'une ville décrépie où les concierges font la loi, un ingénieur incapable d'additionner deux chiffres creuse un tunnel, peut-être même un abîme. A cause d'une nouvelle erreur de calcul, il aboutira dans une salle à manger qui sent le pot-au-feu. Ici, les restaurants ne servent que des soupes, les dames dansent sur les tables et sur les ventres, les fleurs sont en plastique, les chaussettes dépareillées, le formol remplace l'eau d'arrosage et les balles de golf disparaissent au dix-huitième trou. Pour corser le tout, il y a cette pension Edelweiss captive d'un noeud autoroutier à six pistes, ces deux soeurs qui n'en font qu'une et cette Mademoiselle Lempereur qui veut absolument se marier. Ecrit avec soin, ce roman poétique et un peu fou brosse le portrait d'un monde chaotique qui voit la vie en rose grâce aux gaz euphorisants d'une usine chimique.
Durée:3h. 20min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17733
Résumé: A l'ombre des hauts fourneaux éteints brille une veilleuse devant la maison de la famille Chagrin. Le souffle du commissionnaire menace de l'éteindre à tout moment, si les traites ne sont pas honorées. La spirale des commandements de payer entraîne Nathanaël, le père, à travailler vingt-quatre heures sur vingt-quatre ; la mère, Rose Chagrin née Chance, à entamer une cure de vitamines ; les enfants, Yapaklou et Zibeline, à cacher leurs jouets dans un distributeur de frites ; Séraphin, probablement le grand-père, à partir à la recherche de l'Homme noir ; Philanthropie, à absorber des tranches de schnitz sous l'oil bienveillant de ses deux anges gardiens. Et dans la nuit où s'éteignent chaque soir des dizaines de veilleuses, les tours de verre, qui dominent orgueilleusement la ville, regardent croître leur patrimoine.
Durée:4h. 18min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:31697
Résumé: « Z donnait l'image d'une bourgade paisible, lovée contre sa tour de l'Horloge comme un crotale au soleil, à l'âme si pieuse que l'eau bénite coulait des chenaux. Mais quand le regard embrassait un peu plus large, on découvrait les grues qui grignotaient la terre tandis que dans la lumière dorée du couchant brillaient des immeubles luxueux avec piscine quatre saisons. [...] Lorsqu'il contempla la ville, de cette colline qu'il apprendra à nommer belvédère, cette ville de Z longtemps oubliée au point de figurer en queue d'alphabet, entourée à présent d'une forêt de grues étincelantes et prometteuses, Modeste n'eut aucun doute qu'il entrait au paradis. »
Lu par:Thierry Hogan
Durée:2h. 7min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:34086
Résumé: "Quant à moi, j'aurais bien laissé ici quelques pages vides pour mieux vous faire sentir la densité de cette ellipse dans le récit, mais le comptable qui me sert d'éditeur n'a rien voulu entendre. À propos d'entendre, je profite du silence qui suit la tempête pour préciser une chose?: vous pourriez croire, à ma description de la belle Natalia, que je ne m'intéresse qu'à sa plastique, que je suis, nonobstant mes préférences sexuelles éclectiques, un de ces phallocrates resté bloqué au siècle passé, un de ces connards qui fait des blagues sexistes en jurant entre deux rires gras qu'il n'est pas macho?: Moi?? Pas du tout, j'aime les femmes, moi, tout en vous gratifiant d'un clin d'œil lubrique et ignoblement complice..."
Durée:6h. 41min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:32745
Résumé: Une fois, dans les années cinquante peut-être. Dans le Marais, sans doute. Un quartier de viande, de charcuteries entrelardées de têtes de veaux vinaigrettes. Gens bons, les deux Dodus, Eve et Jean, sont retrouvés, gorge tranchée dans une tranchée. Le commissaire Confit doit alors démêler un fil d'Ariane qui le conduit ici, avant, après, ailleurs. Pas un polar mais une piste sur pavés gras, rebondissant entre lettres perdues, mille et une nuits et mots en pagaille. Le remarquable de ce roman, c'est que calembours, violence, nombreux meurtres, complot, intrigue, fantastique, mises en abime s'enchaînent dans un climat bon enfant, généreux, dû à la vision du monde du narrateur. Ce roman insolite a séduit par son écriture singulière, associée à une construction rigoureuse qui n'empêche pas le délire, son humour et sa bonhomie.
Lu par:Madiana Roy
Durée:1h. 2min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:39263
Résumé: Ça se passe dans un fitness. Il veut des abdos en béton, elle rêve d’un ventre en acier. En apparence, tout devrait les rapprocher. Même s’il faut toujours se méfier des apparences. Se méfier tout court d’ailleurs.
Durée:4h. 1min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:68065
Résumé: En juillet 1997, un professeur de littérature suisse disparaît entre son domicile et l’université où il enseigne. Quinze ans après, un collègue enquête sur cette disparition. À partir de livres du disparu, de témoignages et du dossier de police, il suit différentes pistes. Elles le conduisent dans les milieux académiques, un bar parisien, une assemblée spirite, une station d’altitude, un buffet de gare bâlois et des fermes perdues de l’Aveyron. Qu’est-il arrivé à Karl Kleber? A-t-il fui les réformes de l’université? A-t-il fugué avec une étudiante? Est-il encore vivant ou a-t-il été assassiné par un collègue? L’enquêteur improvisé finit par découvrir le pot aux roses. Inspiré d’un fait divers réel, ce polar, qui joue avec les genres du roman de disparition et du roman de campus, est aussi un éloge de la littérature, dont il interroge les pouvoirs de révélation.
Durée:6h. 43min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:71761
Résumé: En Valais, Jean-François Kamerzin est connu comme le loup blanc (qui ne se serait pas fait tirer par un braconnier). Il a construit sa fortune en misant le premier sur les canons à neige. Il a construit, sans l’aide des banques, Annivis 2000, une station de ski à sa gloire. Il règne sur le HC Framont, un club minable qu’il a sorti des limbes du classement. La légende montagnarde prétend qu’il aurait une partie de son argent en cash planquée dans une ancienne mine d’or, protégée par une milice et des systèmes d’alarme sophistiqués. Ceux qui ont rôdé dans les alentours sont revenus dans un piteux état. En affaires et dans sa vie privée, Jean-François Kamerzin ferait passer Attila pour un gentil chanteur à la Croix de Bois. À force, il ne s’est pas fait que des copains… Quatre blancs-becs, trois gamins et une gosse, ont décidé d’avoir la peau de l’ours Kamerzin (s’il ne s’est toujours pas fait buter par un braconnier). Motivés par une haine genre grave, ils montent, sur plusieurs années, un casse très futé. Et ce grâce à l’aide très involontaire de l’armée suisse !
Durée:4h. 23min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:66023
Résumé: Je suis Spiegel. Qui est Spiegel? Pourquoi laisse-t-il des traces de son passage dans des endroits incongrus? Quelle va être la réaction de la sécurité intérieure quand ils auront entre leurs mains la dernière pièce de théâtre de Vlad ou le microfilm de l'écrivain dissident Sol? Bien approvisionné en pain atomique, M., un haut responsable de la sécurité, ne lésine sur aucun moyen pour déchiffrer ces énigmes. La sûreté de l'Etat en dépend. Texte hilarant, quel est donc ce léger sentiment de malaise qui se faufile dans l'esprit du lecteur? Car M. nous fait revivre de grands moments de l'histoire. On rit et on se rassure : c'est du passé; quoique... Un agent très spécial, des femmes prêtes à tout, des psychiatres dévoyés, des trafics à la frontière, des enjeux de pouvoir au plus haut niveau de l'Etat. Plongez dans les archives du régime et ses secrets avec M.
Durée:3h. 58min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:65217
Résumé: "L’autre jour, j’étais assise sur un banc à l’arrêt du bus. Un homme passe devant moi, petit, râblé, la soixantaine. Il s’assied à ma gauche. Sur le trottoir d’en face, une jeune fille passe, très jolie. J’entends siffler l’homme à côté de moi. Une fois, deux fois, plusieurs fois. Personne à l’arrêt de bus n’ose regarder ce vieil homme qui siffle une jeune fille, mais on n’en pense pas moins... "Vieux cochon... à son âge... Il pourrait au moins siffler plus doucement..." Finalement, je me tourne et le regarde. Il sifflait un pigeon ramier perché sur un fil électrique. Il espérait simplement que le pigeon lui réponde. La vie quotidienne nous offre des merveilles. Ce sont ces petites choses à voir qui rendent la vie plus supportable, parce que souvent, elles consolent." Le sexe des quinquas, les bancomats récalcitrants, les vacances à ne pas louper, les souvenirs sélectifs, les mots durs ou doux, la cigarette et ses artefacts électroniques, etc. Ce sont autant de petits instantanés lucides donc souvent un peu amers, mais surtout drôles et réconfortants, que nous offre ce recueil de chroniques. Oui, le temps passe, la jeunesse aussi, mais parfois c’est presque plus facile quand on a un peu perdu nos illusions et nos rêves de grandeur. La vie se révèle souvent plus simple et parfois plus belle en pastel. Même si on cultive immanquablement quelques regrets…