Correspondance de Charles Baudelaire

Correspondance de Charles Baudelaire

" Ma chère mère, Si tu possèdes vraiment le génie maternel et si tu n'es pas encore lasse, viens à Paris, viens me voir, et même chercher. Moi, pour mille raisons terribles, je ne puis pas aller à Honfleur chercher ce que je voudrais tant, un peu de courage et de caresses. À la fin de mars, je t'écrivais : Nous reverrons-nous jamais ! J'étais dans une de ces crises où on voit la terrible vérité. Je donnerais je ne sais quoi pour passer quelques jours auprès de toi, toi, le seul être à qui ma vie est suspendue, huit jours, trois jours, quelques heures. [...] Toutes les fois que je prends la plume pour t'exposer ma situation, j'ai peur ; j'ai peur de te tuer, de détruire ton faible corps. Et moi, je suis sans cesse, sans que tu t'en doutes, au bord du suicide. Je crois que tu m'aimes passionnément ; avec un esprit aveugle, tu as le caractère si grand ! Moi, je t'ai aimée passionnément dans mon enfance ; plus tard, sous la pression de tes injustices, je t'ai manqué de respect, comme si une injustice maternelle pouvait autoriser un manque de respect filial ; je m'en suis repenti souvent, quoique, selon mon habitude, je n'en aie rien dit. Je ne suis plus l'enfant ingrat et violent. De longues méditations sur ma destinée et sur ton caractère m'ont aidé à comprendre toutes mes fautes et toute ta générosité. Mais, en somme le mal est fait, fait par tes imprudences et par mes fautes. Nous sommes évidemment destinés à nous aimer, à vivre l'un pour l'autre, à finir notre vie le plus honnêtement et le plus doucement qu'il sera possible. Et cependant, dans les circonstances terribles où je suis placé, je suis convaincu que l'un de nous deux tuera l'autre, et que finalement nous nous tuerons réciproquement. Après ma mort, tu ne vivras plus, c'est clair. Je suis le seul objet qui te fasse vivre. Après ta mort, surtout si tu mourais par une secousse causée par moi, je me tuerais, cela est indubitable. Ta mort, dont tu parles souvent avec trop de résignation, ne corrigerait rien dans ma situation ; le conseil judiciaire serait maintenu (pourquoi ne le serait-il pas ?), rien ne serait payé, et j'aurais par surcroît de douleurs, l'horrible sensation d'un isolement absolu. Moi, me tuer, c'est absurde n'est-ce pas ? [...] Adieu, je suis exténué. Pour rentrer dans les détails de santé, je n'ai ni dormi, ni mangé depuis presque trois jours ; ma gorge est serrée. - Et il faut travailler. Non, je ne te dis pas adieu ; car j'espère te revoir. Oh ! lis-moi bien attentivement, tâche de bien comprendre. Je sais que cette lettre t'affectera douloureusement, mais tu y trouveras certainement un accent de douceur, de tendresse, et même encore d'espérance, que tu as trop rarement entendus Et je t'aime."
Télécharger | Ajouter à la liste

Données bibliographiques

N° de notice: 30188
Lu par: Françoise Dufour
Éditeur: 1964, Lausanne, La Guilde du livre
Genre: Essai/chronique/langage
Durée: 10h. 28min.
Sujet(s): Essai/chronique/langage
Collection(s): La Guilde du livre
Source: Bibliothèque Sonore Romande
Mots matières: Correspondance
Littérature Française

Documents similaires

L'ascension du Mont Ventoux

Durées: 41min.
Numéro: 14249
Télécharger | Ajouter à la liste

"Ma chère maman" : de Baudelaire à Saint-Exupéry

Auteurs: Collectif
Lu par: Suzanne Bettens
Durées: 2h. 32min.
Numéro: 15666
Télécharger | Ajouter à la liste

Lettres de Madame du Deffand à Voltaire (1759-1775)

Durées: 6h. 30min.
Numéro: 33757
Télécharger | Ajouter à la liste

A ma mère : correspondance d'enfants devenus grands

Auteurs: Collectif
Lu par: Lucien Rolland
Durées: 9h. 19min.
Numéro: 34168
Télécharger | Ajouter à la liste

Un bruit de balançoire

Auteurs: Bobin, Christian
Durées: 1h. 15min.
Numéro: 36724
Télécharger | Ajouter à la liste

Correspondance 1922-1959 : "Et maintenant veillez au…

Auteurs: Cendrars, Blaise
Durées: 21h. 28min.
Numéro: 36773
Télécharger | Ajouter à la liste

Lettres : de 1897 à 1949

Auteurs: Walser, Robert
Lu par: Claude Fissé
Durées: 14h. 23min.
Numéro: 19303
Télécharger | Ajouter à la liste

Lettres de Madame la duchesse d'Orléans née…

Lu par: Janine Brenier
Durées: 19h. 20min.
Numéro: 21332
Télécharger | Ajouter à la liste

Correspondance de George Sand et d'Alfred de Musset

Auteurs: Sand, George
Durées: 4h. 20min.
Numéro: 21424
Télécharger | Ajouter à la liste
Pas disponible en CD.

Lettres à un jeune poète

Lu par: Pascal Parsat
Durées: 1h. 27min.
Numéro: 21957
Télécharger | Ajouter à la liste

Lettres à Horace Walpole (1766-1780)

Durées: 13h. 48min.
Numéro: 35136
Télécharger | Ajouter à la liste

Correspondance : 1944-1959 : [1] : [1944-1950]

Auteurs: Camus, Albert
Durées: 27h. 27min.
Numéro: 65838
Télécharger | Ajouter à la liste

"Ma chère bonne" : lettres choisies

Durées: 5h. 19min.
Numéro: 17566
Télécharger | Ajouter à la liste

Lettres d'amour et d'affaires : écrites par…

Durées: 1h. 38min.
Numéro: 16859
Télécharger | Ajouter à la liste