Contenu

La salle de bain ; suivi de Le jour où j'ai rencontré Jérôme Lindon

Résumé
Une baignoire des plus classiques. Quelqu'un allongé à bord, parfois habillé d'une manière très simple, parfois tout succinctement vêtu, méditant tranquillement, les yeux fermés, avec le sentiment de pertinence miraculeuse que procure la pensée qu'il n'est nul besoin d'exprimer. Lorsque ce dernier, pour quelle raison ? - obscure raison -, commença à passer ses après-midi dans la salle de bain, il ne comptait pas s'y installer. Commençant dans l'immobilité d'une salle de bain et se terminant de façon à peu près identique ce roman fait évoluer le héros et Edmonsson de Paris à Venise et de Venise à Paris au rythme d'aventures peu courantes et selon la structure que Jean-Philippe Toussaint appelle celle du triangle rectangle.
Durée: 3h. 24min.
Édition: Paris, les Éd. de Minuit, 2005
Numéro du livre: 16927
ISBN: 9782707319289
Collection(s): Double

Documents similaires

Durée:3h. 39min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:29419
Résumé: C'est l'histoire d'une rupture amoureuse, une nuit, à Tokyo. C'est la nuit où nous avons fait l'amour ensemble pour la dernière fois. Mais combien de fois avons-nous fait l'amour ensemble pour la dernière fois ? Je ne sais pas, souvent.
Durée:3h. 24min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:17024
Résumé: Dans un hôtel de luxe, un couple vit sa dernière nuit d'amour. Et il neige comme il neigera sur tout le texte. Comment une dernière nuit d'amour peut-elle se vivre sans mélancolie ? Voici donc le récit d'une rupture, dont on ignorera le motif tout au long du roman. On saura seulement qu'elle se situe sept ans après la rencontre à Paris et le premier acte amoureux. Une rupture certaine, décidée de part et d'autre, avec chagrin mais détermination. L'écriture de Toussaint est d'une précision chirurgicale, d'une transparence de cristal. Les gestes de l'amour, qu'il décrit simplement dans leur crudité, leur violence, leur tendresse, ont la vérité, la pureté des gravures érotiques orientales. Car dans ce roman de la rupture, de la perte de l'autre et de la perte de soi, tout est image.
Durée:9min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:22259
Résumé: « "Zidane regardait le ciel de Berlin sans penser à rien, un ciel blanc nuancé de nuages gris aux reflets bleutés, un de ces ciels de vent immenses et changeants de la peinture flamande, Zidane regardait le ciel de Berlin au-dessus du stade olympique le soir du 9 juillet 2006, et il éprouvait avec une intensité poignante le sentiment d'être là, simplement là, dans le stade olympique de Berlin, à ce moment précis du temps, le soir de la finale de la Coupe du monde de football". Ainsi s'ouvre La Mélancolie de Zidane, bref texte décisif de Jean-Philippe Toussaint, comme on parle d'une passe décisive. Pas un roman - 12 pages -, pas une opinion ou un commentaire de plus sur ce qui s'est passé ce soir-là à Berlin, mais un geste littéraire, sobre et assuré, pour évoquer un autre geste, coup de tête qui a fait couler tant d'encre noire de la mélancolie. »
Durée:5h. 8min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:15332
Résumé: Le livre raconte l'été à Berlin d'un historien d'art qui se prépare à écrire un essai sur Titien Vecellio et, dans le même temps, décide d'arrêter de regarder la télévision. C'est à la fois une description de son travail au quotidien (petits déjeuners studieux, piscines berlinoises, promenades dans les parcs), et une étude de son état d'esprit depuis qu'il a arrêté de regarder la télévision.
Durée:(0h. 24min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:72989
Résumé: Le récit des dernières années de la vie du peintre, entre 1916 et 1926, alors que la guerre gronde aux alentours de Giverny et que sa vieillesse se rapproche. Tandis que sa vue baisse inexorablement, Monet poursuit son tableau inachevé Nymphéas.
Lu par:Jean Frey
Durée:4h. 12min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:13992
Résumé: Pourquoi m'a-t-on offert un téléphone portable le jour même de mon arrivée en Chine ? Pour me localiser en permanence, surveiller mes déplacements et me garder à l'oeil ? J'avais toujours su inconsciemment que ma peur du téléphone était liée à la mort - peut-être au sexe et à la mort - mais, jamais avant cette nuit de train entre Shanghai et Pékin, je n'allais en avoir l'aussi implacable confirmation.
Durée:3h. 49min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:74515
Résumé: Une réflexion sur le travail d'écrivain dans laquelle le romancier explore le processus matériel et imaginaire de la création littéraire, faite de jaillissements et de persévérance.
Durée:6h. 18min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:66012
Résumé: Elvis Cadillac roule à fond les ballons sur une petite route de Belgique du côté de Chimay où la trappiste coule à flots. Invité dans un " home " de vieux pour y donner un concert, le sosie officiel du King est chaud boulette. La banane rose fluo de sa chienne Priscilla vole au vent. Soudain, crac ! il s'aperçoit qu'il a renversé une ancienne vedette de la télé ! Qu'est-ce qu'il va raconter à la majorette qui l'attend encore dans son lit, avec ses bottes et l'espoir de lui mettre le grappin dessus ? Il se retrouve emberlificoté dans un drôle de drame à la sauce Fargo, avec en guest star mémé Cornemuse, qui va le mener à la catastrophe. Sur son chemin, une coupeuse de têtes de nain de jardin, deux branques dont un accro à glace aux spéculoos, un empailleur de rats et quelques autres tapés du bocal... Le tout dans un univers déjanté et coloré, autour de Boris Vian et de l'art brut. Ca va swinguer !
Durée:3h. 54min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:20753
Résumé: Cette fois. c'est décidé, Mémé Cornemuse va réaliser son rêve : partir à Hollywood rencontrer son idole, JCVD. Pour ça, elle est prête à tout : voler une baraque à frites, rouler jusqu'au Havre et se faire embarquer sur un bateau, direction les States. Promue direct à la plonge, elle se débarrasse du cuistot et prend sa place Cette vieille bique ne doute de rien, elle va flanquer le souk à bord... Un road-movie rocambolesque et savoureux, rehaussé à la sauce belge.
Durée:4h. 6min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16603
Résumé: De Paris à Tokyo en passant par un aller-retour sur l'île d'Elbe, Toussaint poursuit le récit de l'histoire d'amour qui lie Marie au narrateur, une histoire d'amour abordée sous l'angle de la rupture, du drame et des retrouvailles : séparée du narrateur depuis un séjour au Japon, Marie passe une nuit avec son nouvel amant dans l'appartement où vécut le narrateur durant plusieurs années. Au même moment, le narrateur dort au côté d'une autre jeune femme elle aussi appelée Marie. Un drame va permettre aux deux anciens amants de se retrouver, de réduire leur éloignement - spatial, dans un premier temps -, avant qu'un flash-back revienne rappeler ce que fut la vie amoureuse de Marie sans le narrateur, afin de réduire l'éloignement temporel.(culturofil.net)
Durée:1h. 36min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:26650
Résumé: Un chien cherche un maître d'adoption et jette son dévolu sur Roger, portier désabusé d'un grand hôtel. Roger vit tout seul dans sa caravane depuis que les services sociaux lui ont retiré la garde de sa fille. L'animal à lunettes noires, à la fois rusé et mythomane, prend plaisir à jouer les fauteurs de troubles et à provoquer le portier pour le réveiller de sa torpeur. Mordre pour mieux éveiller les consciences, voici donc le leitmotiv de ce duo clownesque et bancal fonctionnant dans une inversion totale des rôles. .
Durée:2h. 6min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:9000
Résumé: Enfant est celui qui ne sait pas parler ou pour qui, du moins, le langage institué conserve une part mysté­rieuse. Le petit Max, dans le roman de Philippe Blasband, s'étonne et s'émerveille des formules figées que les adultes emploient tout naturellement quand lui-même, n'en saisissant pas la pertinence, s'ingénie à chercher une motivation réaliste à ce qui n'est que convention verbale. S'il constate que sa mère n'est pas « à prendre avec des pincettes », c'est pour imaginer aussitôt « d'immenses pincettes qui agrippaient les gens aux épaules et les soulevaient jusqu'à deux mètres du sol ». Son ingénuité ne se marque pas seulement dans son rapport aux mots, mais aux choses également que ceux-ci désignent. Par exemple, à quoi ça ressemble, un mort ? La réponse vient par l'expérience du toucher : « C'était froid, un peu humide, une sensation étrange, pas tout à fait désagréable, comme la peau d'une gre­nouille. »