Contenu

Recherche par auteur : Grobéty, Anne-Lise

12 résultats.

Lu par:Anne-Lise Grobéty
Durée: 47min.
Genre: Biographie/témoignage
Quatrième de couverture: Tout au long de cet entretien, Anne-Lise Grobéty nous entraîne avec sensibilité et lucidité sur ses chemins intérieurs de la création littéraire. Très jeune, elle est fascinée par les mots et par l'énergie prodigieuse de la langue. A 19 ans, son roman « Pour mourir en février » reçoit le Prix Georges Nicole qui la hisse dans le cercle des grands de la littérature romande. Pourtant, la vie l'appelle ailleurs: son métier de journaliste, la maternité et la politique. Mais en sourdine quelque chose mûrit, l'état d'écriture se fait pressant, elle doit lui faire place. Paraîtront plusieurs romans, dont «La Corde de mi» pour lequel les épreuves sont arrivées le jour du tournage! Autre forme d'écriture: des textes courts où elle s'accorde davantage de liberté avec la langue. «La seule maîtrise, dit-elle, est celle de la langue, pour le reste j'aime partir comme une randonneuse imprudente.»
Lu par: Anne-Lise Grobéty
Durée: 47min.
Numéro: 15379
Lu par:Françoise Golaz
Durée: 1h. 21min.
Genre: Nouvelle
Quatrième de couverture: Il y a de la fable dans l'air de ces pages. Puis là, ce mouvement qui file en comptines. Ici ? C'est la phrase du conte qui emmène les temps de l'amour. De cet amour-là qui est fugue. Jusqu'au vertige. Dans l'alerte portée de ces chapitres qui sont autant de variations (treize fois dites, comme pour en prononcer l'irrévocable destin), méfiez-vous. C'est un bonheur grave qui passe. Vous l'entendez qui rôde et se glisse, drôle et imprévu. Vous le voyez qui grimpe en tons légers. Voilà qu'il s'élance. Qu'il enchante. Tenez : vous le suivez là qui cavale en rythmes courtois. Et voici qu'il se rapproche. Se tait, happé. Dans l'aigu de l'absence surgit ce tragique, contenu. Le chant du livre emporte son ombre. Le temps d'une merveille. J--D. HUMBERT
Lu par: Françoise Golaz
Durée: 1h. 21min.
Numéro: 66293
Lu par:Marguerite Delacrétaz
Durée: 2h. 41min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Quatrième de couverture: La nullité d'un professeur qui s'intéresse plus au soutien-gorge de son élève qu'à son vif désir de faire du bien autour d'elle. La déception d'une mère devant la chambre vide de son fils, parti pour vivre sa vie. L'incompréhension d'une petite face à la séparation de ses parents. Ou la folie d'une jeune fille qui n'est pas aimée. Évoquant toujours des femmes trahies, les nouvelles d'Anne-Lise Grobéty piquent le coeur et les sens. "Belle dame qui mord", son dernier recueil, raconte la cruauté sur un ton enjoué et pointu. Une écriture de toute beauté, à savourer comme de la poésie.
Lu par: Marguerite Delacrétaz
Durée: 2h. 41min.
Numéro: 6512
Lu par:Anne-Lise Grobéty
Durée: 55min.
Genre: Nouvelle
Quatrième de couverture: Ce livre est drôle, vif et insolent. Au fil de ces vingt-cinq histoires courtes, vous rencontrerez de curieux personnages tout occupés à remplir, au plus près de leur conscience, de bien étranges besognes dont dépendent la tranquillité du pays et la bonne marche du monde... S'il faut absolument une morale à ces fabulettes souriantes, c'est qu'il vaut mieux, dans la vie, ne pas tout prendre au pied de la lettre.
Lu par: Anne-Lise Grobéty
Durée: 55min.
Numéro: 4327
Lu par:Françoise Dufour
Durée: 12h. 12min.
Genre: Contes et légendes
Quatrième de couverture: Et l'autre part ne peut se résoudre à l'insoutenable réalité. Comment refuser de voir que par mon égoïsme d'amoureux je vais ajouter de plein gré un nom à la liste de mes morts aimés : celui de mon bon maître dont la sagesse, la clairvoyance, la gaîté, la patience ont été l'apport de lumière de mon enfance et de ma jeunesse. « Si vous lâchez la mort hors de son enclos, m'avait-il dit un jour, vous pouvez être sûr qu'elle va s'empeser la panse de petits. Et croyez-vous qu'à leur tour ils ne vont pas aussi s'empresser, à peine le nid quitté, d'entrer dans la danse ? Serez-vous alors surpris quand, en retour, l'un de ceux-ci viendra vous picorer de son bec comme du grain sec?...
Lu par: Françoise Dufour
Durée: 12h. 12min.
Numéro: 18171
Lu par:Geneviève Roy
Durée: 8h. 25min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Quatrième de couverture: On pourrait définir le thème du livre comme un double mouvement de désarroi, de dispersion, de vertige et, inversement, de prise de conscience et maîtrise de soi. La contradiction ou, pour mieux dire, le déchirement, est au coeur de ce beau récit intense, dramatique et fervent, à la fois tourné vers un passé qu'il tente de ressusciter avec des joies et des plaies, ses découvertes, et vers un présent, non pas apaisé, mais réconcilié... (Georges Anex, Journal de Genève)
Lu par: Geneviève Roy
Durée: 8h. 25min.
Numéro: 17790
Lu par:Brigitte Cottens
Durée: 1h. 59min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Quatrième de couverture: " ...La dame de l'histoire s'appelle Jade Chichester. Elle a une mère, Grace, et une fabuleuse grand-tante, Margareth, qui voyage aux quatre coins de la terre. Un lien quand même entre ce texte inclassable - peut-on parler d'un conte ? - et vos autres romans : le thème de la filiation mère-fille. Abordé ou ébauché par vos narratrices, Aude, Laurence et Iona, il est ici l'objet central de Jusqu'à pareil éclat, dans une construction subtile qui suggère tour à tour la présence et l'absence, l'amour et la haine, l'image et la substance. Dans vos romans, l'importance de ce thème se devinait. La relation entre vos narratrices et leur mère y apparaissait comme une révolte tronquée par la pitié des filles, conscientes de ce qu'avait été le destin non maîtrisé des mères. Dans vos romans la relation mère-fille est caractérisée par le mensonge et la nécessité de se protéger mutuellement. Elle est une relation vouée aux apparences derrière lesquelles peuvent se cacher une lucidité voire un cynisme terribles... "
Lu par: Brigitte Cottens
Durée: 1h. 59min.
Numéro: 15323
Lu par:Françoise Dufour
Durée: 3h. 52min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Quatrième de couverture: "Ces champs de ruines où je scrute de toutes mes forces, connue si une part de moi y était restée pétrifiée, meure si je n'étais pas née, comme si ces événements - l'avancée sournoise de la monstruosité sous couvert de normes et de lois - je les avais vécus de l'intérieur et que j'étais séparée de cette réalité-là par une plaque noircie au noir de fumée..."
Lu par: Françoise Dufour
Durée: 3h. 52min.
Numéro: 18321
Lu par:Martine Moinat
Durée: 9h. 39min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Quatrième de couverture: "Quand Isabelle, qui l'aime encore trop pour ne pas emmener une grosse malle de détresse avec elle, a quitté la maison avec l'enfant, Marc n'a rien ressenti de particulier, sinon quelque chose de l'ordre du destin accompli, une satisfaction comme celle de l'entomologiste qui vient d'endormir un très beau spécimen de papillon avec la conscience d'avoir offert l'éternité à cette pauvre bête éphémère. Rien à voir donc avec un trivial sentiment de soulagement. Ni même avec un soupçon de souffrance. C'était dans l'ordre des choses, un point c'est tout..."
Lu par: Martine Moinat
Durée: 9h. 39min.
Numéro: 15085
Lu par:Claude Fissé
Durée: 41min.
Genre: Roman historique/biographique
Quatrième de couverture: Oscar est l'ami de notre héros. Leurs deux pères partagent aussi une amitié profonde: comme ils aiment à se dire, l'un est poète-comptable, l'autre épicier-poète. Ils aiment les mots, le rire, les conversations au fond du jardin, près des ruches. Les deux fils aussi sont complémentaires. C'est une condition de l'amitié. Mais un jour tout bascule. C'est alors que commence le temps des mots à voix base. Les hommes sont devenus fous. Oscar est renvoyé de l'école. Les deux enfants n'ont plus le droit de se voir. Cela s'est passé dans une petite ville allemande... Un jour, notre héros sera le témoin d'une conversation bien étrange entre son père et celui d'Oscar... Le lecteur comprend que la famille d'Oscar doit fuir, vite, très vite. La menace est grande. Mais que peut faire l'ami pour secourir l'ami ?
Lu par: Claude Fissé
Durée: 41min.
Numéro: 18352
Lu par:Keren Rouche
Durée: 4h. 52min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Quatrième de couverture: Ce livre a la grandeur, la pureté rusée de la passion. De la première à la dernière ligne sourd un cri toujours prêt à jaillir mais qui a la force et le courage de se mesurer. Ce long chuchotement, ce sanglot qui ne vient pas, cette confession tout intérieure d'une adolescente du siècle ont le pouvoir d'une incantation. J'ai admiré non seulement la spontanéité tendrement violente, mais aussi la technique d'écriture d'Anne-Lise Grobéty, ce monologue infini, feutré, qui n'ennuie jamais, qui est très conscient malgré le délire, sarcastique même. Ce roman qui semble tissé d'une phrase unique, sans arrêts visibles, mais ondulante, avec ici et là le blanc de la respiration suspendue, qui reprend, s'obstine, tranquille, inlassable, c'est le mouvement de la vague si difficile à saisir. Je l'entends battre le sable, détruite et renaissante, continuellement. Les scènes qui ne se terminent pas, qui reviennent, recouvertes à leur tour par d'autres, ce rythme ressassant, c'est le rythme même de l'amour. Et toujours jusqu'à la fin, le leitmotiv de la première rencontre, celle qui décida de tout, le souvenir de ces instants tournés et retournés, facette sur facette, par la mémoire fascinée mais gardant la fraîcheur de la source, le bonheur du commencement.
Lu par: Keren Rouche
Durée: 4h. 52min.
Numéro: 33950
Lu par:Madeleine Bräutigam
Durée: 4h. 56min.
Genre: Nouvelle
Quatrième de couverture: Dans La Fiancée d'hiver, Anne-Lise Grobéty va explorer de nouveaux registres. Le fantastique : un couple meurt prisonnier des précautions prises pour faire respecter leur propriété. Le romanesque un peu échevelé : une mère a réussi à se faire passer pour morte afin d'assister à ses propres funérailles et démasquer sa fille qui la hait. L'anecdote historique : "Wernher von B." évoque les aventures du futur inventeur des V2 quand il était étudiant à Zürich, ses démêlés avec sa logeuse parce qu'en utilisant une roue de bicyclette et une souris il expérimentait les effets de l'accélération sur un être vivant. L'humour : la romancière pleure toutes les plumes que ses petites filles ont cassées. "La Fiancée d'hiver" nous offre, un peu à la façon des "blasons" du XVIe siècle, des évocations poétiques de la femme aimée où s'unissent la nature et le désir, les saisons et le corps.
Lu par: Madeleine Bräutigam
Durée: 4h. 56min.
Numéro: 3258