Contenu

Robert Oppenheimer: triomphe et tragédie d'un génie

Résumé
Le génie est parfois une malédiction. Robert Oppenheimer fut l'un des plus grands physiciens de son temps. Peu d'hommes pouvaient rivaliser avec son intelligence exceptionnelle et sa fantastique intuition scientifique. Ce talent hors norme l'a mené vers l'invention ultime, capable d'éradiquer la planète : la bombe atomique. Que penser d'un don qui conduit à la destruction universelle ? D'une soif de connaissance dont l'aboutissement est l'extinction de la vie elle-même ? Aucun homme n'a été confronté si directement à un tel dilemme. Avec cette biographie, sacrée par le prix Pulitzer, Kai Bird et Martin J. Sherwin sondent la vie du père de la bombe atomique. Ils en explorent toutes les facettes, intimes et professionnelles, pour décrire un destin unique qui, à lui seul, résume toute l'histoire du xxe siècle : la folie de la guerre et la paranoïa du maccarthysme, la soif inextinguible de progrès et la course vers l'abîme. Ce livre n'est en rien un ouvrage de spécialiste. Il s'adresse à tous et mêle la précision historique à la finesse psychologique, la qualité de l'enquête au rythme d'un grand roman.
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 24h. 5min.
Édition: Paris, Cherche Midi, 2023
Numéro du livre: 74831
ISBN: 9782749176260

Documents similaires

Lu par:Roger Messié
Durée:13h. 18min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:23003
Résumé: Aidé de l'écrivain Chaïm Pokok, le violoniste Isaac Stern a rédigé son autobiographie, l'histoire de ses 79 premières années d'existence. Un titre qui ne manque pas d'humour d'ailleurs, mais qui illustre à la perfection le foisonnement d'une vie de musicien et de citoyen du monde. Isaac Stern est les deux à la fois : violoniste et homme engagé. Le parcours du musicien, né aux États-Unis en 1920, est plutôt classique : études américaines, émois des premiers concerts, puis développement rapide d'une carrière internationale. Au fil des pages, ce sont des noms d'interprètes connus que l'on croise, Léonard Bernstein ou Pablo Casals, tous amis de Stern. Mais plus que la vie de l'artiste, ce sont les tribulations du citoyen qui retiennent l'attention. Au début des années soixante, il se mobilise pour sauver la célèbre salle du Carnegie Hall de New York, menacée de démolition. Plus tard, il ira en Chine pour le film De Mao à Mozart, devenant ainsi le premier musicien américain à se produire dans ce pays. En filigrane à cette trajectoire d'une richesse incroyable, il y a Israël, qu'il défend amoureusement, et l'Allemagne, où il refusera toujours de jouer, en souvenir des victimes de l'Holocauste. Un livre passionnant, généreux et rafraîchissant.
Lu par:Jean Frey
Durée:12h. 15min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:66239
Résumé: Bukowski n'a rien oublié : ni la violence, ni la douleur des premières années de sa vie. Il parle vrai et dur. Les coups reçus et donnés, les désespoirs d'un jeune homme laid qui n'a jamais la bonne "attitude", les mesquineries des petits débrouillards, la bouteille, la guerre qui se prépare et n'engloutira pas indistinctement tout le monde, tout cela est dit sans détour. Le constat est effrayant, mais drôle : on sait rire aussi, que diable ! La machine à durer en verra bien d'autres, c'est évident. Les outrances, ici, ne sont, après tout, que celles de la vie elle-même. Et puis l'émerveillement n'est jamais loin, même derrière le souvenir de jeunesse le plus cruel. Chez Bukowski, le cœur est tendre, mais bien accroché.
Durée:14h. 19min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:70695
Résumé: "Ma vie n'avait rien de reluisant et relevait plutôt de la survie, et de cela je ne pouvais blairer que moi-même et mes acolytes : l'alcool, la cocaïne, et une propension bien ancrée à ce que mon vieux prof de philosophie grecque appellerait l'acrasie — cette faiblesse de caractère qui vous pousse à agir contre votre intérêt. Si le grec n'est pas votre truc, appelons ça Idiot Wind, le vent idiot, comme Bob Dylan." Le 26 janvier 1987, une énorme tempête s'abat sur New York quand Peter Kaldheim fuit la ville et Bobby La Batte, le dealer auquel il doit un paquet d'argent... Commence alors pour lui une vie d'errance. A la rue et sans le sou, il entreprend de traverser le pays en stop. Alors que les kilomètres défilent, c'est aussi un portrait de l'Amérique qui se dessine à travers les vies minuscules des chauffeurs qui lui offrent un répit momentané. Il découvre que le désespoir ne tonnait pas la honte et aussi la fraternité des gens de la route. Et, quand la solitude est trop grande, il trouve réconfort en relisant les grands dipsomanes et autres vagabonds de la littérature. Après avoir parcouru 8 000 Km et traversé les frontières de vingt Etats, il atteint enfin le bout de la route, prêt pour une nouvelle vie.
Lu par:Yves Cuendet
Durée:10h. 21min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:65026
Résumé: De San Francisco au Canada, de trains de marchandises en fumeries d’opium, d’arnaques en perçages de coffres, du désespoir à l’euphorie, Jack Black est un voleur: parfois derrière les barreaux, toujours en cavale. Avec ironie, sagesse et compassion, il nous entraîne sur la route au tournant du vingtième siècle. Personne ne gagne est un hymne à une existence affranchie des conventions. Qu’il soit hors-la-loi, opiomane ou source d’inspiration pour Kerouac et Burroughs, qu’importe, qu’il vole au devant de la déchéance ou qu’il flambe comme un roi, qu’importe, Jack Black n’est guidé que par son amour de la liberté. C’est dur, c’est brut, c’est profondément américain. Black est peut-être un vaurien, il est surtout un conteur qui, sans jugement, joue avec son passé afin de nous remuer et de nous remettre sur le droit chemin. [Source : éditeur]
Durée:16h. 19min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:33402
Résumé: Consuelo Vanderbilt, l'une des plus grandes héritières des Etats-Unis, grandit à New York au sein d'une célèbre famille sûre des privilèges que lui octroie son immense fortune. Mariée contre sa volonté au duc de Marlborough, propriétaire du fastueux Blenheim Palace, elle devient membre d'une aristocratie dont les codes de conduite lui sont imposés. Dans cette Angleterre victorienne finissante où le cosmopolitisme apparaît déjà, elle rencontre au cours d'une vie mondaine décrite avec humour la reine Victoria, Edouard VII, la reine Alexandra, la famille impériale russe et Winston Churchill dont elle devient la cousine et confidente ... Elle mène alors la vie de la café society, future jet set, qui de châteaux en hôtels de luxe, de cours européennes en stations à la mode, suit les événements mondains. Cependant, fidèle à elle-même, Consuelo quitte son mari et trouve l'amour auprès de Jacques Balsan, aviateur français qui à l'inverse de son premier époux ne la considérera pas comme un trophée décoratif, mais avec un respect et un amour véritables. C'est l'occasion de nouvelles rencontres avec les acteurs principaux de la vie parisienne, Sacha Guitry, par exemple. Investie dans le monde qui l'entoure, elle s'engage dans des actions sociales, crée des centres d'accueil pour filles mères, soutient les indigents, sans cependant se départir de l'esprit de caste qui est aussi une part importante de sa nature et de son éducation. C'est cette succession de mondes : New York, Londres, Paris et de deux époques qui fait de ce récit la chronique d'une période charnière passionnante. La Seconde Guerre mondiale qui va déferler sur la France la verra s'occuper de réfugiés Elle rejoindra ensuite l'Espagne puis le Portugal, avant de regagner les Etats-Unis, laissant derrière elle son monde en train de s'effondrer.
Lu par:Madiana Roy
Durée:11h. 31min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:33970
Résumé: Dans ce récit, considéré aujourd'hui comme un classique de la littérature américaine, Maya Angelou relate son parcours hors du commun, ses débuts d'écrivain et de militante dans l'Amérique des années 1960 marquée par le racisme anti-Noir, ses combats, ses amours. Son témoignage, dénué de la moindre complaisance, révèle une personnalité exemplaire. A la lire, on mesure - mieux encore - le chemin parcouru par la société américaine en moins d'un demi-siècle...
Durée:12h. 59min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:65168
Résumé: « Les mémoires remarquables d’une jeune femme qui décide d’échapper à son destin. » Barack Obama Tara Westover n’a jamais eu d’acte de naissance. Ni de dossier scolaire, car elle n’a jamais fréquenté une salle de classe. Pas dossier médical non plus, parce que son père ne croyait pas en la médecine, mais à la Fin des temps. Enfant, elle a regardé son père mormon s’enfermer dans ses convictions, et son frère céder à la violence. Et, à seize ans, Tara décide de s’éduquer toute seule. Son combat pour la connaissance la mènera loin des montagnes de l’Idaho, au-delà des océans, d’un continent à l’autre, d’Harvard à Cambridge. C’est à ce moment seulement qu’elle se demande si elle n’est pas allée trop loin. Lui reste-t-il un moyen de renouer avec les siens ? Une éducation est le récit d'une construction de soi, l'histoire d’une fidélité farouche envers la famille, et du chagrin dû à la rupture. Forte de la lucidité qui constitue la marque des grands auteurs, Tara Westover nous livre son expérience singulière : son combat pour entrer dans l’âge adulte grâce à une éducation qui lui a permis de poser un regard neuf sur la vie et donné la volonté de changer.
Durée:14h. 4min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:23452
Résumé: La «biographie orale» est une forme particulièrement séduisante pour un certain nombre de raisons, une des plus importantes étant que le lecteur reçoit des informations de première main, un peu comme s'il tombait par hasard au milieu d'une réunion ; dans le cas qui nous intéresse ici, il s'agirait d'un cocktail auquel seraient conviés tous ceux qui ont connu Truman Capote. Le lecteur voit ainsi se dérouler la vie de Capote dans l'ordre chronologique, prenant ses informations auprès d'un groupe originaire de Monroeville, dans l'Alabama, où le jeune Truman a passé de nombreuses années de sa jeunesse, avant de suivre la turbulente carrière de l'écrivain, pour terminer par les murmures de ses amis venus le pleurer à Crooked Pond. Ainsi découvre-t-on, au fil du temps et des pages, la vie extraordinaire de Truman Capote, son amitié avec Harper Lee, ses coups de foudre, ses amis, ses ennemis, ses livres... jusqu'à sa chute fascinante et monstrueuse. Cette biographie inhabituelle laisse le lecteur immensément libre, et le portrait final de Truman Capote ressort ainsi très nuancé et extraordinairement vivant.
Durée:13h. 2min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:23344
Résumé: Miles Davis, musicien de légende issu de la bourgeoisie noire de Saint-Louis, raconte son parcours musical de plus de quarante ans, des clubs de Harlem et de la 52e Rue où il croise la route de Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Thelonious Monk et bien d'autres, aux années électriques et à la fusion entre jazz, rock, pop et musique antillaise. Et c'est en toute franchise qu'il se confie sur les épreuves qui ont jalonné sa vie, ses problèmes d'alcool et de drogue, ses maladies, guérisons et rechutes, la haine raciste à laquelle il se trouva si souvent confronté. Ces obstacles, il les surmontera grâce à ses rencontres - ses amis, les femmes de sa vie - et surtout grâce à sa grande force de caractère et à sa passion pour la vie et la musique.
Durée:17h. 59min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:22755
Résumé: Dora Diamant (ou Dymant) a été la seule compagne de Franz Kafka. Ils se sont rencontrés en 1923, un an avant sa mort, sur une plage de la Baltique. Elle a vingt-cinq ans. Il en a quarante. D'une famille juive polonaise, elle fuit sa famille et se rend à Berlin, capitale de la modernité du vingtième siècle, pour y vivre en compagnie de Kafka, de petits métiers et de bénévolat au Foyer juif des Réfugiés. À Berlin en 1923, en pleine crise économique, Kafka continue à écrire et semble parvenu au bonheur. Mais son état de santé s'aggrave et l'oblige à passer les derniers mois de sa vie dans un sanatorium. Par les yeux de Dora, se découvre un Kafka intime, doté d'une extrême humanité et d'un sens de la justice, d'humour et d'un grand talent d'acteur. " Je suis la femme de Franz Kafka " affirme celle qui, après la mort de l'écrivain survenue le 3 juin 1934, construit sa vie autour des valeurs qu'il lui a léguées : l'amour des lettres et de la littérature, de l'humanisme et du judaïsme. Dora a été réfugiée toute sa vie. Elle adhéra au Parti communiste et, après l'arrivée d'Hitler au pouvoir, fuit l'Allemagne nazie pour l'Union soviétique, chercha ensuite à gagner la Suisse, avant de devoir fuir de nouveau en Angleterre où elle fut incarcérée en tant qu'Allemande. Elle partit ensuite en Palestine, dans un kibboutz, avant de revenir à Londres. A Paris, elle rencontra Jean-Louis Barrault et lui donna des conseils pour mettre en scène Le Procès, et fréquenta les milieux littéraires pour y promouvoir l'œuvre de Kafka. Elle mourut misérablement à Londres, en 1952, inhumée dans une sépulture anonyme. Ce n'est qu'en 1999, avec l'aide des chercheurs et des associations intéressées à l'œuvre de Kafka, qu'elle eut droit à une plaque funéraire sur sa tombe. Issu d'un travail de recherches monumental qui a nécessité, pendant plus de vingt ans, de voyager à travers le monde, d'interroger les archives de Berlin, de Vienne, de Prague, de Jérusalem, de Russie, le livre de Kathi Diamant a reçu le prix de la meilleure biographie de l'année à San Diego en 2004.
Durée:8h. 22min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:22741
Résumé: Souvenez-vous du bouleversant témoignage de Sultana, cette princesse saoudienne condamnée comme toutes les femmes de son pays à mener une vie de réclusion et d'exclusion. Pour avoir osé rompre le silence, pour avoir dévoilé les secrets de son pays et contesté le pouvoir absolu des maîtres de l'Arabie Saoudite, Sultana risque aujourd'hui la mort. Malgré tout, elle a choisi de continuer son combat pour la liberté et la justice. Et tandis que l'ombre menaçante de l'intégrisme s'étend sur le monde musulman, elle lutte pour donner un avenir à ses deux filles. Mais comment leur parler d'amour, de sexualité et de religion quand tout est interdit ? Que peut-on espérer d'une société où la plus infime des libertés est un péché ? Quelle sera leur vie sur une terre où les femmes n'ont droit qu'à un voile et une tombe ?
Durée:5h. 58min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:23280
Résumé: Aux pasteurs qui voulaient donner la Bible aux esclaves, Frederick Douglass rétorquait qu'il serait "infiniment mieux de leur envoyer une boussole de poche et un pistolet". Une boussole pour suivre la route de la liberté vers les États du Nord et un pistolet pour se défendre des chasseurs d'esclaves au service des planteurs sudistes. Quant à la Bible, il savait à quoi s'en tenir sur ses effets pacificateurs ; il avait trop vu les maîtres d'esclaves la réciter le dimanche pour mieux cacher le nerf de bœuf dont ils abusaient durant la semaine. À travers ce récit de sa vie d'esclave du Maryland, Douglass trace le tableau douloureux de l'asservissement du peuple noir : la faim, le froid, l'épuisement, les déchirements affectifs, l'humiliation ; et surtout la violence aveugle et sanguinaire des "rois du coton". Enfant, affamé, gelé, meurtri, il porte un regard féroce sur ces propriétaires d'hommes, vils mais forts de l'asservissement séculaire de ses frères. Adolescent, déjà révolté, il fait l'apprentissage de la haine et de la lutte : le jeune esclave qui décide un jour de rendre coup pour coup annonce le futur dirigeant du mouvement abolitionniste. Ce livre, écrit en 1845, s'achève sur la fuite de Douglass et son arrivée à New York puis en nouvelle Angleterre. Esclave libéré il va devenir un des inspirateurs et des animateurs du mouvement abolitionniste. Orateur passionné il va enflammer les assemblées anti-esclavagistes en Amérique et en Grande-Bretagne. Il poursuivra sa tâche à travers le journal qu'il fonde en 1947, The North Star, champion infatigable de la cause de la libération des noirs qui n'était pas le souci premier d'Abraham Lincoln ; celui-ci ne déclarait-il pas à la veille de la guerre civile : "Si je peux sauver l'Union sans libérer un seul esclave, je le ferai !" Frederick Douglass est entré dans l'histoire aux côtés de Martin Delany et de John Brown comme un des pionniers de la lutte de libération des noirs aux États-Unis.