Contenu

Recherche par auteur : Badinter, Robert

3 résultats.

Durée:4h. 58min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:38921
Résumé: J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle jai souvent rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d'amour de son petit-fi
Durée:8h. 24min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75984
Résumé: Ce livre est le récit de ma longue lutte contre la peine de mort. Il commence au jour de l'exécution de Claude Buffet et de Roger Bontems, le 24 novembre 1972, et s'achève avec le vote de l'abolition, le 30 septembre 1981. Depuis lors, l'abolition s'est étendue à la majorité des Etats dans le monde. Elle est désormais la loi de l'Europe entière. Elle marque un progrès irréversible de l'humanité sur ses peurs, ses angoisses, sa violence. A considérer cependant les exécutions pratiquées aux Etats-Unis, en Chine, en Iran et dans de nombreux autres pays, le combat contre la peine de mort est loin d'être achevé. Puisse l'évocation de ce qui advint en France servir la grande cause de l'abolition universelle. Robert Badinter
Durée:7h. 26min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:68340
Résumé: Trente ans après l'élection de Mitterrand et sa nomination à la Chancellerie, Robert Badinter évoque dans ce livre son activité place Vendôme. Nommé garde des Sceaux , il propose « au nom du gouvernement de la République » d abolir en France la peine de mort, c est chose faite le 30 septembre 1981. Il porte également des projets de loi issus des 110 propositions du candidat Mitterrand : - suppression des juridictions d exception comme la Cour de sûreté de l'État et les tribunaux des Forces armées en temps de paix ; - permettre à tout justiciable d intenter un recours devant la Commission et la Cour européenne des droits de l homme ; - amélioration du droit des victimes (cf. la loi du 5 juillet 1985 sur les accidents de la circulation) ; - développement des peines non privatives de liberté (instauration des jours-amendes et des travaux d intérêt général pour les délits mineurs) ; - amélioration de la condition des détenus, etc. Robert Badinter replace avec précision le lecteur dans la France des années 1980 : terrorisme de tous bords, premières émeutes dans les banlieues, surpopulation carcérale, etc. Batailles politiques, confrontations avec les médias, incompréhensions de l opinion publique, le combat fut rude. Mais, au fil du temps, la "solitude du coureur de fond" s estompe et il devient le symbole de l action de la gauche au pouvoir. Épris d histoire, nourri par la réflexion universitaire et l expérience judiciaire, sa conviction pendant ces années est absolue : la grandeur et l influence de la France sont pour lui à la mesure de son rôle au service des libertés et de la justice ; tel a été le fil conducteur de toute son action en politique.