Contenu

Histoires des paysans de France

Résumé
Quatrième de couverture : Depuis "Des grives aux loups" à "L'appel des engoulevents", les Vialhe, paysans corréziens, sont entrés dans le paysage sentimental de la France rurale. Pendant des siècles, du néolithique à l'agronomie triomphante des années 50, ces hommes et ces femmes, par leur labeur, leur intelligence et leur fidélité au sol natal, ont construit et maintenu un espace à leur mesure. Ils ont fait de leur territoire, et au-delà de leur pays, le plus beau jardin nourricier du monde. En cette fin de siècle qui voit la mort programmée de la paysannerie, cette saga millénaire est celle d'un peuple et d'une civilisation.
Genre littéraire: Histoire/géographie
Durée: 8h. 45min.
Édition: Paris, R. Laffont, 1996
Numéro du livre: 9564
ISBN: 9782221084113
CDU: 944

Documents similaires

Durée:28h. 54min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:65882
Résumé: En quarante ans, de 1920 à 1960, la vie quotidienne dans nos campagnes a subi plus de transformations que pendant les vingt siècles qui ont précédé. Conscient de la disparition progressive d’un savoir-faire rural devant les assauts de l’urbanisation et de la mécanisation, Gérard Boutet a arpenté nos campagnes à la rencontre de ces gens de peu, les gagne-misère, et a rapporté sans nostalgie le récit de leur vie quotidienne avant qu’ils ne s’éteignent, et avec eux la mémoire de nos campagnes.
Durée:7h. 27min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:32827
Résumé: La vie et les moeurs d'une famille imaginaire de paysans du Moyen âge à nos jours.
Durée:3h. 35min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:19689
Résumé: À la date du 3 janvier 1939, dans "le salon de lecture" d' "Alger républicain", Albert Camus donnait la lecture suivante de la "Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix" de Jean Giono. "Cette petite brochure de Giono s'adresse aux paysans et, par certains de ses accents, constitue un réquisitoire violent (mais non sans nostagie) contre l'ouvrier. On en jugerait mal cependant si on ne savait pas que, dans le dernier numéro des "Cahiers du Contadour", Giono est revenu sur sa position et a précisé que, devant les évènements de septembre 1938, désespérant de la classe ouvrière, il s'est adressé aux paysans comme au dernier espoir des hommes pacifiques. Quoi qu'il en soit, et dégagée de l'actualité, cette "Lettre" ne s'oublie pas facilement. Giono s'est débarrassé, à ce propos, de tout lyrisme et privée de la surabondance poétique qui l'alourdit si souvent, sa phrase est ici rapide et nette. Si je puis dire elle est "parlante". On serait même tenté de croire, à la lire, que Giono est moins poète quon ne le croit et qu'à sa façon, il se rattache à cette lignée de prosateurs moralistes qui figure assez bien la tradition littéraire de la France. On en juge, du moins, au bon sens dévastateur et à l'impitoyable lucidité qui font le prix de cette "Lettre".
Lu par:Daniel Martin
Durée:21h. 53min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:70548
Résumé: "Trop pauvre que je suis pour posséder un autre animal, du moins 'le Cheval d'Orgueil' aura-t-il toujours une stalle dans mon écurie." Ainsi parlait à l'auteur son petit-fils, l'humble paysan Alain Le Goff qui n'avait d'autre terre que celle qu'il emportait malgré lui aux semelles de ses sabots de bois. "Quand on est pauvre, mon fils, il faut avoir de l'honneur. Les riches n'en ont pas besoin." Et l'honneur consiste à tenir et à faire respecter son rang, si humble soit-il. Au pays bigouden, on ne redoute rien tant que la honte qu'on appelle "arvez". Tout le reste est supportable. L'auteur a grandi dans ce sentiment. Avant d'apprendre le français, il a été élevé en milieu bretonnant, dans une société qui vivait selon un code strictement établi. Il n'enseigne pas, il raconte minutieusement comment on vivait dans une "paroisse" bretonnante de l'extrême Ouest armoricain dans la première moitié de ce siècle. Il nous fait partager sa profonde conviction : ceux qui jugent les paysans comme des êtres grossiers sont eux-mêmes des esprits sommaires et naïfs. Il affirme que ce sont des siècles de mépris culturel qui ont fini par déclencher jacqueries et révoltes chez les paysans de notre pays. Et puis, un jour, "le Cheval d'Orgueil" a secoué furieusement sa crinière !
Durée:5h. 7min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:72405
Résumé: Recueil de 11 nouvelles de C. Michelet, autour des thèmes de l'enfance, de la tendresse et de la colère, inspirées de ses souvenirs de jeunesse dans la campagne corrézienne.
Durée:2h. 35min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:18172
Résumé: Il y a ceux qui naissent sous une bonne étoile, bénis des dieux, heureux au jeu et en amour et il y a... Aristide. Roi de la guigne, prince de la poisse, il a fait de la malchance son sport favori, son hobby à plein temps. Tout ça à cause d'un nom à coucher dehors, car notre Aristide s'appelle... Klobe. Après une scolarité passée sur le banc des colles, un service militaire à l'ombre du trou et mille petits boulots ingrats, notre homme au nom impossible mais à la plume talentueuse se fait engager comme nègre chez un éditeur aussi âpre au gain qu'aux jupons. Mais ce jour-là, Aristide aurait sans doute mieux fait de se casser une jambe ou de briser un miroir !
Durée:9h. 11min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:30123
Résumé: Huit ans après L'appel des engoulevents [T.3], Claude Michelet poursuit sa grande fresque familiale dans le milieu agricole. Trois générations, un même esprit et un même coeur. Malgré des difficultés et des tragédies, la famille Vialhe n'est pas près de s'éteindre. L'action de ce volume se déroule sur six mois, en basse Corrèze et en Nouvelle-Calédonie.
Lu par:Louis Belon
Durée:4h. 22min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:28720
Résumé: Ce n'est qu'un champ de pierres que cette pièce de quatre-vingts ares que l'oncle Malpeyre lègue à son neveu Firmin, pour lui « apprendre à vivre » jamais personne n'a jamais pu cultiver ce coin de causse du Quercy. Bel héritage ? Cependant le jeune homme décide de relever le défi qui lui est lancé : sous les pierres, il y a forcément de la terre, et Firmin commence à dépierrer... Ce travail insensé - dans le village, on le tient pour fou - occupera toute sa vie. Car, après avoir fait resurgir la terre et planté de la vigne et des arbres fruitiers, Firmin, revenu de la guerre, entreprendra d'utiliser les pierres de son champ à la construction d'une grande muraille qui ceindra son domaine.
Durée:5h. 20min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:2114
Résumé: Le principal personnage de cette histoire est une maison plantée sur un plateau aride au lieu dit, autrefois, Rocheflame et, aujourd'hui, Rocsèche. Une demeure de paysan, modeste d'apparence, mais forte de ses pierres et de sa charpente, faite pour défier le temps et les passions humaines. Pour cette maison et les terres qui l'entourent, deux hommes, à cinq siècles d'intervalle, vont se battre pour qu'elle vive et que vive avec elle tout ce qu'elle signifie : la dignité, la liberté, l'amour des êtres et des choses et cette permanence des valeurs fondamentales sans lesquelles il n'est pas de civilisation.
Lu par:Diane Perrot
Durée:14h. 2min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:1439
Résumé: Saint-Libéral est un petit bourg tout proche de la Dordogne, pays d'élevage et de polyculture. Avec dix hectares et dix vaches, on y est un homme respecté comme Jean-Edouard Vialhe, qui règne en maître sur son domaine et sa famille : sa femme et leurs trois enfants, Pierre-Edouard, Louise et Berthe. Dans cette France qui n'avait guère bougé au XIXe siècle, voici que, avec le siècle nouveau, des idées et des techniques "révolutionnaires" lentement apparaissent et s'imposent. Et le vieux monde craque...
Durée:7h. 53min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:14124
Résumé: Au coeur d'un IXe siècle oublié de nos mémoires, à Solignac - trois heures de marche de Limoges - un jeune homme, Jean, est placé dans une communauté de bénédictins composée de 90 âmes. Jean est le fils d'Evrard Siérac, un apothicaire de renom. C'est le frère Clément qui l'a amené et recommandé. Chassé de sa terre natale par un incendie qui a détruit sa maison, sa famille et ses biens, Jean est seul au monde. Recueilli par le frère Clément, Jean suit le moine bénédictin presque contre son gré. Comment un jeune homme vigoureux voudrait-il s'enfermer dans une communauté monastique ? Jean a d'autres rêves... Mais pas de projets. Il restera dans la communauté. Jardinier des bénédictins, cela fera l'affaire avant de passer à autre chose. Jean ne se doute pas encore que cette vie rêvée de passion et de vigueur, il la vivra dans le monastère... En Jean il y a un frère bénédictin nommé l'abbé Théodéric qui sommeille, un homme d'action et de progrès. Claude Michelet compose avec là une ode aux hommes, aux travailleurs anonymes qui ont façonné par leurs constructions le Moyen Âge. Roman historique et roman de la terre, Les Défricheurs d'éternité chante merveilleusement l'espoir d'accomplir sur terre "l'Oeuvre de Dieu".
Lu par:Roland Dufour
Durée:9h. 24min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:24331
Résumé: La lettre en provenance de Paris, dont Terry Finnegan vient de prendre connaissance dans son bureau de Boston, est porteuse de mauvaises nouvelles. Le Nieuport de son amant, pilote dans l escadrille des Cigognes, a été abattu au cours d un combat aérien. Il serait toutefois toujours vivant. La jeune femme s embarque immédiatement pour la France malgré le danger. Quand elle parvient enfin à localiser Sylvestre, il est en Allemagne et très gravement blessé. Grâce à un accord de coopération entre les deux pays et un peu d ingéniosité, il se fait rapatrier en France. Les deux amants connaissent d intenses mais brèves retrouvailles. Sylvestre reprend rapidement du service, mais loin du front. Terry, quant à elle, effectue des reportages de guerre afin de témoigner auprès de ses compatriotes. Mais elle doit rentrer au plus vite à Boston pour reprendre en main son groupe de presse. Ils se rejoignent pour quelque temps aux États-Unis afin de préparer l entrée en guerre du pays, et c est ensemble qu ils rentrent en France où Terry couvre le conflit pour la presse américaine. De Boston à Paris, de New York à Berlin en passant par Lisbonne, les deux amants se retrouvent égarés dans une course éperdue, emportés dans un tumultueux tourbillon, ballottés au gré du grand vent de l Histoire.