Contenu

Le sourire du Tao

Résumé
Lawrence Durrell a toujours été attiré par le taoïsme et par le mélange de philosophie et de règles de vie sur lequel repose cette religion souriante, voire narquoise. A travers la théorie d'un mouvement global des processus naturels où alternent le yin et le yang, il perçoit une esthétique de l'univers qui, pour lui, est poésie. C'est donc le taoïsme qui unifie les deux parties de ce livre où les souvenirs ressortent sous l'interrogation philosophique : deux rencontres avec des êtres qui, chacun à leur manière, symbolisent pour l'écrivain le Tao et lui en révèlent le véritable sens. Grâce à Jolan Chang, l'érudit chinois sexagénaire aux allures d'adolescent, Durrell découvre, le temps d'un week-end, la magie essentielle du taoïsme, ce " point d'équilibre " idéal où s'inscrit l'homme dans le cosmos, où le couple d'amants immortels, incarnation extatique du yin et du yang, vit un orgasme exempt du narcissisme occidental qui réduit l'amour à se dominer mutuellement ". Son autre guide, c'est Véga au regard tantrique, avec laquelle il partit un jour à la recherche de Nietzsche et de Lou Andrés-Salomé sur les rives du lac Majeur. Cet univers de souvenirs et de méditations recèle, au fil du texte, d'étonnantes notations qui vont d'un humour débridé à la poésie la plus intimiste. A travers le sourire du Tao nous entrons dans un monde de gaieté et de légèreté, d'émotion et de réflexion que régit un style superbe, extrêmement élaboré, aux effets incantatoires et envoûtants.
Mots-clés: Taoïsme
Durée: 2h. 39min.
Édition: Paris, Gallimard, 1994
Numéro du livre: 75421
ISBN: 9782070388745
CDU: 294

Documents similaires

Durée:1h. 25min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:16342
Résumé:
Durée:55min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:71088
Résumé: Quand on n'a rien compris au Tao, c'est l'histoire d'une fille perdue. Ecorchée vive par les déceptions, cette existence parfois dénuée de sens, le deuil impossible de son premier amour, et ses rêves obsédants, elle fait le bilan des moments importants de sa vie, et s'accroche à cette philosophie chinoise ancienne en espérant puiser dans le Tao les ingrédients propres à soulager son âme tourmentée. Egarée dans des méandres métaphysiques, son esprit torturé lui souffle que la vraie vie est après la mort. Flirtant avec la folie, l'héroïne de ce texte original nous livre ici les circonvolutions de son âme. Dans une langue aussi poétique que désordonnée parfois, à l'image des pensées les plus intimes de son personnage, l'auteur nous conduit subrepticement de la réalité à l'onirisme sur les traces du Tao, cet ouvrage chinois classique sans doute écrit par Lao Tseu qui, si son existence demeure incertaine, n'en exerce pas moins une influence extrêmement importante en Extrême-Orient comme en Occident
Durée:11h. 31min.
Genre littéraire:Voyage/exploration
Numéro du livre:35148
Résumé: Lawrence Durrell a passé de longues années de sa vie à Corfou, à Chypre et à Rhodes. Il en a puisé une grande expérience des îles grecques, qu'il retrace dans ce livre où les souvenirs personnels se mêlent aux descriptions, aux mythes et à l'histoire. L'auteur du Carnet noir s'intéresse à un très grand nombre d'entre elles : des îles Ioniennes aux Cyclades en passant par les Sporades et d'autres encore. Il parle en connaisseur et en amoureux de ces sites. Devant la lumière, les ports ou la flore, il s'émerveille. Son érudition n'est jamais pesante. Avec lui comme guide, nous naviguons d'île en île à la recherche de nouveaux éblouissements. Tout le génie méditerranéen de Durrell s'exprime dans ce livre.
Durée:9h. 27min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:73219
Résumé: Fasciné par la beauté des paysages, la richesse d'une nature vibrante de soleil et par l'authenticité des hommes et des femmes qu'il côtoya, Lawrence Durrell livre, avec Citrons Acides, la chronique du quotidien chypriote durant la période trouble des années cinquante. Les luttes violentes pour l'indépendance qui viendront bouleverser l'idyllique quiétude de l'île annoncent les convulsions de la modernité. Lawrence Durrell, qui pensait ne croiser sur ce caillou que des femmes laides et des hommes buvant comme des trous, découvrira, pour un récit devenu classique, un monde à part marqué par une histoire millénaire.
Lu par:Simon Corthay
Durée:2h. 34min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:32014
Résumé: " Dépassé par l'ampleur de ma tâche, je demandai désespérément un assistant. La presse sur place comptait une cinquantaine d'âmes, si on estime que les journalistes ont une âme. Je ne parvenais pas à leur donner à tous l'impression d'être aimés et indispensables. Le problème de Trieste pesait sur nous, avec la redoutable éventualité de voir un conflit éclater là-bas. Seule la propagande, m'avait-on dit, pouvait maintenir l'équilibre et permettre de ne voir éclater que des pétards. Je réclamai de l'aide au Foreign Office. Elle arriva avec la rapidité et l'efficacité qui sont traditionnelles dans le service diplomatique. Au bout de deux mois, mon onzième télégramme éveilla quelque part un écho compatissant et on m'annonça qu'Edgar Albert Ponting était en route. Ce fut un immense soulagement ; mes efforts de fraternisation avec la presse avaient à cette époque fait monter le niveau de ma consommation d'alcool à trente slivovitza par jour. Bientôt, Ponting serait à mes côtés, à lever le coude suivant ce rythme régulier qu'acquièrent si facilement les chargés de presse de par le monde. Je portai un toast d'Alka Seltzer à Ponting et je me fis apporter le dossier " Affaires urgentes ". " Esprit de corps est le premier d'une série de récits inédits consacrés aux mésaventures de la communauté diplomatique de Sa Très Gracieuse Majesté, la reine d'Angleterre, en Yougoslavie. Lawrence Durrell y fut Attaché d'Ambassade. Il nous en restitue l'atmosphère et les extravagances avec une irrésistible drôlerie. Un vrai régal.
Durée:12h. 43min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:20328
Résumé: En Grèce, sur une île des Cyclades, un homme se souvient de la ville d'Alexandrie. Avec une mémoire d'archiviste, il raconte ce qu'il a vécu là-bas avant la Seconde Guerre mondiale. Narrateur anonyme, Anglo-Irlandais entre deux âges, professeur par nécessité, il classe ses souvenirs, raconte son amour pour Justine, une jeune pianiste séduisante, un peu nymphomane et somnambule ; il évoque sa liaison avec l'émouvante Melissa, sa maîtresse phtisique. D'autres personnages se dessinent. D'abord Nessim, le mari amoureux et complaisant de Justine, Pombal, le Français, Clea, l'artiste-peintre, Balthazar, le médecin philosophe. Mais Justine, d'abord Justine, est au coeur de ce noeud serré, complexe, étrange, d'amours multiples et incertaines... En achevant le premier tome de son fameux Quatuor d'Alexandrie (Balthazar, Mountolive et Clea succéderont à Justine et seront publiés entre 1957 et 1960), Lawrence Durrell (1912-1990) en donna à son ami Henry Miller une définition devenue célèbre : " C'est une sorte de poème en prose adressé à l'une des grandes capitales du coeur, la Capitale de la mémoire... "
Durée:13h. 35min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:20327
Résumé: En Grèce, sur une île des Cyclades, un homme se souvient de la ville d'Alexandrie. Avec une mémoire d'archiviste, il raconte ce qu'il a vécu là-bas avant la Seconde Guerre mondiale. Narrateur anonyme, Anglo-Irlandais entre deux âges, professeur par nécessité, il classe ses souvenirs, raconte son amour pour Justine, une jeune pianiste séduisante, un peu nymphomane et somnambule ; il évoque sa liaison avec l'émouvante Melissa, sa maîtresse phtisique. D'autres personnages se dessinent. D'abord Nessim, le mari amoureux et complaisant de Justine, Pombal, le Français, Clea, l'artiste-peintre, Balthazar, le médecin philosophe. Mais Justine, d'abord Justine, est au coeur de ce noeud serré, complexe, étrange, d'amours multiples et incertaines... En achevant le premier tome de son fameux Quatuor d'Alexandrie (Balthazar, Mountolive et Clea succéderont à Justine et seront publiés entre 1957 et 1960), Lawrence Durrell (1912-1990) en donna à son ami Henry Miller une définition devenue célèbre : " C'est une sorte de poème en prose adressé à l'une des grandes capitales du coeur, la Capitale de la mémoire... "
Durée:9h. 34min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:20326
Résumé: En Grèce, sur une île des Cyclades, un homme se souvient de la ville d'Alexandrie. Avec une mémoire d'archiviste, il raconte ce qu'il a vécu là-bas avant la Seconde Guerre mondiale. Narrateur anonyme, Anglo-Irlandais entre deux âges, professeur par nécessité, il classe ses souvenirs, raconte son amour pour Justine, une jeune pianiste séduisante, un peu nymphomane et somnambule ; il évoque sa liaison avec l'émouvante Melissa, sa maîtresse phtisique. D'autres personnages se dessinent. D'abord Nessim, le mari amoureux et complaisant de Justine, Pombal, le Français, Clea, l'artiste-peintre, Balthazar, le médecin philosophe. Mais Justine, d'abord Justine, est au coeur de ce noeud serré, complexe, étrange, d'amours multiples et incertaines... En achevant le premier tome de son fameux Quatuor d'Alexandrie (Balthazar, Mountolive et Clea succéderont à Justine et seront publiés entre 1957 et 1960), Lawrence Durrell (1912-1990) en donna à son ami Henry Miller une définition devenue célèbre : " C'est une sorte de poème en prose adressé à l'une des grandes capitales du coeur, la Capitale de la mémoire... "
Durée:10h. 38min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:20325
Résumé: Au milieu des années 1930, dans le cadre somptueux d'Alexandrie, l'élite anglo-égyptienne qui règne sur le delta du Nil vit ses derniers beaux jours avec autant de raffinement que de sensualité. Ce microcosme a pour centre une étoile de première grandeur : Justine. En Grèce, sur une île des Cyclades, un homme se souvient de la ville d'Alexandrie. Avec une mémoire d'archiviste, il raconte ce qu'il a vécu là-bas avant la Seconde Guerre mondiale. Narrateur anonyme, Anglo-irlandais entre deux âges, professeur par nécessité, il dit son amour pour Justine, une jeune pianiste séduisante, un peu nymphomane et somnambule ; il évoque sa liaison avec l'émouvante Melissa, sa maîtresse phtisique. D'autres personnages se dessinent... Mais c'est Justine qui est au coeur de ce noeud serré, complexe, étrange, d'amours multiples et incertaines.
Durée:8h. 32min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:20023
Résumé: Les Chinois sont une vieille civilisation. Leur expérience du monde est celle d'un peuple depuis toujours sédentaire et leur façon de penser qui en découle est très différente de la nôtre - ce qui occasionne nombre de malentendus. Fort de son expérience, notamment d'accompagnateur en Chine, Cyrille Javary nous propose une synthèse ordonnée des principaux aspects de ce " penser " chinois : quel est leur rapport à l'espace et au temps ? Dans quelle mesure c'est le changement, et non l'essence, qui est le pivot de leur philosophie ? En quoi l'écriture idéographique est une des clés essentielles de leur vision du monde ? Quelle est leur conception de la spiritualité ? Et enfin, quelles sont les règles sociales et politiques qui en découlent ?
Durée:2h. 42min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:65861
Résumé: Nous sommes dans le monde de Donne. Tout autre point de vue est résolument exclu. Par cette capacité à surprendre furtivement le lecteur et à le subjuguer, Donne surpasse la majeure partie des écrivains. Et c'est là sa principale qualité ; c'est ainsi qu'il exerce son emprise sur nous, en condensant son essence en quelques mots. Mais c'est une essence qui, tandis qu'elle agit parmi nous, se sépare en d'étranges contraires, en contraste l'un avec l'autre. Virginia Woolf
Durée:3h. 12min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:75074
Résumé: A-t-on le droit d’être heureux alors qu’il existe tant de souffrances dans le monde? Est-il possible d’être heureux alors que les dogmes de toutes sortes – religions et sciences confondues – imposent plus que jamais leurs «vérités» au détriment de nos illusions personnelles ?