Contenu

Mémoires d'un vieux con

Résumé
Un artiste du vingtième siècle raconte sa vie ou plutôt sa vie rêvée. Il aurait influencé tous les artistes du siècle et créé les mouvements artistiques ou les idéologies qui ont fait la richesse ou les malheurs du siècle. Des "rencontres" sont particulièrement truculentes celles avec Mondrian, Gide ou Proust. A la fin du livre se trouve un index de tous les noms cités ce qui fait supposer que le livre est issu d'un pari du genre "chiche de citer un maximum d'artiste dans un livre qui ne soit pas un dictionnaire".
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Mots-clés: Mémoires
Durée: 3h. 5min.
Édition: Paris, Balland, 1975
Numéro du livre: 16166
ISBN: 9782715800519
CDU: 849.4

Documents similaires

Durée:16h. 35min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:31306
Résumé:
Durée:18h. 7min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:34651
Résumé: Avant d'être condamnée à mort par les fondamentalistes de son pays et d'incarner le combat des femmes du sous-continent indien, Taslima Nasreen a été une petite fille précoce, une adolescente passionnée de littérature et de musique, une jeune femme follement amoureuse. Aujourd'hui au seuil de la quarantaine, elle évoque, à travers ces scènes - souvent délirantes pour un esprit occidental - de la vie bangladaise, les événements qui ont marqué sa jeunesse. On retrouve avec bonheur dans ce livre, interdit pour " blasphème " au Bangladesh, le langage à la fois vif et efficace d'un remarquable écrivain.
Durée:4h. 11min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:33997
Résumé: "Le plus et le moins" rassemble des textes portant tous une empreinte ouvertement autobiographique. Le romancier italien évoque son enfance à Naples, ses vacances en famille à Ischia et dans ce cadre, son rapport à la nature. Puis il décrit le départ pour Rome à l'âge de dix-huit ans et la rupture avec son milieu d'origine. Son regard sur les luttes politiques qui agitaient l'Italie et toute l'Europe à l'époque apporte un point de vue d'une rare pertinence. Les années passées en usine ou sur des chantiers sont au centre d'autres " nouvelles " - car il convient certainement de lire ce recueil comme un ouvrage littéraire à part entière. Les pages consacrées au lien familial et notamment à la fidélité du père à l'égard du fils " égaré ", tout comme l'évocation de la figure maternelle, sont particulièrement émouvantes. L'ensemble des trente-quatre textes nous permet de retracer la biographie d'un homme au sens géographique - Ischia, Naples, Rome, Turin, Paris, les Dolomites - et au sens symbolique, à travers les questions qui apparaissent en filigrane. La liberté rencontrée dans la nature tout autant que dans l'engagement politique, la fraternité entre travailleurs et celle que l'on offre à l'étranger, la lecture de la Bible et la figure de l'ange, voilà quelques-uns des motifs que tisse l'auteur italien dans Le plus et le moins. .
Durée:27h. 41min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:31704
Résumé: Né en 1906, Klaus Mann, le fils aîné de Thomas Mann, fut un écrivain précoce qui, à dix-huit ans, avait déjà publié une pièce de théâtre et un recueil de nouvelles. Seul ou avec sa soeur Erika, il commença dès ce moment à parcourir le monde- Europe, Asie, Etats-Unis... Mais, très vite, cette vie insouciante et libre de dandy des Années folles - drogue dure, sexe, homosexualité affichée - fut interrompue par la montée du nazisme, auquel il s'opposa résolument dès le début. Ecrivain prometteur encouragé par Cocteau et Gide, il fonda en exil une revue antifasciste à laquelle collaborèrent notamment Einstein, Brecht, Trotski, Pasternak, Roth et Hemingway, et participa, en 1934, à la préparation avec René Crevel du Congrès international pour la défense de la culture. Après avoir été correspondant de guerre en Espagne du côté républicain, il s'installa aux Etats-Unis en 1938, et c'est sous l'uniforme américain qu'il devait revenir dans une Allemagne en ruine. Son oeuvre romanesque - Fuite au nord, Le Volcan, Mephisto - contenait déjà de nombreux fragments autobiographiques. Mais il fallut attendre Le Tournant, qu'il acheva peu avant son suicide à Cannes, en 1949, à l'âge de quarante-deux ans, pour qu'il brosse magistralement la fresque tragique de son temps. La beauté du livre tient à cette étrangeté : c'est l'autobiographie sans confession d'un homme plus attentif aux autres et à son époque qu'à lui-même.
Durée:20h. 53min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:39278
Résumé: Sous un titre emprunté à une citation du navigateur Olivier de Kersauson, Joseph Deiss nous propose un regard rétrospectif et analytique de son parcours d’homme politique. Maître de sciences économiques d’envergure internationale, il se lance dans la politique à l’âge de trente-cinq ans en connaissant tous les rouages de notre société productiviste. Sa carrière fut fulgurante puisqu’il gravit avec une aisance déconcertante tous les échelons de la vie politique de la commune au Conseil fédéral. En 2009, il est désigné Président de l’Assemblée générale des Nations Unies. Personne n’était mieux placé que lui pour analyser cet âge d’or de la Suisse. Pour quelles raisons ce petit pays s’est si bien adapté à la globalisation de l’économie ? Bien que partisan de la démocratie directe, Joseph Deiss n’a jamais dit non à l’Europe. A travers ces récits d’une Suisse moderne, pacifique et heureuse, l’auteur fait son credo politique en tentant de lier le libéralisme et l’humanisme chrétien. Tenant compte de tous les particularismes helvétiques, Joseph Deiss a réussi dans son action et dans ses écrits à relever le difficile défi consistant à adapter les aspirations de son pays à la musique endiablée du monde.En cela, Quand un cachalot vient de tribord, reflet de notre époque, peut être considéré comme un livre important de notre patrimoine.
Durée:2h. 55min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:73888
Résumé: L'écrivain et cinéaste raconte son parcours d'autodidacte devenu écrivain et réalisateur, ses petits boulots, sa famille, le Paris de Belleville et de Ménilmontant. Il exprime son attachement à la classe populaire et à ses valeurs.
Durée:6h. 10min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:13442
Résumé: Quatrième de couverture : La fraîcheur et l'importance qui s'attachent aux souvenirs d'enfance, à travers lesquels notre coeur retrouve son rythme natal, puisque les choses lui sont rendues à travers la mémoire en leur jeunesse vraie...
Durée:5h. 13min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:72335
Résumé: Dernier volet de son autobiographie dans laquelle D. Levy évoque ses filles devenues adultes et ses voyages aux quatre coins du monde entremêlant passé et présent. Avec en toile de fond une réflexion empreinte d'humour et de causticité sur le sens de la féminité.
Durée:5h. 12min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:35118
Résumé: On s'arrête tout à coup de lire. Sans pour autant lever les yeux. Ils restent sur le livre et remontent les lignes, reprenant une phrase, un paragraphe, une page. Ces mots, ces simples mots, ne nous évoquent-ils pas notre enfance, un livre, une querelle, des vacances, un voyage, la mort, des plaisirs soudain revenus sur nos lèvre ou courant sur la peau… Décidément la mémoire n'en fait qu'à sa tête. Imprévisible et capricieuse, elle aime bien déclencher sur moi des ricochets semblables à ceux obtenus par ces petites pierres plates que je faisais rebondir sur la surface étale des étangs et des rivières de mes jeunes années. C'est sans doute pourquoi elle interrompt aussi mes lectures pour des bagatelles, des sottises, des frivolités, des riens qui sont de nos vies des signes de ponctuation et d'adieu. " B .P.
Lu par:Eline Roess
Durée:5h. 30min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:66074
Résumé: Les mémoires de la princesse Mathilde, très partiellement publiés en 1927 dans la Revue des Deux Mondes, ont été censurés par les Bonaparte : ils avaient découvert que la nièce de Napoléon (elle est la fille du roi Jérôme) avait pris la plume, non seulement pour raconter sa jeunesse insolite à Rome et à Florence, mais aussi pour dévoiler par le menu les secrets les mieux gardés de la famille. Avec esprit et un sens du cocasse qui n’appartenait qu’à elle, elle brosse des portraits plein de piquant des siens, entre la chute du Premier Empire et la veille du Second. Si sa mère Catherine, fille et sœur des rois de Wurtemberg, avait peu de goût pour elle (une fille !), elle s’est trouvé d’autres modèles féminins, Hortense de Beauharnais, Julie Clary et surtout sa cousine Charlotte Bonaparte (fille de Joseph) dont elle dévoile les amours clandestines avec un prince polonais, lui aussi exilé. Elle n’épargne ni son père le roi Jérôme, dont elle dresse le tableau des conquêtes jusqu’à sa propre nièce, ni son cousin et fiancé, le futur Napoléon III, et moins encore son grand-oncle le cardinal Fesch. Ce texte récemment redécouvert révèle une femme de tête et de cœur qui s’est forgé une identité envers et contre tout, avec pour seule sauvegarde la fierté d’appartenir à la famille de l’Empereur et une passion pour la culture. Fuyant l’ambiance morne de la cour de Stuttgart, elle accepte la main d’un prince russe, Anatole Demidoff, imaginant y gagner une certaine indépendance et la possibilité de réaliser enfin son rêve, connaître Paris, ce Paris dont elle deviendra la Notre-Dame-des-arts. Un livre passionnant qui servira à réécrire l’histoire de la famille Bonaparte.
Durée:3h. 1min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:36690
Résumé: Voici le récit d’une vie brûlante, écrit à la hâte dans sa cellule par une jeune femme de vingt-neuf ans qui se doute qu’elle va mourir : « Si je raconte tout cela avec tant de franchise, c’est parce que je m’attends de toute manière à être fusillée. » Elle le sera en effet, en juin 1931, au « camp à destination spéciale » des îles Solovki, quelques mois après son mari le poète Alexandre Iaroslavski. « Étudiante pleine de rêves », ainsi qu’elle se définit elle-même, Evguénia, vite dégoûtée par la dictature des bolchéviks, se convainc que le monde des voyous forme la seule classe vraiment révolutionnaire. Elle décide de vivre dans la rue et de devenir une voleuse, à la fois par conviction politique et aussi par un goût du risque qu’elle confesse. Loin de l’imagerie héroïque de la « construction du socialisme », c’est le Moscou et le Léningrad des marginaux, enfants des rues, ivrognes, prostituées, vagabonds, qu’elle nous fait découvrir dans une langue sans fioritures
Durée:19h.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:75354
Résumé: Témoin privilégié de la vie politique française, le journaliste raconte son parcours : son enfance à Oran, ses études à Paris, ses débuts comme apprenti ainsi que ses rencontres avec F. Mitterrand, S. Veil, M. Thatcher, R. Badinter ou encore G. Marchais.