Contenu

Recherche par mot-clé: Observation

4 résultats.

Durée:2h. 23min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:73329
Résumé: Dans cet essai, Thoreau insiste sur la beauté de ce qu'il appelle les " petites choses ". Mais à ses yeux, tout est une " petite chose " et dont digne d'attention. Il y célèbre une fois de plus, dans une langue panthéiste et voluptueuse, la gloire de la nature, qui fait tourner le monde, selon lui. En s'arrêtant sur les myrtilles, simples baies sauvages, Thoreau se livre également, implicitement, à une charge contre le capitalisme américain, et engage déjà une réflexion pionnière sur l'exploitation de la terre par l'homme. Il propose un manifeste écologique heureux, accessible pour peu que nous consentions à la lenteur et à la simplicité.
Durée:5h. 47min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:72849
Résumé: A travers huit récits de pistage d'ours, de loups ou de panthères des neiges, des forêts de Yellowstone aux crêtes du Kirghizistan, le philosophe invite à porter son attention sur le vivant simultanément autour de soi et en soi et à apprendre à cohabiter avec lui.
Durée:2h. 49min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:71206
Résumé: D’oncle raconte l’histoire d’un oncle. D’un homme-limite jamais grandi, coincé depuis cinquante ans quelque part en enfance et au bord de la mer, au bout du monde. À la faveur de circonstances exceptionnelles, d’une réclusion forcée peut-être, la narratrice est amenée à observer de près cet homme à l’hygiène douteuse, aux manies bizarres, à la santé défaillante, aux proportions anormales, définitivement trop petit, trop gros et trop boiteux pour ce monde. Elle lui tourne autour, tente d’éclaircir ce qui a tout l’air d’un mystère, bute sur de grands pans d’oubli familial, sur les tracasseries d’un quotidien impossible et d’un avenir incertain. Elle spécule. Se livre à un nécessaire délire au contact de cet oncle planté là comme un défi à toute espèce de conformité. En filigrane, c’est le portrait d’une famille et d’une époque qui se dessine. Biscornues comme toutes les familles et toutes les époques. ou disons un peu plus. Mais il faudra se garder des conclusions hâtives. Ce petit brin d’oncle traîne la patte sur une frontière ténue. Avec ce premier roman, Rebecca Gisler propose une écriture entomologiste, intriguée et amusée, qui vise à faire le tour d’un sujet aussi étrange que fascinant : un oncle.
Durée:5h. 8min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:70957
Résumé: Après Disent-ils (2016) et Transit (2018), acclamés par la critique, Rachel Cusk conclut son ambitieuse trilogie. Dans ce troisième volet, nous retrouvons le personnage de Faye, romancière britannique, divorcée et mère de deux enfants. Elle passe quelques jours en Europe pour participer à un festival littéraire et promouvoir son travail. De cette ville où a lieu l’événement, nous ne saurons rien ou presque, tant l’essentiel est ailleurs dans le projet romanesque de Rachel Cusk. Faye est le point névralgique du roman, la chambre d’échos, recueillant la parole des hommes et des femmes qu’elle croise sans en dévoiler beaucoup sur elle-même. Cette observatrice singulière regarde le monde avec une précision tranchante. D’un livre à l’autre se dessine un autoportrait en filigrane de l’auteur. Tout l’art de Cusk est d’interroger notre rapport au réel à travers des scènes de la vie quotidienne, des rencontres, des conversations. Le lecteur tisse alors avec Faye une relation fascinante, oscillant entre intimité et distance.