Contenu

Recherche par lecteur : Elisabeth Duclert

49 résultats. Page 3 sur 3.

Durée:8h. 49min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:21522
Résumé: Le général de Gaulle avait reconnu en elle le plus fidèle de ses compagnons. Il lui dédicaça ainsi ses Mémoires de guerre : " A ma chère nièce Geneviève, qui fut, tout de suite, jusqu'au bout, au bord de la mort, un soldat de la France libre, et dont l'exemple m'a servi. " Geneviève de Gaulle Anthonioz (1920-2002)... Derrière ce nom, pour partie célèbre, se cache une femme qui prit soin de rester à l'écart de la gloire, mais fut intimement liée aux grands combats du XXe siècle : résistante de la première heure, déportée à Ravensbrück, puis orateur au sein du RPF, intermédiaire discret dans la guerre d'Algérie, celle qui fut très tôt surnommée le " petit de Gaulle " partageait avec son oncle la ténacité, le sens de l'humour, la grandeur d'âme, et une certaine idée de l'homme... Cette idée de l'homme la conduisit en 1958 à engager un long combat contre la misère. Au sein d'ATD quart monde, dans la boue des bidonvilles ou sous les ors de la République, elle n'aura qu'un souci : restaurer la dignité de l'homme. Pendant quarante années, en plus d'une vie familiale bien remplie et malgré une santé précaire, la grande dame de la République donnera la parole à ceux qui ne sont plus rien.
Durée:15h. 15min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:24068
Résumé: Sonia et Alexandre Poussin ont entrepris de remonter l'Afrique à pied, du cap de Bonne-Espérance au lac de Tibériade. Trois ans de marche le long de la vallée du Rift en Afrique de l'Est, pour refaire symboliquement le voyage du premier homme. Dans ce volume qui retrace les sept mille kilomètres initiaux de leur périple, du Cap au Kilimandjaro, ils nous font partager un continent intime. Ils ont affronté le soleil implacable de la brousse, les attaques d'animaux sauvages, traversé des pays en crise. Seuls, à l'aventure, sans sponsor ni logistique, partageant le dénuement de leurs hôtes, ils nous parlent à chaque page de la générosité et de l'enthousiasme des hommes qui peuplent cette terre. Jour après jour, Sonia et Alexandre sont devenus un peu plus africains.
Durée:9h. 40min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:21708
Résumé: 1803-1844 : Femme de lettres, militante socialiste et féministe, elle fut l'une des figures majeures du débat social dans les années 1840, et participa aux premiers pas de l'internationalisme. Son éducation ayant été négligée, elle tenta de s'émanciper aussi bien sur le plan matériel qu'intellectuel. À Paris lors des Trois Glorieuses, elle adhère au saint-simonisme. Femme battue, elle part un temps au Pérou. De retour à Paris, en janvier 1835, elle est introduite dans les cercles littéraires et socialistes parisiens. Elle publie un écrit de sensibilité utopiste dans lequel elle imagine les statuts d'une association destinée à fournir accueil et logement aux femmes seules. Dans le même temps, elle entre en contact avec Charles Fourier. Utopiste mais soucieuse de la mise en pratique, elle est proche de Robert Owen, militants pour le rétablissement du divorce ou l'abolition de la peine de mort. Elle séjourne à Londres, où elle poursuit des enquêtes sur l'Angleterre industrielle. En 1843, elle publie son ouvrage le plus important, et entame un Tour de France pour en assurer la promotion. Une colonne brisée au cimetière de Bordeaux, fut érigée en 1848.
Durée:10h. 43min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:21469
Résumé: Peu de romanciers peuvent se targuer, comme Vladimir Volkoff, d'être traversés par de véritables traits de génie. En prenant comme trame fictionnelle la concomitance entre la mort du pape Jean-Paul Ier et celle du métropolite de Léningrad, l'auteur donne accès à un monde romanesque extrêmement riche. Mais, comme à chacune de ses publications, ce grand Russe blanc qu'est Vladimir Volkoff apporte un éclairage original à sa problématique. Surtout, il sait comme personne brosser une galerie de personnages aussi crédibles qu'attachants. Ainsi, du pape Jean-Paul Ier au prince romain décadent Innocenti, sans oublier la très belle figure, centrale, de monseigneur Ilia, à la fois archevêque et officier du KGB, le lecteur fera la connaissance de " vraies gens " s'il en est, d'une dimension humaine et spirituelle tout à fait hors du commun. À travers la plupart de ces personnages se révèlent les contradictions de la défunte société soviétique, que l'auteur dépeint avec une acuité et une drôlerie que l'on peut qualifier d'exceptionnelles. Aucun doute n'est permis, L'Hôte du Pape est un grand, un très grand Volkoff.
Durée:10h. 4min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:25353
Résumé: Un corps flotte dans une piscine au sommet d'un immeuble viennois : dépecé, une main et une jambe en moins, des traces de morsure très nettes. Une prothèse auditive gît au fond du bassin. Richard Lukastik, inspecteur misanthrope de la police de Vienne, prend les choses en mains. L'enquête sera l'occasion pour lui de vérifier ses hypothèses sur le genre humain et de les formuler avec ironie.
Durée:13h. 44min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:27956
Résumé: Mieux encore qu'un grand diplomate, Jean-Marc de La Sablière a été ce que les Américains appellent un « Deal Maker », un faiseur de paix. Dans tous les postes qu'il a occupés, qu'il s'agisse de la direction d'Afrique au Quai d'Orsay, de ses ambassades en Égypte et en Italie, de sa fonction de conseiller diplomatique auprès de Jacques Chirac et surtout de représentant de la France aux Nations unies, il a géré de nombreuses crises (Rwanda, Darfour, guerre d'Irak, Liban...) et contribué fortement à faire progresser la cause des droits de l'homme. Proche de Jacques Chirac, dont il a été un des conseillers les plus influents, il raconte la vie à l'Élysée sous la cohabitation avec la gauche, dévoile les mécanismes de décision sur les affaires internationales, brosse un portrait à la fois lucide et chaleureux de l'ancien chef de l'État, décrit les forces et les faiblesses de son entourage comme de tous les ministres des Affaires étrangères qu'il a eu à servir, d'Hubert Védrine à Alain Juppé. Il nous fait surtout vivre de l'intérieur l'incroyable bataille diplomatique qu'il a menée au sein du Conseil de sécurité, et en relation permanente avec Jacques Chirac et Dominique de Villepin, pour éviter la guerre d'Irak. Il nous livre ici un document historique de premier ordre, dans lequel on découvre aussi les coulisses des Nations unies, devenue l'instance de décision essentielle au niveau mondial, où les affrontements et les jeux d'influence entre grandes puissances et puissances émergentes peuvent conduire à des blocages ou des évolutions majeures.
Durée:9h. 22min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:24500
Résumé: Cet ouvrage de la primatologue Emmanuelle Grundmann se lit comme un polar. Des déserts aux hautes montagnes en passant par les luxuriantes forêts tropicales, nous parcourons la planète en tous sens sur les traces du plus grand assassin de tous les temps: Homo sapiens rebaptisé Homo predatus. On nous décrit avec minutie l'holocauste des grands pingouins qui vivaient dans toute l'Europe jusqu'en 1844, année où le dernier couple fut étranglé par un trafiquant nommé Carl Siemens. Le livre apporte les preuves que l'homme est le responsable, souvent direct, sinon indirect, de l'extinction depuis trois siècles de 1 458 espèces, dont 55% animales. Surpopulation, pollution, déforestation, réchauffement climatique, l'auteur présente toutes les causes du choc écologique majeur vers lequel nous nous dirigeons si nous ne changeons pas le scénario. Dans les derniers chapitres, Emmanuelle Grundmann nous donne des raisons d'espérer que le changement est encore possible, à condition de mettre rapidement en place des solutions durables aux problèmes auxquels l'homme est confronté. L'auteur emploie un style très imagé qui rend la lecture agréable. De plus, la journaliste et primatologue sait restituer avec talent ses expériences de la nature acquises en reportage, notamment chez les pygmées Baka d'Otoumkang et en Amazonie, ce qui empêche le découragement de nous gagner à la lecture des multiples constats catastrophiques dressés dans le livre.
Durée:12h. 8min.
Genre littéraire:Littérature fantastique
Numéro du livre:23507
Résumé: Owen Brynmor ne comptait plus retourner dans la Pennsylvanie profonde de son enfance, pays provincial et rétrograde partagé entre " Habits rouges " et " Bataves ", autrement dit entre beaufs américains et amish rigoristes. Mais à peine engagé comme reporter au journal local, il décroche un scoop : le retour du Démon de Blue Ball, cette bête mystérieuse qui jadis ravagea la région. À moins qu'il ne s'agisse d'un canular... Or, si son enquête l'amène à exhumer la légende du Kornwolf, ce loup-garou qui hanta l'Europe du dix-septième siècle, elle croise aussi, à chaque pas, la trajectoire d'Ephraim Bontrager, un orphelin muet qui vit en marge de sa communauté religieuse. Mais où s'incarne vraiment le Mal ? Dans un monstre quelconque, ou parmi les humains qui le pourchassent ? Dans ce dernier roman, Tristan Egolf renoue avec la veine truculente et enragée du Seigneur des porcheries. Tout en pastichant la littérature fantastique, il manifeste une verve gourmande et une énergie langagière de tous les instants pour offrir une peinture vengeresse d'une Amérique dégénérée, dont seuls les parias méritent d'être sauvés. On n'est pas près d'oublier la puissance visionnaire de cette écriture torrentielle.
Durée:4h. 39min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:23241
Résumé: Il était huit heures moins dix quand j'ai reçu le premier coup de fil. C'était un journaliste de RTL. Il m'annonçait avec ménagement que, selon une information officieuse, Jacques Martin serait décédé dans la nuit. «Nous vérifions. Si la nouvelle se confirme, malheureusement, est-ce que je peux vous rappeler pour que vous disiez quelques mots sur votre ami ?» J'avais à peine raccroché que le téléphone sonnait à nouveau : «C'est Europe 1. L'agence France Presse vient d'annoncer la mort de Jacques Martin. Vous pouvez rester en ligne ? Nous aimerions vous interviewer en direct dans le journal de huit heures. - Oui, oui, bien sûr», répondis-je. Mais que dire en de pareils moments ? J'étais profondément triste, mais pas vraiment surpris. Le véritable choc, je l'avais eu un mois auparavant. Troublé par une sorte de pressentiment, j'avais subitement décidé d'aller voir Jacques à l'hôtel du Palais à Biarritz, où il était venu se réfugier après sa séparation d'avec Céline, sa dernière compagne. En le découvrant dans son fauteuil roulant, le corps amaigri par la maladie, le visage émacié et le regard fixe, j'avais difficilement retenu mes larmes. Il ne parlait pratiquement plus mais il avait fait comprendre à son infirmière qu'il souhaitait que je reste déjeuner avec lui et avec David, son fils aîné, venu lui rendre visite. Il faisait beau. Nous nous sommes installés au bord de la piscine, où s'ébattaient ses deux derniers enfants, Clovis et Juliette, en compagnie de leur nounou. Autour de lui, nous affichions tous un air enjoué pour ne pas gâcher ces moments précieux et apparemment heureux. Mais il n'a pas touché à son assiette. Il semblait déjà très loin de nous. En le quittant, ce jour-là, je savais que je l'embrassais pour la dernière fois. Au moment d'intervenir à l'antenne, pourtant, je préférai ne pas évoquer ces images douloureuses qui me hantaient, pour ne rappeler que les plus beaux souvenirs de notre longue amitié.